• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 16 août

STADE TOULOUSAIN / US OYONNAX

Ernest Wallon à 18h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Une défaite pour finir

Vendredi 21 décembre 2007
Une défaite pour finir
A Clermont-Ferrand - Clermont bat Stade Toulousain 21 à 17 (mi-temps: 15-3 )
Temps frais; belle pelouse; 15.000 spectateurs environ; arbitrage de M. Darrière (Côte Basque-Landes).
Pour Clermont: 2 essais de Joubert (7), Scelzo (32); 3 pénalités de James (37, 58, 66); 1 transformation de James (32).
Pour le Stade Toulousain: 2 essais de Donguy (44), Heymans (67); 1 pénalité de Du Toit (8); 2 transformations de Du Toit (44, 67)
Clermont: Floch; Rougerie (cap), Joubert, Baï, Malzieu; (o) James, (m) Mignoni; Audebert, Vermeulen, Bonnaire; Privat, Jacquet; Scelzo, Ledesma, Emmanuelli.
Stade Toulousain: Heymans - Médard (puis Clerc, 41), Kunavore, Fritz, Donguy - (o) Du Toit, (m) Kelleher - Dusautoir (puis Nyanga, 75), Sowerby, Bouilhou (cap) - Lamboley, Millo-Chluski - Perugini, Lacombe (puis Servat, 52), Montès (puis Human, 52).

Le dernier match de l'année 2007 n'a pas réussi aux Toulousains, battus par Clermont au stade Michelin lors de la cinquième journée du Top 14. Cette défaite, concédée face à une équipe qui n'avait connu que la victoire à domicile la saison passée, n'est évidemment pas catastrophique: d'une part, les Stadistes resteront leaders du Top 14 à l'issue de cette journée, et de l'autre, il y a fort à parier que bon nombre d'équipes subiront le même sort en Auvergne. Le point de bonus défensif, enfin, est bien mieux qu'une simple consolation. Place maintenant aux vacances pour les joueurs, qui reprendront l'entraînement le 1er janvier, avant de recevoir Castres à Ernest Wallon le 6 janvier.
Comme il l'avait promis, Guy Novès avait sensiblement modifié son XV de départ par rapport à celui qui avait été mis en place face à Leicester. Seuls quatre joueurs, en effet, débutaient à nouveau face à Clermont: Heymans (positionné à l'arrière), Fritz, Dusautoir et Sowerby. Pour le reste, Kelleher était associé à Du Toit à la charnière, et on notait les retours de Bouilhou et Montès, entre autres, pour débuter la rencontre.

 

Le numéro de Malzieu

 

Comme il fallait s'y attendre, les deux équipes produisaient beaucoup de jeu dès les premières minutes. Le ballon était le plus souvent clemrontois, et les Jaunards, à grands renforts de passes, balayaient le terrain dans sa largeur, mais sans trouver de décalage face à une défense plutôt bien en place. Les Rouge et Noir, très pressants en défense, gênaient considérablement les locaux, qui s'en remettaient dès lors à l'excellent jeu au pied de Brock James, auteur en cinq minutes de deux somptueux coups de pied d'occupation.
A la 7ème minute, une remarquable action de Malzieu permettait à l'ASM de marquer le premier essai: l'ailier se débarrassait coup sur coup de Médard, Fritz et Heymans, résistait au plaquage de Donguy et donnait à Joubert, qui marquait dans un fauteuil. Sans doute vexés par cet essai encaissé si tôt, les Rouge et Noir mettaient véritablement la main sur le ballon par la suite. Après une jolie touche captée par Sowerby, le jeu se déployait au large, et une belle charge de Kunavore provoquait une mêlée ouverte, sur laquelle Audebert se mettait à la faute. Du Toit passait la pénalité, et Toulouse revenait à deux points (3-5, 8ème).
Cette fois, les Stadistes étaient dans le match, et dominaient même légèrement en terme de possession. Si deux prétendus en-avants (pour Fritz et Médard) étaient injustement sifflés par M. Darrière, cela ne perturbait l'ensemble d'une équipe que l'on sentait assez sereine à ce moment-là.
Aux alentours de la 20ème, Clermont connaissait un temps fort, un peu à l'image de celui constaté en tout début de match. Toulouse tenait bon, notamment grâce à l'activité toujours aussi impressionnante de Dusautoir, mais commettait quelques fautes. Heureusement pour les Toulousains, James manquait par deux fois la cible et le score n'évoluait pas.
Malgré un rythme toujours aussi soutenu, les réelles occasions n'étaient pas légion. Un petit numéro de Rougerie était à relever, mais la séquence, débutée dans les 22 des locaux, partait de trop loin pour être véritablement dangereuse. Ce n'était pas le cas quelques instants plus tard, après une échappée de Floch le long de la ligne de touche qui contraignait Heymans à sauver les meubles de façon quasi-désespérée. Hélas, dans la continuité, un maul formé aux cinq mètres avançait inexorablement et Scelzo s'en extrayait pour marquer le deuxième essai de son équipe.
Le Stade souffrait, et James, à la 38ème minute, passait une pénalité qui faisait passer le score à 15-3. Il était temps que la pause soit atteinte, car²les Toulousains (à l'exception d'une formidable relance tentée par Heymans) ne parvenaient pas à mettre lamain sur le ballon et passaient leur temps à défendre. Les deux équipes regagnaient les vestiaires sur ce score de 15 à 3, et si rien n'était perdu pour le Stade, un changement de physionomie était indispensable pour conserver un espoir de victoire.

