Interview

Christopher Tolofua : « Un gros combat »

Interview

Tu as été sur toutes les feuilles de match jusqu'à présent, cela te donne peut-être le recul nécessaire pour faire une analyse du match contre La Rochelle ?

Nous avions bien débuté le match et petit à petit nous nous sommes laissés aller à des irrégularités. Je pense que c'est cette constance qu'il nous faut trouver, en même temps que des automatismes, au niveau de la mêlée notamment. Nous avons manqué d'abnégation sur la seconde mi-temps. Nous l'avons abordée avec la peur de mal faire, cela nous a empêché de tenter des choses. Et parallèlement à cela, faute de discipline, nous avons pris des points, bêtement.


Comment le groupe a-t-il réagi moralement après ce premier revers de la saison ?

Nous avons perdu quelques certitudes, c'est vrai. Mais nous en gardons sur pas mal de secteurs… Offensivement notamment, pas mal de choses sont en place et nous avons réussi à nous trouver les uns les autres.

Le début de semaine a été un peu compliqué, il nous a fallu digérer. Mais nous sommes vite passés à autre chose parce que c'est ce qu'il faut faire : les semaines s'enchaînent vite. Nous avons donc tourné la page pour travailler sur Brive.

Comment vois-tu justement cette équipe briviste et comment appréhendes-tu le déplacement là-bas ?

Nous savons que cela va être compliqué. C'est une équipe qui dispose d'une grosse conquête. Mais nous travaillons les points essentiels. Nous nous attendons à un gros combat, et plus particulièrement sur les ballons portés et la mêlée fermée.

Tu as l'opportunité aujourd'hui de t'entraîner avec Corey Flynn, un joueur qui a une grande expérience notamment chez les Blacks. En quoi sa présence dans l'effectif t'apporte-t-elle ?

Il amène un point de vu différent sur la conquête. C'est un plus pour l'équipe et surtout pour moi. A titre personnel, c'est l'occasion d'apprendre beaucoup de choses. A travers un joueur comme lui, on peut voir que l'hémisphère sud a des automatismes différents dans le jeu, dans la course.

Tu as pris part à la tournée en Australie avec l'équipe de France, comment abordes-tu cette année de Coupe du Monde ?

Je commence cette année avec une bonne préparation, totalement différente de ce que je faisais d'habitude. Je garde en tête qu'il faut quand même réussir en club pour espérer une sélection en équipe de France. Je me focalise donc sur mon équipe tout en ayant un œil sur les sélections. Je sais qu'il me faut travailler sur la régularité, notamment dans les moments difficiles, c'est ce qui permet de différencier le niveau des joueurs.