L'interview décalée

Imanol Harinordoquy

L'interview décalée

Quel joueur valait-il mieux avoir avec que contre soi ?

Celui qui m'a fait le plus peur, c'est Soso Puleoto. Je me disais qu'il était vraiment dangereux. Mais j'ai eu de la chance, parce qu'il jouait dans mon équipe.

Quel est le joueur le plus fort que tu as côtoyé ?

Le joueur qui vraiment fait la différence quand il joue dans ton équipe, c'est Dan Carter. Il a un don, il est en avance sur les situations et voit immédiatement ce qu'il se passe. C'est un très grand numéro 10. Et parmi les joueurs avec lesquels j’ai eu la chance de jouer, dans le même style, pétri de talent et qui a toujours un temps d'avance dans le jeu : Dimitri Yachvili.

Le joueur le plus drôle ?

Il y en a beaucoup, mais Fabien Barcella, certainement. On peut dire que c’est quelqu’un qui sait mettre de l’ambiance dans un vestiaire.


La scène de vestiaire la plus mémorable ?

En 2007, nous gagnons le Tournoi des VI Nations au Stade de France. Quelques-uns se sont amusés à vider tous les shampoings que nous avions en stock. Ça a rempli deux salles entières et un couloir de mousse. On ne pouvait plus aller dans les douches, on ne voyait plus rien dans le vestiaire !


Retrouvez l'intégralité de l'interview décalée d'Imanol Harinordoquy sur le mag digital de Stade Toulousain-Stade Français, page 18 :