Stade-Clermont

Le Stade chute sur ses terres

Stade-Clermont

A Toulouse (Ernest Wallon) -  Clermont bat Stade Toulousain 13 à 9 (mi-temps : 6-6 )
Temps magnifique ; belle pelouse ; 18.500 spectateurs environ. Arbitrage de M. Attalah (Franche-Comté).
Pour le Stade Toulousain : 3 pénalités de Flood (5, 34, 80).
Pour l'ASM : 1 essais de Bardy (50) ; pénalités de Radosavljevic (21) et Lopez (39) ; transformations de Lopez (50).
Stade Toulousain : Poitrenaud (puis Fritz, 61) ; Huget, David, Fickou, Medard ; (o) Flood, (m) Vermaak (puis Doussain, 68) ; Dusautoir, Tekori (puis Maka, 54), Nyanga (puis Lamboley, 54) ; Albacete, Maestri (puis Millo, 61) ; Pulu (puis Tialata, 66), Flynn (puis Tolofua, 65), Tialata (puis Neti, 33).
ASM : Buttin ; Nalaga, Rougerie, Nakaitaci, Malzieu ; (o) Lopez, (m) Radosavljevic ; Bardy, Chouly, Bonnaire ; Jacquet, Pierre ; Zirakashvili, Ulugia, Domingo.


Après deux revers consécutifs en déplacement, les Toulousains n'ont pas renoué avec la victoire à l'occasion de la cinquième journée du Top 14. Si les Rouge et Noir avaient l'avantage d'évoluer sur leur pelouse fétiche d'Ernest Wallon, ils ont buté sur équipe de Clermont d'abord dominatrice, puis solide en défense.

 

Flood vise juste, pas Lopez
 

Si Clermont avait plutôt la possession dans les premières minutes, la mêlée inaugurale de la rencontre leur permettait de récupérer une pénalité, grâce à un bel effort collectif. De 45 mètres environ, face aux barres, Flood ouvrait le score.
Cette séquence symbolisait du reste le comportement irréprochable de la conquête rouge et noire en ce début de rencontre, car en touche également, aucun déchet n'était à signaler.

Les Toulousains marquaient du reste le premier essai de la rencontre, mais celui-ci était logiquement refusé pour une faute préalable de Poitrenaud, sur un ballon tapé par Fickou dans le dos de la défense.
Les visiteurs, ceci dit, ne s'en laissaient pas compter, et peu avant le quart d'heure de jeu, ils campaient de longues minutes dans les 22 toulousains, mais sans pouvoir prendre en défaut une défense bien organisée. Dans la foulée ou presque, Lopez, sur un drop, tentait de concrétiser un nouveau temps fort de son équipe, mais il ratait assez nettement la cible.

A la 18ème, Clermont, avec un joli mouvement collectif, s'approchait une nouvelle fois de l'en-but toulousain. Lopez, après une faute stadiste, manquait une nouvelle fois son coup de pied, et le score en restait à 3-0. Il n'y avait pas de quoi s'en plaindre, au vue de la physionomie du match depuis le coup d'envoi.

Mais à force de souffrir, Toulouse concédait logiquement l'égalisation, même si la faute de Fickou, auteur d'un plaquage haut sur la ligne des cinquante mètres, ne s'imposait pas vraiment. Rado, malgré la distance, inscrivait ainsi les premiers points de sa formation.
Rien ne changeait par la suite, et les coéquipiers de Yannick Nyanga avaient très peu de ballons d'attaque à se mettre sous la dent. En défense, ils s'accrochaient, à l'image d'un plaquage opportun de Flood sur Buttin, mais il était clair qu'il fallait à tout prix inverser la tendance.

La première véritable occasion stadiste intervenait à la 32ème, après une superbe relance de Fickou, plusieurs relais, et une échappée de Vermaak, hélas repris in extremis. Les locaux bénéficiaient cependant d'une pénalité, et Flood redonnait l'avantage (6-3).
Cela était malheureusement de courte durée, car suite à une mêlée dans leurs 22, les joueurs de la ville rose concédaient une pénalité, cette fois convertie par Lopez.

Les deux équipes regagnaient les vestiaires sur un score de parité, et les Rouge et Noir ne pouvaient pas s'en plaindre. Il allait falloir un autre comportement, lors du deuxième acte, pour se mettre à l'abri de toute mauvaise surprise.
 

Bardy donne l'avantage
 

On ne pouvait pas dire que les choses changeaient à la reprise : l'essentiel du jeu se déroulait dans le camp stadiste, et la mêlée toulousaine rendait deux ballons en cinq minutes, ce qui n'arrangeait rien. Les approximations et en-avants non provoqués se succédaient, et l'ASM se voyait offrir bon nombre de munitions.

A la 49ème, une combinaison Malzieu-Rougerie était à deux doigts d'aboutir à un essai de ce dernier, et seule une intervention salvatrice de Fickou permettait de garder l'en-but inviolé... dans un premier temps. Car ensuite, une charge de Bardy ne pouvait être contenue, et cette fois, l'essai était accordé, avec l'aide de la vidéo.

Déjà dans l'air depuis le coup d'envoi, le danger, maintenant, était bien présent. La réaction stadiste, dès le coup de pied de renvoi, était certes méritoire, mais elle ne se concrétisait pas en occasion d'essai. Une touche superbe trouvée par Flood, dans les cinq mètres adverses, ne trouvait pas meilleure issue.

Une véritable occasion était enfin à signaler à l'heure de jeu, mais la combinaison Maka-Huget-Fickou échouait d'un rien. Les Rouge et Noir ne ménageaient pas leurs efforts, dominaient territorialement, mais Clermont conservait son avantage.
Malgré les efforts locaux, la aprtie tombait par la suite dans un faux rythme ce qui, évidemment, faisait plutôt les affaires des Jaunards. Une passe au pied de Flood à destination de Fickou (70ème), ne donnait rien, et sur la pénalité sur laquelle l'arbitre revenait, Flood, en position favorable, manquait la cible. Rien ne voulait sourire...

Le Stade poussait, poussait, mais malgré plusieurs situations favorables, plus rien n'était marqué. La défaite, pour la première fois de la saison à domicile, était au bout, malgré l'ultime pénalité de Flood, qui donnait le bonus défensif.