 

Exploit de Kelleher, essai de Donguy

 

La reprise ne pouvait pas mieux redémarrer pour le Stade. Une magnifique feinte de passe de Kelleher, au milieu du terrain, mettait dans le vent la défense clermontoise. Repris dans les 22, le All Black libérait le ballon, qui arrivait à Du Toit. Celui-ci servait magnifiquement au pied Yves Donguy, qui filait entre les barres. Le Stade n'était plus qu'à cinq points et tout redevenait possible. Mais il fallait rester vigilant: en souvenir de Marseille, Rougerie filait seul sur plusieurs dizaines de mètres et défiait Heymans, en position de dernier défenseur. Dans ce quitte ou double, le Toulousain prenait l'avantage et l'action se finissait sur un en-avant.
Le Stade s'en tirait sans dommage, mais pouvait regretter ces quelques ballons bêtement perdus, que ce soit en touche ou sur deux maladresses successives qui rendaient le ballon aux Asémistes. Toutefois, la défense toulousaine, très agressive, permettait de récupérer de précieux ballons. Le jeu au pied de Du Toit, très efficace, donnait aux Rouge et Noir l'opportunité de se rapprocher de l'en-but auvergnat, mais un écran involontaire de Kunavore sur Dusautoir stoppait l'action. Une autre belle occasion de scorer était gâchée quelques instants plus tard, avec un drop totalement manqué par Fritz.
Toulouse, pas de doute, était bien dans son match et dominait nettement depuis une grosse dizaine de minutes. Il fallait maintenant ne pas regretter ces quelques occasions manquées. La réponse, malheureusement, ne tardait pas: Clermont scorait sur sa première incursion dans le camp adverse (un mouvement initié par une nouvelle percée de Rougerie), avec une pénalité de James.
La rencontre, en tout cas, tenait toutes ses promesses, tant on assistait à une orgie de jeu au stade Michelin. L'ASM relevait peu à peu la tête dans ce deuxième acte et reprenait le jeu à son compte. A la 66ème minute, James passait un nouveau coup de pied, qui éloignait les hommes de Novès du point de bonus. Mais c'était sans compter sur Cédric Heymans, qui réalisait soixantes secondes plus tard un authentique chef d'oeuvre, en se faufilant au coeur de la défense jaune et bleue à grands coups de crochets. L'arrière d'un soir aplatissait après avoir passé en revue cinq ou six adversaires et relançait la rencontre.
Clermont, cela dit, montrait une nouvelle fois sa capacité de réaction en repartant de l'avant. Le Stade pliait mais ne rompait pas, mais ne parvenait pas à franchir la ligne médiane et la victoire était pour Clermont. Le match avait été superbe, le mot n'est pas trop fort, et Toulouse pouvait se montrer satisafit du point de bonus défensif ramené dans la ville rose.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15