Face à Paris

Le Stade repart de l'avant

Face à Paris

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Stade Français 22 à 10 (mi-temps : 12-3 )
Temps beau et agréable ; belle pelouse ; 15.783 spectateurs. Arbitrage de J.Garcès (Béarn).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Fickou (51); 5 pénalités de McAlister (5, 22, 32, 38, 44); 1 transformation de McAlister (52).
Pour le Stade Français : 1 essai de Sinzelle (48); 1 pénalité de Bosman (26); 1 transformation de Fillol (49). 
Stade Toulousain : Médard ; Clerc, Fritz, Fickou, Matanavou (puis Ramos, 79) ; (o) McAlister, (m) Doussain (puis Bezy, 79) ; Harinordoquy (puis Maka, 73), Galan (puis Dusautoir, 30), Camara ; Albacete, Tekori (puis Maestri, 61) ; Tialata (puis Aldegheri, 61), Marchand (puis Pulu, 41), Baille (puis Marchand, 74).
Stade Français : Camara ; Sinzelle, Doumayrou, Danty (puis Plisson, 58), Ioane ; (o) Bosman, (m) Fillol (puis Tomas, 58) ; Nicolas (puis Lavalla, 61), Lakafia (puis Sempere, 72), Garrault ; Mostert (puis Papé, 41), Pyle ; Kubriashvili (puis Slimani, 63), Sempere (puis Bonfils, 53), Taulafo.

Après cinq revers d’affilée, le Stade met fin à la série noire en s’imposant logiquement 22 à 10 face au Stade Français. Solide en conquête, cette victoire rassure et remet l’équipe sur de bons rails.

Une conquête retrouvée

Dès la 4ème minute, la jeune paire Baille-Marchand mettait à la faute Kubriashvili sur mêlée et McAlister ouvrait la marque en passant les trois points de pénalité.

Suite à un lancer mal assuré par les Stadistes, Paris récupèrait le cuir sans toutefois parvenir à franchir le premier rideau. Le ballon allait être gratté au sol puis rapidement joué par Doussain qui avancait et servait un Imanol Harinordoquy très percutant. La première séquence intéressante des Toulousains n'aboutissait cependant pas dans l'en-but mais était récompensée au pied par McAlister. Le Stade Toulousain menait 6-0.

Par l'intermédiaire de Bosman, le Stade Français revenait à 6-3 suite à une faute au sol de Marchand qui ne s’était pas dégagé de la zone plaqueur-plaqué. Cela n’empêchait pas les Toulousains, solides et appliqués en conquête de continuer à augmenter leur score, de trois points en trois points, notamment grâce à un maul destructeur.

Après une première période nerveuse mais maitrisée, les Toulousains menaient donc 12-3 grâce au pied de Luke McAlister qui réalisait à cet instant un sans faute mais aussi à l’excellente performance d’Harinordoquy aussi précieux dans les airs que dans le jeu courant.

Le Stade tue le match

Dès la reprise, les Rouge et Noir continuaient sur leur lancée et McAlister portait le score à 15-3 suite à une faute de Pyle. Le Stade allait par la suite connaître sa première et seule frayeur de la soirée. Suite à une passe sautée de McAlister au niveau des 40 mètres toulousains, Sinzelle interceptait et filait aplatir entre les perches. Jérôme Fillol transformait facilement et ramenait le Stade Français à 15-10.

Mais les Stadistes ne se laissaient pas abattre et repartaient immédiatement de l’avant. Luke McAlister rattrapait son erreur, attirait deux défenseurs et donnait après contact un véritable caviar à Fickou qui n’avait plus qu’à aplatir entre les perches. Le Stade Toulousain menait alors 22-10 suite à la transformation réussie par McAlister

Le score n’allait plus bouger et Toulouse, comme en première mi-temp maîtrisait la fin de match et l’emportait logiquement.