• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Stade-Toulon, retour sur la finale 2012

Mardi 21 mai 2013
Stade-Toulon, retour sur la finale 2012
La feuille de match :
 
Au Stade de France (Saint Denis) - Stade Toulousain bat Toulon 18 à 12 (mi-temps : 9-9)
Temps maussade ; terrain gras ; 80.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Poite (Midi-Pyrénées).
Pour le Stade Toulousain : 6 pénalités de McAlister (2, 20, 35, 42, 64, 70).
Pour Toulon : 4 pénalités de Wilkinson (1, 28, 33, 44).
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Clerc, Fritz, David (puis Jauzion, 62), Matanavou ; (o) McAlister (puis Beauxis, 71), (m) Doussain (puis Burgess, 60) ; Dusautoir (cap), Picamoles, Bouilhou (puis Nyanga, 71); Albacete, Maestri (puis Lamboley, 77) ; Johnston, Servat, Steenkamp (puis Human, 77).
Carton jaune : Servat (62)
Toulon : Rooney ; Palisson, Bastareaud, Giteau, Smith ; (o) Wilkinson, (m) Tillous-Borde ; Armitage, Fernandez Lobbe, Van Niekerk (cap) ; Shaw, Botha ; Kubriashvili, Bruno, Lewis-Roberts.
Cartons jaunes : Bruno (62), Kubriashvili (64)
 
Le résumé :

Ce 9 juin 2012, à la faveur de sa victoire sur Toulon, le Stade était parvenu à conserver le Brennus qu'il avait déjà remporté une saison plus tôt. Il s'agissait du premier doublé toulousain depuis les années 1996-1997, à une époque où le rugby n'était pas vraiment ce qu'il est aujourd'hui. Il s'agissait aussi du troisième titre majeur du club en autant d'années. Le quatrième en cinq ans.
 
Aucun essai n'avait été inscrit durant la rencontre, et c'étaient donc les buteurs qui avaient permis à leurs équipes respectives de faire grimper le score. En première mi-temps, la partie avait été équilibrée, et si Wilkinson avait ouvert la marque pour Toulon dès la première minute de jeu, McAlister n'avait pas tardé à le rattraper une minute plus tard  (3-3).
 
Ce duel avait couru durant toute la première période. Aucune des deux équipes ne parvenaient à prendre le large et les opportunités de s'approcher de l'en-but se faisait très rares. A la pause, les deux formations regagnaient les vestiaires à égalité, 9-9, et bien malin, à ce moment-là, qui pouvait prédire l'identité du vainqueur.
 
Lors de la seconde période, la mêlée toulousaine faisait le travail. Dès les premières minutes, le paquet d'avant stadiste prenait le dessus sur celui du RCT et permettait à McAlister d'obtenir une pénalité et de prendre l'avantage au score. Mais, une fois de plus, Wilkinson ne tardait pas à répondre, ramenant les équipes dos à dos (12-12).

C'est à partir de l'heure de jeu que la partie basculait en faveur du Stade. Après deux cartons jaunes pour Servat et Bruno, l'arbitre sanctionnait Kubriashvili et donnait ainsi à Toulouse un avantage numérique intéressant. McAlister enquillait encore une, puis deux pénalités, amenant les siens à 18-12. Il restait dix minutes à jouer, et jamais l'avance n'avait été aussi importante.

Les dernières minutes, évidemment, étaient plus que tendues. A la 74ème, le RCT obtenait une pénalité, et Wilkinson, plutôt que de la tenter, choisissait d'occuper le terrain. L'Anglais trouvait une superbe touche, quasiment aux cinq mètres, et une supériorité numérique énorme, à l'aile, était gâchée par Toulon. Les Varois venaient de laisser passer leur chance. Toulouse tenait son titre.

Les temps forts du match :

 
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15