• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Yannick Nyanga : « Pas le temps de trébucher »

Lundi 10 décembre 2012
Yannick Nyanga : « Pas le temps de trébucher »

Après cette victoire face aux Ospreys, on peut dire que le contrat est rempli…

Oui, nous sommes très contents d’avoir gagné et surtout d’avoir pris le point de bonus car même si ce match était bien parti, nous avons vraiment eu peur en fin de première mi-temps. Nous n’arrivions plus à mettre les choses dans l’ordre, notre rugby était assez brouillon et ils sont revenus à 12-7, ils auraient même pu passer devant avec quelques bonnes occasions.

Après, nous avons bien rectifié le tir en revenant à un jeu plus basique et en appuyant sur nos points forts : nous avons fait une belle partie en mêlée et sur les ballons portés. Nous avons remis les choses dans l’ordre en seconde période ce qui nous a permis de décrocher la victoire et le point de bonus.


Maintenant, il va falloir confirmer chez eux…

Ce sera encore plus dur. Il y a de nombreuses choses à revoir car ce n’était pas un match plein et maitrisé. Nous avons montré que nous étions meilleurs que cette  équipe et cela s’est traduit sur le tableau d’affichage, mais nous avons été un peu inconstants.

Nous aimerions que cela se passe mieux dans le contenu et nous allons rapidement voir ce qui n’allait pas pour nous projeter dans un match à l’extérieur qui s’annonce très compliqué.


Comment expliques-tu que l’équipe ait baissé de pied en fin de première période ?

Je pense que nous avons voulu marquer trop vite, c’est un peu notre défaut quand on démarre bien les matchs. Nous donnons cette impression de domination, d’avancer sur les impacts, de prendre l’avantage sur tous les duels puis nous devenons un peu impatients, nous n’attendons pas ce temps de jeu de plus qui va nous permettre de marquer.

Nous nous précipitons et, comme les équipes en face sont fortes, elles arrivent à nous imposer du turn-over et à nous prendre en contre. C’est ce qui s’est passé sur la fin de la première mi-temps.


Le bonus offensif est un soulagement ?

Oui parce que quand tu mènes 12-0 au bout de 20 minutes de jeu, que tu donnes l’impression de bien dominer ce match, que tu restes un bon quart d’heure dans leur camp en deuxième période avec des successions de mêlée mais sans marquer d’essai, c’est un peu rageant si tu ne prends pas le bonus.

Cela nous est arrivé de nombreuses fois sur des matchs en Coupe d’Europe et nous a parfois coûté un quart de finale à l’extérieur ou une qualification in-extremis. Aujourd’hui, nous ne sommes pas encore en quart mais nous allons essayer de ne pas laisser des points en route.


Vous êtes dans la même configuration que l’année dernière avec trois victoires sur les trois premières journées. Mais la saison dernière, vous sortiez aussi d’un grand match avant de vous incliner face aux Harlequins…

On sort d’un bon match, j’espère qu’on en fera un aussi bon la semaine prochaine, en tout cas j’espère qu’on le gagnera. La H Cup c’est un sprint, on n’a pas le temps de trébucher ou de prendre du retard : il faut démarrer pied au plancher et finir à fond !


Le fait d’avoir eu quelques difficultés samedi va-t-il vous donner encore plus de motivation pour la semaine prochaine ?

On parle souvent de nous comme les favoris et ce statut fait qu’on s’attend à ce qu’on gagne les équipes de trente ou quarante points. Mais nous savions que les Ospreys avaient une très bonne équipe, aucun match n’est facile, il faut tout aller chercher. Nous en avons eu la preuve samedi : dès qu’on relâche un peu, on se met en danger et il faut s’attacher à ce que cela n’arrive plus.
 

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15