Interview

Imanol Harinordoquy : « Ne compter que sur nous-mêmes »

Interview

Malgré le résultat, le contenu proposé à Brive a été intéressant. Finalement, qu'a-t-il manqué pour faire la différence ?

Nous avons manqué de régularité dans ce que nous sommes capables de produire. Par moment, nous réalisons de belles choses, tout le monde joue sur le même tempo puis sur d'autres temps, il y a un relâchement, nous devenons spectateurs et plus vulnérables, laissant l'adversaire marquer des points.

Sur la seconde période, notamment la fin du match, nous pouvons contester certaines décisions qui nous auraient permis d'aller chercher au moins un match nul. Nous prenons l'ascendant lors des dernières mêlées du match et l'arbitre nous dit de jouer le ballon. Il aurait aussi très bien pu nous donner un petit quelque chose (sourire). Cela montre qu'il va falloir aller se chercher les points et ne compter que sur nous-mêmes.

 

Le fait de ne pas avoir ramené de points lors des deux derniers déplacements accentue-t-il la pression avant de recevoir Clermont, en se disant qu’un faux pas à la maison est quasiment interdit ?

Nous sommes en danger, c'est peut-être ce qui nous faut aussi. C'est un match à la maison et il faut absolument y gagner. Même si nous avions gagné les matchs précédents, nous aurions été en danger, peut-être pas de la même façon. Ces précédentes sorties nous ont quand même montré que des choses se mettent en place. Nous n'avons juste pas mis tous les ingrédients pour pouvoir maîtriser le match comme nous avions pu le faire face à Castres.

Autant La Rochelle mérite sa victoire, autant le week-end dernier contre Brive nous aurions pu espérer quelques choses. Nous sommes avant tout sur le terrain pour gagner, c'est ce qui nous fait avancer et nous motive. C'est ce qui permet de se retrouver le lundi avec le sourire, dans une bonne ambiance. Nous avons donc une certaine pression et peut-être un peu peur de l'adversaire, mais je pense que nous en avons besoin.

Vous connaissez par cœur cette équipe clermontoise. Mais après sa défaite à domicile devant Montpellier, elle a réalisé une performance de premier plan face au Racing ?

Ils ont eu un début de saison un peu comme nous, en alternant le bon et le moins bon. On connait l'armada et leur potentiel, ils en ont fait une belle démonstration face au Racing le week-end dernier.

Nous savons à quoi nous attendre, il va falloir être sur nos gardes quel que soit l'endroit du terrain parce qu'ils sont capables de jouer de partout. Ils produisent beaucoup de jeu, même de leur 22, sur des ballons de relance. C'est d'ailleurs dans ces situations qu'ils ont mis leurs adversaires à la faute. Il va donc falloir que nous fassions preuve de plus de maîtrise, faire en sorte de sortir de notre camp, soigner notre conquête et être bien en place défensivement. Si nous sommes performants dans ces domaines-là, ce sera déjà un grand pas de fait pour aller chercher une victoire. Il n'y a pas de question à se poser, il faut se livrer à 200 % dès le coup d'envoi.

 

La mêlée a eu quelques difficultés sur les deux dernières rencontres. Quel regard portes-tu sur ce point-là ?

Je pense qu'il y a plusieurs facteurs qui peuvent l'expliquer. Nous avons eu des blessés ce qui entraîne des rotations, des nouveaux sont également arrivés comme Kisi (Pulu) et des changements au niveau de l'organisation ont eu lieu.
La mêlée, c'est beaucoup de paramètres, nous avons besoin de travailler pour nous sentir en confiance. Il nous faut réussir à retranscrire ce que nous travaillons à l'entraînement sur le terrain pour se sentir forts.

Cette semaine, il y a eu pas mal de discussions. Des joueurs qui arrivent n'osent pas forcément prendre la parole, que ce soit Corey (Flynn) ou Kisi (Pulu). C'est important de dialoguer et nous avons réussi à le faire. Ça a fait avancer les choses à l'entraînement. A voir, samedi.

 

Beaucoup saluent tes performances en ce début de saison. Quel bilan tires-tu de tes premiers matchs au Stade Toulousain ?

Je retrouve quelques sensations, il y a encore du travail. Je prends beaucoup de plaisir à travailler dans ce club, avec ce groupe. J'appréhende les matchs les uns après les autres, je suis un compétiteur et je n'ai pas envie de faire le yoyo. J'ai envie d'être plus performant, week-end après week-end dès que l'occasion de jouer me sera donnée.

Il y a quelques mois, j'étais à deux doigts d'arrêter ma carrière, je ne me pose donc pas vraiment de question. Je vois les choses venir au jour le jour et ce n'est  que du bonus d'être ici. Avec la chance en plus de jouer, je ne vous cache pas que je suis heureux.