• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 29 novembre

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 20h45

ST vs Grenoble : 29 novembre 2014

Thierry Dusautoir : « Fiers d'être là »

Mardi 24 juin 2008
Thierry Dusautoir : « Fiers d'être là »

 

Thierry, le Stade a-t-il gagné sa qualification pour la finale grâce à sa fraîcheur ?
Je ne sais pas. En tout cas, on a su tenir le match jusqu'au KO des Parisiens. Le staff avait prévu une rotation importante, notamment devant. Stratégiquement, les entraîneurs avaient fait le bon choix. Maintenant, en dépit du score final, ce sont toujours des matchs difficiles à gérer, surtout quand ils se jouent par des chaleurs pareilles. On sait que dans ces conditions, il est très difficile de revenir quand on est mené, et c'est ce qui est arrivé au Stade français à partire du moment où nous avons compté une dizaine de points d'avance. On l'avait déjà vu un jour plus tôt avec la victoire de Clermont sur Perpignan.

Quelle était l'ambiance dans les vestiaires ?
Il y avait de la fierté d'avoir battu le Stade français, qui avait fait le choix de nous rencontrer en demi-finale. Mais rapidement, après la joie, le discours des entraîneurs nous a fait basculer vers la phase de récupération. Quelques minutes après, nous étions déjà dans la préparation de la finale. Il y a deux ans, avec Biarritz, nous étions dans le même état d'esprit, puisque nous avions perdu la finale de Coupe d'Europe contre le Munster avant de nous retrouver en finale du championnat. J'ai d'ailleurs un peu l'impression d'être le chat noir en ce qui concerne la finale européenne, et j'espère porter bonheur, comme cela a été le cas avec Biarritz, pour celle du championnat.

A quoi faut-il s'attendre face à Clermont ?
C'est notre deuxième finale de la saison, j'espère qu'elle se passera mieux que la première. L'ASM a été assez impressionnante dans sa demi-finale et quant à moi, j'espère rester sur le terrain plus de trois minutes contre cette équipe. Cela me changera.
C'est un match bien particulier, avec tout ce qu'il y a autour. Il faudra que l'on soit aussi disponible physiquement que nous l'avons été face à Paris, car aujourd'hui, on se rend compte que nous avons joué cette saison tous les matchs possibles. Mais évidemment, c'est toujours un plaisir de jouer ces types de rencontres, et on ne peut pas cracher sur l'opportunité de jouer deux finales au cours d'une même saison.

Clermont et le Munster, c'est le même calibre ?
Oui, c'est le même niveau. Clermont sera bientôt un grand d'Europe, c'est certain. Pour les avoir vus cette année jouer contre le Munster, c'est un peu le même style, même si Clermont envoie plus de jeu derrière avec ses trois-quarts. Ce sera une opposition de style avec nous, on le sait pour les avoir joués plusieurs fois. Et on sait aussi qu'ils sont impressionnants.

Que retenir des deux confrontations entre les deux clubs cette saison ?

Le match du Stadium est pour moi un peu particulier, et j'ai mis du temps pour récupérer. Ils sont impressionnants, c'est vrai, mais on est pas mal non plus puisqu'on va jouer notre deuxième finale. Il y a une certaine logique à retrouver en finale les deux premiers du classement.

Y-a-t-il une attente particulière à Toulouse avec un dernier titre conquis en 2001 ?
Je ne le ressens pas comme cela. En tout cas, on est un peu dans le même cas de figure que les Clermontois, qui attendent aussi ce Bouclier impatiemment. On est plus ou moins à égalité de ce point de vue, et je ne pense pas qu'un des deux camps soit plus sous pression que l'autre par rapport à ça.
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15