Réaction

Harinordoquy : « Grandir tous ensemble »

Réaction

Battre Toulon à domicile et confirmer la bonne lancée de la semaine dernière, qu'est-ce que cela t'inspire ?

C'est une victoire qui fait du bien au moral. Nous en avions besoin. Le week-end dernier, tout n'était pas parfait mais le résultat était important. C'est ce que nous cherchions depuis plusieurs matchs pour pouvoir construire dessus. Nous ne sommes pas devenus bons du jour au lendemain parce que nous avions gagné, nous avons juste continué à travailler.

Le week-end dernier vous a-t-il permis d'aborder cette rencontre avec plus de confiance ?

La victoire sur le Stade Français a impacté notre moral mais nous savions pertinemment qu'il y avait encore beaucoup d'imprécisions à gommer. En revanche, ce soir, nous avions peur des Toulonnais. C'est ce qui nous a poussé à hausser notre niveau de jeu, en tout cas sur les trente premières minutes. Chacun a tenu son rôle et s'est relevé deux fois plus vite pour repartir avec encore plus d'agressivité. C'est ce qui a fait que nous avons existé. Ensuite, c'est devenu un peu plus compliqué.

Qu'est-ce qui a fait la différence ce soir face au champion de France et d'Europe ?

Nous savions que si nous les laissions imposer leur puissance physique et leurs qualités individuelles, cela aurait compliqué parce qu'ils ont une sacré armada. Nous nous sommes préparés en conséquence. Nous travaillons sur les points qui restent à améliorer, nous avons envie de faire mieux et de gagner. C'est ce qui nous permet d'avancer au quotidien lors des entraînements. Nous n'allons pas nous emballer ce soir parce que nous avons battu Toulon. Nous savons que la route est longue et nous savons d'où nous venons. Il faut prendre les matchs les uns après les autres.

Il y avait le risque de se relâcher après la victoire face au Stade Français mais vous ne semblez pas être tombés dans le piège.

Nous ne voulions pas retomber dans nos travers. Nous avions conscience que cela allait être très dur ce soir. Je ne vais pas le cacher : nous ne nous attendions pas à faire une telle entame de match. Nous essayons de grandir tous ensemble en construisant sur une confiance mutuelle. Aujourd'hui nous avons prouvé que nous pouvions faire de belles choses mais nous manquons de régularité. Il nous faut maintenant tenir un match sur le rythme que nous avons montré sur la première mi-temps. Ce jour-là, nous pourrons dire que nous sommes devenus grands.


La conquête a été très efficace contre Toulon, on a la sensation que vous avez franchi un palier ?

C'est un domaine compliqué, qui demande beaucoup de maîtrise et de confiance. Nous n'avons pas encore tous les joueurs mais tout le monde travaille dur. On sent beaucoup d'implication tout au long de la semaine. Cela nous permet d'acquérir certains automatismes et d'avoir confiance sur des basiques. Les mêlées aussi ont plutôt bien fonctionné ce soir alors que c'est un secteur où tout le monde veut nous prendre. Je félicite Neemia qui a montré qu'il était bel et bien présent ce soir, même s'il n'était pas seul. Une grosse solidarité se dégage du groupe.

Guy Novès disait qu'il te connaissait en tant que joueur et qu'il te découvrait maintenant en tant qu'homme. Il parlait de toi comme d'un leader.

Nous apprenons à nous connaître. Nous avons été adversaires pendant des années. Nous nous sommes un peu égratignés et agacés parfois. Aujourd'hui, nous avons des relations différentes. Ce qui est sûr c'est qu'il m'a fait confiance, j'essaye donc de l'honorer.

Tu as dit que tu avais failli arrêter ta carrière il y a quelques mois, est-ce qu'aujourd'hui tu es étonné de tes performances ?

J'arrive à faire des choses dont je ne pensais plus être capable. Je ne vais pas reparler de mes moments difficiles ces deux dernières saisons. Grâce au staff médical et aux préparateurs physiques qui m'ont très bien accueilli, je travaille beaucoup. Avec de la méthode et de la patience, nous remettons les choses dans l'ordre ce qui me permet de reprendre confiance et de me sentir bien.