• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Les finales Stade-Clermont (1/3) : le 28 mai 1994

Mardi 24 juin 2008
Les finales Stade-Clermont (1/3) : le 28 mai 1994

Pour sa cinquième finale du championnat de France en dix ans, le Stade Toulousain tient l'occasion d'ajouter un onzième Bouclier de Brennus à une collection déjà bien garnie. L'enjeu est symbolique : en cas de victoire, les Rouge et Noir rejoindraient Béziers au palmarès...  C'est la sixième finale au Parc des Princes pour Albert Cigagna, alors que le vieux de la vieille Joël Dupuy remplace l'infortuné Stéphane Ougier, blessé à la cheville lors de la victoire sur Dax en 1/2.
Face au Stade se présente l'équipe surprise de ces phases finales, qui a battu tour à tour deux supposées grosses cylindrées : Toulon, en quart de finale (15-8), puis Grenoble en demi (22-15).

Comme en 1985, comme en 1991, la finale débutait très mal pour les Toulousains, rapidement menés 9-0 par la botte de Pradier. Il n'y avait pourtant pas de quoi se plaindre, car c'est bien l'ASM qui laissait passer un essai tout fait, consécutif à une glissade de Dupuy. Mais pour une poignée de centimètres, le ballon tapé à suivre par les Jaunards allait mourir en ballon mort.
C'est Christophe Deylaud qui allait remettre les siens en ordre de marche : grâce à une pénalité et un drop, le demi d'ouverture limitait les dégâts à la pause. Tous les espoirs étaient encore permis.

Mais si le Stade revient à égalité à la 52ème, toujours avec Deylaud en buteur, Montferrand repasse devant. Après avoir gâché un nouvel essai qui semblait imparable, les Auvergnats marquent à l'heure de jeu : Berty est lobé par le rebond sur un coup de pied de déplacement; Berrank se saisit du ballon et donne à Christophe Juillet, qui aplatit entre les barres. Il reste vingt minutes, et Toulouse accuse un retard de 7 points.

La réaction ne se fait pas attendre. Sur une chandelle tapée dans les 22 asémistes, Philippe Saint-André cafouille. Ntamack est le plus vif et tape à suivre pour Cazalbou, qui marque en coin. Le chef d'orchestre Deylaud transforme, et les deux équipes sont dos à dos (16-16).
A la 65ème minute, après une prise de balle en touche signée Régis Sonnes, Deylaud claque un nouveau drop. Pour la première fois, le Stade prend l'avantage. La fin de rencontre est totalement dominée par le pack toulousain. Sur une mêlée à cinq mètres, les avants montferrandais, à l'agonie, se mettent cinq fois à la faute. Les Toulousains demandent autant de fois la mêlée, mais jamais l'essai de pénalité ne sera accordé.

La pénalité de la gagne est finalement inscrite par l'inévitable Christophe Deylaud à la 77ème minute. Le score est scellé.
Pour Mola, Sonnes, Castaignède et Olivier Carbonneau, c'est le premier Boucler de Brennus. Berty, Cazalbou, Soula et Miorin brandissent leur second, loin derrière Cigagna et Portolan, sacrés pour la cinquième fois.


 

La feuille de match :

A Paris (parc des Princes) - Stade Toulousain bat Montferrand 22 à 16 (mi-temps : 6-9)
48.600 spectateurs; arbitrage de M. Desclaux.
Pour le Stade Toulousain:1 essai de Cazalbou (63) ; 3 pénalités  (38, 52, 77), 2 drops (40, 66) et 1 transformation de Deylaud.
Pour le Montferrand : 1 essai de Juillet (60); 1 transformation et 3 pénalités de Pradier (6, 26, 34)
Stade Toulousain : Dupuy – Ntamack, P. Carbonneau (Mola), O. Carbonneau, (puis Castaignède, 64), Berty – (o) Deylaud, (m) Cazalbou – Sonnes, Cigagna (cap.), Cester – Belot, Miorin – C. Portolan, Soula (puis Guiter, 78), Califano.
ASM : Darlet, Ph. Saint-André, Ribeyrolles, R. Saint-André, Bertrank, o) Nicol, m) Pradier, Lhermet (cap), Juillet, Costes, Versailles, Lecomte, Duchème, Marocco, Menieu.

 

     
     
     
 
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15