Avant Stade-La Rochelle

Thierry Dusautoir : « Garder cet état d'esprit »

Avant Stade-La Rochelle

 

Samedi, vous affrontez La Rochelle pour la 16ème journée de championnat avant de jouer les derniers matchs de poule de Coupe d'Europe. Peut-on parler de match piège ?

Nous sommes dans une situation où tous les matchs sont importants. Quelque part, ce n'est plus l'adversaire ou la performance de notre adversaire qui compte, c'est la nôtre. Nous sommes vraiment focalisés sur les points qu'il nous faut pour accéder à cette fameuse sixième place en championnat. Cela fait un moment que nous courrons après, maintenant c'est le moment d'accélérer parce que nous sommes dans la deuxième partie de la saison et il devient urgent de récolter des points.

Cela dit, une semaine plus tard, le Stade jouera une part importante de sa qualification européenne face à Bath. Y a-t-il un risque que cette échéance pollue la préparation de La Rochelle ?

Il est normal de penser à la prochaine quinzaine européenne parce que nous jouons aussi notre avenir en Coupe d'Europe sur le match de Bath. Il est donc évident qu'il est dans les têtes de tout le monde. Sur une saison, il y a deux compétitions et sur l'une d'entre elles, nous sommes loin du compte. Il nous faut donc prendre tous les points qui se présentent. Contre La Rochelle samedi, nous avons besoin de gagner.

Est-ce que d'après toi, pour réaliser un beau match de Coupe d'Europe, il faut déjà assurer une bonne prestation en championnat ce week-end ?

Bien-sûr, si nous faisons un match appliqué et de qualité, ce sera déjà une très bonne base pour travailler la semaine suivante et préparer un match d'un niveau encore plus important face à Bath. Une belle performance contre La Rochelle nous mettrait sur de bons rails. Mais objectivement, je m'applique déjà à me concentrer sur le match de La Rochelle parce qu'en championnat, nous avons trop de retard pour avoir le luxe de passer à côté.

Votre classement vous oblige presque à enchaîner quatre mois de phases finales où tous les matchs vont compter. Sens-tu ton équipe capable de relever le défi ?

Nous avons une équipe qui a les capacités de le faire. Maintenant entre avoir la capacité de le faire et le faire, il y a une grande différence. Aujourd'hui, nous avons montré que nous pouvions avoir une certaine régularité mais nous avons parfois des absences qui nous coûtent cher comme notamment ce match perdu face à Grenoble à Ernest Wallon qui a remis les compteurs à zéro en ce qui concerne notre remontée. Nous n'allons pas non plus nous mettre plus de pression qu'il n'en faut, chaque chose en son temps. Quand on réfléchit comme ça, cela souligne d'autant plus l'importance du rendez-vous contre La Rochelle.

Au-delà des points faibles entrevus à Clermont dimanche dernier, on a aussi vu une solidarité énorme chez les joueurs et une défense plutôt performante. Ce sont des éléments qu’il faut retenir en priorité ?

Il faut effectivement améliorer les secteurs qui ont été plus que déficients face à l'ASM mais aussi s'appuyer sur ce qui nous a permis d'exister dans ce match. C'est une valeur de base qu'il ne faut absolument pas perdre parce que, pour moi, c'est ce qui fait le socle véritable d'une équipe. Améliorer les points négatifs est un impératif, c'est certain, mais nous retiendrons surtout l'envie qui nous a animés contre Clermont.

Si Clermont est la meilleure défense du Top 14 à domicile, le Stade ne s’est quasiment procuré d’occasion d’essais en Auvergne, et plus généralement, le club est 7ème au classement des attaques. Est-ce un sujet de préoccupation et, surtout, comment améliorer la situation ?

Cette situation sur le dernier match est aussi due à une conquête qui n'a pas été bonne, à notre incapacité à sortir de notre camp. Quand on est sous pression pendant 80 minutes, l'inévitable arrive : on prend des essais. Sur la première période, c'est un essai gag, où la production de l'ASM n'a rien à voir avec ce qu'il se passe mais sur la seconde, c'est un bel essai construit. Quand on ne fait que défendre sur un match, c'est compliqué de ne pas prendre de points et de ne pas faire de fautes. Il serait intéressant d'avoir plus de ballons à exploiter tout en gardant notre défense et cet état d'esprit qui a été très positif.

Vous n'avez certes pas eu beaucoup de ballons mais vous avez eu des difficultés à mener vos phases offensives à terme.

Nous avons essayé de terminer des actions un peu trop rapidement. Nous n'avons pas réussi à apporter de la continuité dans le jeu, c'est dommage. Cela a été un point négatif mais dans ce que nous avons pu faire et dans la volonté de construire, de produire du jeu sur le peu de ballons que nous avons eu, on ne peut pas reprocher à l'équipe d'avoir fermé le jeu. Nous avons eu beaucoup de déchets, il faudra être plus patients et construire un peu plus nos actions à l'avenir sans chercher à les terminer systématiquement et faire l'exploit ou le geste décisif à chaque action.

Les défenseurs venaient souvent couper les transmissions entre le porteur de balle et le soutien mais cela veut dire aussi que nous avions percé le premier rideau. Les passes latérales deviennent dangereuses dans ce cas-là, c'est pour cela que nous nous sommes faits intercepter. C'est dans ces moments-là où il nous faut être plus appliqués. Il faut retenir le fait que nous avons réussi à créer des brèches. Mais avec plus de patience, nous aurions pu rendre une copie plus intéressante.

Quid de cette équipe de La Rochelle ? Si elle est lanterne rouge du Top 14, elle est loin d’avoir abdiqué dans la course au maintien ?

Aucune équipe n'abdique en Top 14. La Rochelle est la première équipe qui nous a posé des soucis dans la saison. Nous avons largement perdu chez eux, nous connaissons donc leur qualité. Ils sont opportunistes, leurs ailiers sont performants et ils disposent aussi d'une bonne conquête qui nous avait notamment posé des problèmes en mêlée. Nous avons vu combien ils avaient du caractère : au match aller nous avions bien commencé la première période en les mettant d'entrée sous pression et ils étaient revenus petit à petit dans la partie. C'est une équipe que nous prenons très au sérieux, mais quelle que soit l'équipe nous nous devons de la prendre au sérieux.