• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 30 août

LA ROCHELLE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Les chiffres-clés de la demi-finale

Mardi 21 mai 2013
Les chiffres-clés de la demi-finale
1. Depuis la création des barrages, lors de la saison 2009-2010, un seul club présent à ce niveau de la compétition a réussi par la suite à devenir champion de France. Il s'agit de Clermont, précisément lors de la première édition de ces quarts de finale, qui avait éliminé successivement le Racing (barrages), Toulon (demi-finale) et Perpignan (finale).

Globalement, sur les trois années précédentes, parmi les deux demi-finalistes issus des barrages, un seul s'est qualifié pour la finale.

2009-2010 

Stade Toulousain (Eliminé en 1/2)
ASM (Qualifiée pour la finale)

2010-2011 

ASM  (Eliminée en 1/2)
Montpellier (Qualifié pour la finale)

2011-2012 

Castres (Eliminé en 1/2)
Toulon (Qualifié pour la finale)

20. La prochaine demi-finale, vendredi à Nantes, sera la 20ème consécutive pour le Stade Toulousain, qui est ainsi présent à ce niveau depuis 1994, sans discontinuer. Il s'agit évidemment d'un record en la matière.

La dernière équipe à avoir empêché les Rouge et Noir d'accéder au dernier carré est Grenoble, qui avait éliminé le club lors de la saison 1992-1993, en quart de finale, sur le score de 19 à 17. 
 

11. Si on se focalise sur les dix-neuf dernières participations du club à ce niveau de la compétition, il est légèrement positif, avec onze qualifications pour huit  éliminations.

C'est le Stade français qui a le plus souvent barré la route aux Toulousains à ce stade de la compétition, avec trois succès. Mais dans le même laps de temps, les Rouge et Noir se sont qualifiés à deux reprises aux dépens des Parisiens.

En revanche, les hommes de Guy Novès ne se sont jamais qualifiés pour la finale face à  Perpignan, qui compte deux victoires face au Stade en demi-finale.

18. Il s'agit de la marge la plus confortable avec laquelle le Stade s'est imposé lors d'une demi-finale.  C'est en l'occurrence un match relativement récent, qui remonte au dernier titre acquis par le club, en 2008. Au stade Chaban-Delmas, à Bordeaux, les Stadistes avaient en effet écarté sans ménagement le Stade français, 31 à 13.

La feuille de match :

Le 22 juin 2008
A Bordeaux (Stade Chaban Delmas) - Stade Toulousain bat Stade français 31 à 13 (mi-temps : 6-3)
Spectateurs : 36.000 environ ; Arbitre : M. Maciello (Comité de Provence)
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de Médard (44), Jauzion (56, 62): 3 pénalités d' Elissalde (18, 21) et Kunavore (49); 2 transformations d'Elissalde (44) et Kunavore (56) ; 1 drop de Fritz (76).
Pour le Stade français : 1 essai de Fillol (73) : 2 pénalités de Hernandez (22, 54) ; 1 transformation de Hernandez (73).

Stade Toulousain : Médard ; Donguy, Kunavore, Jauzion, Heymans ; Elissalde (o) (puis Fritz, 46), Kelleher (m) ; Dusautoir (puis Maka, 45), Sowerby, Bouilhou (cap, puis Nyanga, 59, puis Millo, 64) ; Pelous, Albacete ; Hasan (puis Human, 73), Servat (puis Lacombe, 70), Human (puis Poux, 62).
Carton jaune : Kunavore (72)
Stade français : Corleto ; Saubade, Glas, Liebenberg, Dominici ; (o) Hernandez, (m) Albouy ;
Taylor, Parisse, Burban ; Du Plooy, Marchois ; Marconnet (cap), Szarzewski, Roncero.


36. C'est le Stade français, encore lui, qui a infligé aux Toulousains leur plus cuisante défaite dans le dernier carré de la compétition, avec à l'arrivée un écart de 36 points entre les deux équipes. En 1998, à Brive, les joueurs de la ville rose s'inclinaient en effet 39 à 3.


La feuille de match :

Le 9 mai 1998
A Brive (Stade Municipal) - Le Stade Français bat le Stade Toulousain 39 à 3 (Mi-temps : 23 à 3)
Spectateurs : 10 000 environ ; Arbitre : M. Pérez (Comité de la Côte Basque-Landes)
Pour le Stade Français : 4 essais de Pool-Jones (26e), Laussucq (39e), Comba (66e) et Moscato (76e); 2 transformations (26e, 39e) et 5 pénalités (6e, 14e, 35e, 60e, 78e) de Dominguez
Pour le Stade Toulousain : 1 pénalité d'Ougier (21e)

Stade Français : Gomès; Dominici, Comba, Mytton, Bolo-Bolo (Abadie, 64e); Dominguez (o), Laussucq (m);
Pool-Jones (Moni, 77e), Juillet, Lièvremont; Chaffardon (Ross, 62e), Auradou (Roumat, 77e); Gimbert (Marconnet, 64e), Moscato (Pedrosa, 77e), Simon.
Stade Toulousain : Ougier (Cap.); Garbajosa (Lapoutge, 67e), Paillat (Bondouy, 71e), Ntamack, Marfaing; Delaigue (o) (Deylaud, 55e), Tilloles (m);
Dispagne, Pelous, Labit (Lacroix, mi-temps); Belot, Miorin; Tournaire (Jordana, 67e), Soula (Bégué, 54e), Califano


23. Si l'on se réfère aux dix-neuf dernières demi-finales consécutives disputées par le club, on constate avant tout que, qualité de l'opposition oblige, le Stade marque relativement peu, avec 23 essais inscrits. Parmi les marqueurs, c'est Emile Ntamack qui se détache, avec quatre essais personnels inscrits à ce niveau de la compétition.

"Milou" est par ailleurs l'un des quatre joueurs, avec David Berty, Yannick Jauzion et Rupeni Caucainibuca (il y a deux ans face à l'ASM) à avoir réussi la prouesse d'inscrire un doublé dans une demi-finale.
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15