• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Interview de Guy Novès

Mercredi 16 janvier 2008
Interview de Guy Novès

Comment se déroule la préparation avant le match décisif à venir ?
C'est une préparation normale, compte-tenu du fait que la venue d'Edimbourg est capitale pour le club. Si on avait mis un peu plus d'intention lors du dernier match, on pourrait d'ores et déjà être en quart de finale. Aujourd'hui, on ne l'est pas. Nous restons maîtres de notre destin, et c'est un élément important. Une victoire n'est d'ailleurs pas indispensable pour atteindre les quarts de finale, mais il est évident que toute notre préparation est basée sur la recherche d'un succès, samedi face à Edimbourg
Au fil des entraînements, on ne peut pas dire que nous travaillions de manière différente par rapport à la semaine dernière. Les joueurs sont peut-être un peu plus concentrés, ce qui s'explique par le fait que nous avons grillé notre joker en perdant au Leinster.

Comment expliquer cette première mi-temps hors-sujet face au Leinster ?
On avait joué face à Castres le dimanche, et on a donc eu un jour de récupération en moins. Quand les cadences sont importantes, comme c'est le cas depuis le début de la saison, cela se ressent toujours. C'est un premier élément d'explication. Ensuite, le match s'est déroulé en tout début d'après-midi, ce qui est un changement important par rapport à nos horaires habituels, étant donné que l'on ne joue pas habituellement avant 18 heures, au minimum.
Cela change un peu le quotidien et l'approche du match : on n'a pas fait de réveil musculaire, ce qui nous a obligés à rallonger l'échauffement, avant que l'on ne se rende compte qu'il était un peu trop long.  On est du coup rentrés au vestiaire, où l'on a passé un moment, ce qui a entraîné une décompression. Du côté du staff, voilà comment on analyse cette entame ratée.

Quel est l'état des troupes avant la venue d'Edimbourg ?
Le groupe sera le même que celui de la semaine passée. Il n'y a pas de rentrée à attendre de la part de joueurs qui sont actuellement à l'infirmerie : pas plus Albacete que Jauzion ne jouera ce week-end. L'équipe de départ subira quelques modifications, conformément à ce que l'on fait depuis le début de la saison. Mais le groupe sera identique, car on n'a pas subi de gros dégâts en Irlande.

Comment appréhender le fait qu'une victoire à cinq points est indispensable pour jouer éventuellement un quart de finale à domicile ?
La philosophie du club, et les joueurs le ressentent comme cela, est la même depuis longtemps : on ne s'alarme pas quand il y a des petits échecs, et on ne monte pas aux arbres en ce cas de succès. En clair, être humbles devant nos résultats. Quand on voit les résultats d'Edimbourg en Coupe d'Europe, ajoutés à leur récente victoire à Cardiff en Ligue Celte il y a quelques semaines, on s'aperçoit que cette équipe est sur une bonne dynamique, face à des équipes qui sont pourtant de très haut niveau. Donc, avant de parler de point bonus...

On te sent particulièrement prudent ?
On sait très bien que pour terminer premiers de poule, il nous fallait gagner au Leinster. On est passés à côté en première mi-temps, où on a manqué d'ambition dans notre jeu, et en deuxième, nous nous procurons quatre occasions d'essais pour n'en marquer qu'un. Tout cela fait que nous avons hypothéqué une place au Stadium lors d'un éventuel quart de finale. L'état d'esprit actuel est le suivant: on rencontre une grande équipe, qui a battu Leicester, vice-champion d'Europe, qui a battu le Leinster et, je le répète, est allé gagner à Cardiff, qui est pourtant en bonne position pour se qualifier en quart de finale.
Au sein de cette équipe, il y a pléthore d'internationaux, qui jouent leur place pour le Tournoi des VI Nations. Au fil des matchs, Edimbourg a su démontrer sa qualité, avec un jeu de mouvement de niveau européen. Donc, avant de parler de leur filer une danse ou de marquer tant d'essais, essayons de gagner d'un point. Après, si ça se passe bien, si l'on voit au cours du match que l'on commence à prendre le dessus, on verra bien. Mais depuis seize ans, annoncer avant une rencontre que l'on allait marquer "x" essais n' a jamais été le discours du Stade Toulousain.

L'heure est à l'humilité ?
La compétition de haut niveau demande avant tout d'aborder les choses avec humilité. Même avec un début de championnat réussi, où nous occupons la première place. Même en Coupe d'Europe, où nous faisons partie des équipes françaises qui maîtrisent leur destin. De notre côté, on sait pertinemment que la compétition sera faite de hauts et de bas, de victoires et de défaites. Et on ne va pas s'alarmer au titre d'une première mi-temps manquée.

Avez-vous demandé des conseils à Marcus Di Rollo, qui connaît bien Edimbourg ?
Non, dans la mesure où cette équipe a énormément évolué par rapport à la saison dernière. Ce n'est d'ailleurs plus la même formation par rapport à il y a quelques semaines, étant donné que nous nous sommes imposés chez eux en faisant un très mauvais match. Dans cette rencontre, ils sont tout de même parvenus à nous prendre deux fois au large, mais ils manquaient peut-être de sérénité à cette époque. Mais aujourd'hui, ce ne sont plus du tout les mêmes.
Pour parler de Marcus, il revient bien avec l'équipe Espoirs. D'ici un match ou deux, c'est un garçon sur lequel on comptera, qui plus est quand nos internationaux seront retenus en équipe de France.

Un mot sur les difficultés rencontrées par les clubs français jusqu'ici en Coupe d'Europe ?
Les équipes anglaises ont débuté leur championnat plus tôt que les équipes françaises, et sont à mon sens mieux préparées pour cette Coupe d'Europe. Ensuite, certaines valeurs sûres parmi les clubs français, comme Paris et Biarritz, ont dû faire face à énormément de blessures et cette année, la H Cup est arrivée très vite après le début du championnat. Amputées de certains de leurs meilleurs joueurs, ces équipes-là ont été en difficulté, surtout en Coupe d'Europe où une défaite suffit pour être dans une situation délicate.
En ce qui concerne Montferrand, il y a eu des matchs superbes de leur part, mais leur gestion du groupe a fait que ce qui passait en Challenge européen ne passe pas en H Cup. Ils se sont peut-être trompés à ce niveau-là, mais s'ils sont quasiment éliminés, ce n'est pas lié à leur niveau de jeu.
Les performances des autres clubs français engagés en Challenge Européen ne sont pas révélatrices, dans la mesure où ils ne jouent pas cette compétition à fond. L'an passé, Clermont l'a joué pour assurer une place européenne et l'a gagné. Cette saison, il y a de fortes chances que Sale remporte cette compétition, alors que les équipes françaises engagées préfèrent assurer leur place en Top 14, à l'image d'Auch, qui ira sans doute à Bath ce week-end avec une équipe B, pour mieux préparer notre venue la semaine suivante.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15