• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 19 avril

US OYONNAX / STADE TOULOUSAIN

à 14h55

Les chiffres clés de la finale

Mardi 5 juin 2012
Les chiffres clés de la finale

26Toulouse disputera samedi à Saint Denis la 26ème finale de championnat de son histoire. Son bilan, à ce stade de la compétition, est très largement favorable, avec 18 victoires pour seulement sept défaites. La dernière équipe à avoir battu les Rouge et Noir lors de l’ultime match de la saison est Biarritz, qui s’était facilement imposé 40 à 13 en 2006.

3Ce sera samedi la troisième fois que les deux clubs se retrouvent en finale du championnat de France. Jusqu'ici, les rencontres ont toujours tourné à l'avantage des Toulousains, qui ont donc remporté deux de leurs dix-huit sacres face à Toulon. Après le match de samedi, le RCT sera le deuxième club que le Stade aura le plus souvent rencontré à ce niveau de la compétition, derrière l'ASM (1994, 1999, 2001 et 2008) et à égalité avec devant Perpignan (1921, 1924 et 1926)
Le premier duel entre Varois et Toulousains a eu lieu en 1985 (victoire du Stade 36-22), le second, le plus serré,  en 1989 (18-12).

36. C'est le nombre de points record marqué par le Stade Toulousain en finale du championnat de France, et il appartient à la finale de 1985 face à... Toulon. Ce match, où les deux équipes avaient dû avoir recours à des prolongations pour se départager, détient aussi la palme du plus grand festival offensif en terme d'essais, puisque les Toulousains avaient aplati à six reprises dans les en-buts adverses.

Ce jour-là, Bonneval (deux fois), Charvet (auteur d'un triplé) et Claude Portolan avaient été les marqueurs stadistes.


40. A l'inverse, les quarante points encaissés contre Biarritz le 10 juin 2006 constituent le score le plus lourd jamais encaissé par les Rouge et Noir en finale du championnat. Les Basques avaient ainsi marqué cinq essais aux Toulousains, qui égalaient bien malgré eux le record concédé devant  le SBUC, qui leur avait aussi passé cinq essais  lors de la finale du 4 avril 1909.

4. Il est le recordman toulousain des essais marqués en finale du championnat de France, avec quatre réalisations. Ce n'est autre que Denis Charvet, qui a brillé à quatre reprises lors du dernier match de la saison. D'abord en inscrivant un triplé historique face à Toulon, en 1985, puis le deuxième essai de son équipe , toujours devant le RCT, en 1989.

Derrière Charvet, on trouve deux joueurs qui totalisent chacun trois essais : Jérôme Cazalbou et Erick Bonneval.

35. C'est le nombre total d'essais inscrits par le Stade au cours des 25 finales qu'il a disputées jusqu'ici. Cela donne une moyenne de 1,4 essai/match, soit une stat relativement basse, mais qui s'explique évidemment par la qualité de l'opposition rencontrée lors de ce type de rencontres.

A noter que sur les dix-huit titres remportés, deux l'ont été sans franchir une seule fois la ligne d'en-but adverse: en 1997 face à Bourgoin et l'année dernière contre Montpellier.

62. Avec 62 points marqués (en se basant sur le système actuel), Christophe Deylaud est le joueur toulousain le plus prolifique en finale du championnat de France. L'ancien demi d'ouverture a ainsi inscrit 13 pénalités, 4 transformations et cinq drops au cours des quatre finales qu'il a disputées.
Ce joueur était d'ailleurs un authentique talisman (bien qu'on ne soit pas persuadé qu'il s'agisse là d'un hasard !), puisqu'il n'a jamais été battu en finale.

3. Sur l'ensemble des finales jouées par le Stade, l'équipe a marqué au total 11 drops. Si c'est Christophe Deylaud qui est le recordman absolu en la matière (5), un autre joueur a réussi l'exploit de claquer trois drops au cours du même match. Il s'agit de Yann Delaigue, face à Montferrand en 2001.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15