Interview

Guy Novès : « Gommer nos erreurs »

Interview

Quelques blessés sont à déplorer, notamment après le dernier match face à La Rochelle, est-il possible de faire un point infirmerie ?

Ce matin, c'est un peu juste. Gillian Galan est sorti au cours du match sur une blessure à la cheville, nous allons attendre deux trois jours pour voir comment cela évolue. Yann David a reçu un coup, une petite béquille, mais il a l'air d'aller mieux. Il n'y a pas de blessures trop graves sur ce week-end même si Imanol a le genou qui a gonflé et reste incertain bien que la douleur ne soit pas trop importante.


Concernant Louis Picamoles, le délai sera plus long que prévu mais nous n'avons pas d'indication sur la date de son retour. Je souhaite qu'il puisse régler son problème de santé le plus tôt possible.

Jean-Baptiste Elissalde craignait que l'équipe ne soit que dans la réaction après le match contre Castres. Que pouvez-vous en dire après la défaite à La Rochelle ?

Jusqu'ici, nous en sommes à deux victoires pour une défaite dans le championnat. C'est un bilan pour le moment favorable parce que nous restons en haut du tableau. Nous avons eu la confirmation ce week-end que ce n'était simple pour personne. Nous avons déjà commencé à analyser ce qui a mal marché et nous allons continuer à le faire pour essayer d'être meilleurs la semaine suivante.

C'est vrai que par rapport au match d'Oyonnax, contre Castres, nous avons donné l'impression d'être dans la réaction. Cette réaction était quand même incontournable : nous jouions à la maison, après un match faible. La Rochelle était notre premier match à l'extérieur et nous avons alterné le très bon et le très mauvais. Essayons maintenant d'être un peu au dessus de la moyenne parce qu'il est intolérable de voir certains comportements qui n'étaient pas au niveau de ce que nous attendions. Nous nous devons d'être plus professionnels et plus sérieux quand on a la chance de jouer.

Dans quel état d'esprit va se dérouler cette semaine avant un nouveau déplacement, à Brive cette fois ?

Nous allons essayer de gommer nos erreurs, nous alternons encore une fois le bon et le moins bon. Nous avons amélioré certains secteurs de jeu mais il faut arriver à améliorer tous les secteurs pour pouvoir rivaliser dans ce championnat, comme toutes ces équipes qui se cherchent en ce début de saison.

J'essaye de trouver les raisons de notre laxisme, qui n'a pas simplement été lors des vingt dernières minutes. Il a été permanent : après avoir marqué des points, nous avons été immédiatement re-sanctionnés. On marque des points, on en reprend... Il y a quand même un laisser-aller qui n'est pas tolérable. Nous devons marquer des points puis être de nouveau concentrés comme si nous n'avions rien marqué pour pouvoir de nouveau repartir à l'assaut. Contre La Rochelle, cela n'a pas été le cas.

Nous avons vu beaucoup de changement entre la composition face à Castres et celle du week-end dernier. Comment la nouvelle règle de la Fédération, imposant un quota de trente matchs aux joueurs figurant sur la liste du XV de France, impacte la gestion de l'effectif ?

C'est évidemment très compliqué. Encore une fois, c'est une contrainte dont nous aurions aimé nous passer, tout comme les stages avant les matchs où on a l'impression que l'on récupère les joueurs alors qu'ils arrivent le jeudi, cuits. On ne peut pas s'entraîner. On les récupère le vendredi pour jouer le samedi. Ça veut dire que l'on n'a pas eu les internationaux de la semaine, mobilisés ailleurs, préparés ailleurs, fatigués alors que nous faisons attention à cette variable. Tout ça a une incidence et on voit aujourd’hui que certains clubs le payent au prix fort.