Interview

Yannick Nyanga : « La saison passée ne pèse plus dans les têtes »

Interview

 

Quelles conclusions avez-vous pu tirer de cette première journée de championnat ?

Les enseignements de la première journée sont ceux dont nous parlons de plus en plus depuis deux ans : ce championnat n'a plus rien avoir avec celui qui existait auparavant. Aujourd'hui, il y a peut-être une équipe qui est au-dessus des autres, nous savons tous laquelle, mais derrière, il y a treize équipes qui ne sont pas loin.

Nous étions quatrièmes au classement final la saison dernière, et nous avons terminé avec seulement quelques victoires de plus qu'une équipe qui est descendue en Pro D2. Cette équipe, qui est Perpignan, était championne de France cinq ans auparavant. C'est dire la difficulté de ce Top 14. En tant que joueur, cela fait longtemps que nous nous en sommes rendus compte, car même quand nous gagnons, même quand cela paraît facile de l'extérieur, nous sentons que sur le terrain, le niveau s'est élevé.

 

Cette courte victoire sur Oyonnax n'est peut-être pas la manière dont vous pensiez entamer la saison. Que trouvez-vous à redire à cette première prestation mitigée ?

Il y a forcément quelque chose à redire dans tous les matchs sans que ce soit un scandale. Hormis peut-être Brive et Toulon, sur la première journée, tous les matchs se sont joués à pas grand-chose. Tant mieux pour le spectacle, tant pis pour les équipes qui avaient l'habitude de gagner.

Nous sommes tous conscients que nous n'avons pas fait un beau match. Les équipes en face progressent, certes, mais nous nous devons de progresser aussi. Je suis personnellement content d'avoir la possibilité de jouer ce prochain match contre Castres parce que je suis loin d'être satisfait de celui que j'ai joué samedi dernier. J'ai envie de me rattraper. J'ai la chance d'être dans le groupe pour cette rencontre, je vais donc la saisir.

 

Avec un soupçon de réalisme supplémentaire en première période, le Stade aurait pu marquer davantage et la fin de match aurait sans doute été moins compliquée. Est-ce conjoncturel et lié au début de saison ou peut-on y voir un manque de confiance ?

La saison dernière ne pèse plus dans les têtes. J'ai déjà vécu des saisons après des titres, après des saisons exceptionnelles et on parle souvent de manque de confiance quand on n'atteint pas les objectifs que nous nous étions fixés.

Expliquer ce que cache une prestation ne sert à rien. Nous bossons pour retrouver notre jeu. Nous avons axé nos efforts sur certains points précis. Je crois beaucoup au travail, nous verrons vendredi si ces efforts payeront.

 

Que dire de cette équipe de Castres ? La voilà en tout cas condamnée à rattraper à l’extérieur les points gaspillés à domicile face au Stade Français ?

Si Castres vient ici pour se rattraper, c'est que ça doit être facile (rires) ! A nous de leur rendre la tâche un peu plus difficile qu'ils ne l'espèrent et de faire un meilleur match que celui que nous avons fait contre Oyonnax. S'ils sont meilleurs, ils gagneront mais nous allons quand même essayer de nous défendre.

Castres a été finaliste l'année dernière, champion avant ça . Nous allons les respecter en tant que tel, avec beaucoup d'humilité mais avec la fierté de nous dire que nous jouons chez nous.

 

Corey Flynn nous a parlé de toi dans son interview de mercredi. Comment perçois-tu son arrivée dans le pack toulousain ?

Quand un joueur de ce calibre-là rejoint un groupe, c'est forcément une bonne chose, une plus-value pour l'équipe. Malgré le décalage horaire, il est déjà sur le terrain et opérationnel. Nos combinaisons changent chaque année, il faut donc les expliquer... En anglais en plus (rires) !

A sa manière de travailler, on voit bien que c'est un très bon joueur. Il n'est pas nécessaire de lui expliquer mille fois les choses pour qu'il les intègre. Il a juste besoin de comprendre la logique, ce qui lui prend cinq minutes, il est professionnel. Nous avons maintenant l'habitude de voir des Néo-Zélandais ou des anciens All Blacks à Toulouse et jusqu'à présent, ça s'est toujours bien passé avec eux. Je ne pense pas que Corey Flynn dérogera à la règle.