Bath-Stade

Vincent Clerc : « Elever notre niveau de jeu »

Bath-Stade

On présente Bath comme un adversaire dangereux. Est-ce que son résultat de la semaine dernière face à Glasgow (défaite, 37-10) nuance ce constat ou faut-il au contraire être d'autant plus méfiant à l'égard de cette équipe anglaise ?

L'écart au score est étonnant. Surtout que Bath fait un très bon début de saison en championnat anglais. Nous ne nous attendions pas à ce qu'ils perdent de cette manière. Ils ont été beaucoup contrés par Glasgow qui est une équipe surprenante et qui, a mon avis, va faire figure de favoris dans notre poule. Ils ont fait un match de très haut niveau, on sent qu'ils se sont concentrés sur cette Coupe d'Europe.

Mais il ne faut pas pour autant remettre en question tout le début de saison de Bath sur cette défaite. Ils ont accumulé de belles victoires avec de gros scores, ils sont très performants.

Sachant cela, comment allez-vous appréhender cette rencontre ?

Nous avons besoin de rester sur le tempo que nous avons depuis quelques semaines. Il nous faut rester maître de notre jeu et continuer avec ce dynamisme-là. Il sera important de priver Bath d'occasions parce qu'ils ont tendance à monopoliser le ballon et faire de longues séquences de jeu. Leurs joueurs sont très dynamiques. Ils posent beaucoup de problèmes à la défense adverse.

La semaine dernière vous receviez Montpellier pour la première journée de l'ERCC, mais ce déplacement en Angleterre contre Bath a peut-être un peu plus l'allure d'un match de Coupe d'Europe ?

Nous avons vraiment la sensation de rentrer dans la Coupe d'Europe cette semaine. C'est toujours un peu plus plaisant d'affronter des équipes que nous n'avons pas souvent l'occasion de jouer dans l'année. Le fait que le match à venir soit un match couperet pour Bath nous fait entrer de plein pied dans la compétition. Perdre à domicile signifierait pour eux plus de difficultés pour se qualifier, c'est donc déjà un match de phases finales. Cela rend le challenge très excitant, c'est ce qui donne toute cette saveur à la Coupe d'Europe.

Quel souvenir as-tu du dernier déplacement du Stade Toulousain à Bath, qui avait eu lieu la dernière journée de Coupe d'Europe en 2009 ?

Cela fait partie des matchs les plus apocalyptiques que l'on ait pu jouer. Il avait grêlé, puis plu. Le terrain était troué de grosses flaques. Le score final avait été de 3-3. Malgré tout, cela avait été un beau match, dans des conditions catastrophiques et très difficiles. J'espère que nous aurons de meilleures conditions ce week-end !

C'est aussi un souvenir particulier parce que nous ne savions pas que nous étions qualifiés. Personne ne nous l'avait dit à la mi-temps. Cette rencontre avait donc été stressante jusqu'au bout et tout le monde avait ressenti un grand soulagement au coup de sifflet final.

Georges Ford est l'ouvreur de cette équipe de Bath, il est connu pour son jeu au pied. Cette donnée doit alerter l'ailier que tu es.

Exactement, il nous faudra être vigilants. Il est important que nous réussissions à bien communiquer sur le trio de derrière pour justement l'empêcher de pouvoir déborder les ailiers et pouvoir soulager l'arrière. L'arme du jeu au pied est très utilisée dans la panoplie du numéro 10 anglais, plus qu'en France.

Justement, ce style anglais dans la pratique du rugby, que peux-tu nous en dire ?

Il me semble que les Anglais ont plus tendance à se lâcher que les Français. Ils jouent énormément de ballon, ils ont peut-être un peu moins la pression de la descente du bas du tableau. On a l'impression qu'il y a plus de volume de jeu dans le championnat anglais. C'est peut-être la façon d'arbitrer aussi qui leur laisse plus de place. Dans ce genre de jeu, il faut être prêts physiquement, et nous le serons.
On apprécie ces matchs de Coupe d'Europe où le jeu est souvent moins haché. On y prend beaucoup de plaisir.

C'est le premier déplacement depuis que l'équipe est sortie de sa série noire. Malgré le regain de confiance, y a-t-il une petite appréhension et peut-être la crainte de retomber dans le schéma que vous avez connu en début de saison ?

Sur les cinq défaites, les trois dernières auraient pu basculer en notre faveur. Un manque de confiance et de rigueur a fait que nous avons perdu. Mais nous sommes maintenant dans une dynamique positive, il nous faut rester dans ce tempo-là. Nous avons montré de bonnes choses, un peu sporadiquement. Nous avons eu du mal à le faire sur un match complet. Il nous faut aller chercher des mi-temps que nous avons pu faire contre Toulon, contre Montpellier ou le Stade Français et les répéter sur 80 minutes.

Le fait que le match soit à domicile ou à l'extérieur ne doit influer ni sur notre style de jeu, ni sur notre investissement et encore moins sur la discipline. Nous avons ciblé les erreurs que nous avons pu faire dans le passé, nous avons réussi à les rectifier sur nos trois derniers matchs. Je ne sais pas si nous gagnerons mais pour nous en donner les moyens, nous allons élever notre niveau de jeu.