Parole de capitaine

Thierry Dusautoir : « Logique de rester »

Parole de capitaine

Tu as officialisé la prolongation de ton contrat au Stade Toulousain. Peux-tu nous donner les raisons de cette décision ?

Cela fait maintenant neuf ans que je suis ici, c'est un club qui est très important pour moi. J'avais la possibilité de partir mais lorsque le Stade m'a montré son engagement en me proposant deux années de contrat, je n'avais aucune raison de partir. Pour moi, c'est plutôt logique de rester ici. Aujourd'hui, ce qui est important c'est que je sois restée au Stade Toulousain. Je remercie les clubs qui ont montré leurs intérêts en France et à l'étranger mais ma décision a été prise.

Qu'en est-il du côté sportif ?

C'est un excellent choix sportif, le Stade Toulousain reste une grande équipe. Il est vrai que cette saison est particulière parce que nous l'avons mal débutée avec cinq défaites d'affilée. Mais nous continuons à nous bagarrer pour recoller au peloton de tête en championnat. Et nous sommes encore leader de notre poule en Coupe d'Europe. Nous avons d'ailleurs un match important ce week-end pour valider ces quatre premiers matchs gagnés sur la scène européenne. Je suis très heureux de continuer à jouer pour ce grand club.

Pourquoi es-tu aussi attaché au Stade Toulousain ?

C'est un club qui m'a permis de grandir, de côtoyer de grands joueurs et de jouer en équipe nationale. Je suis certain que ma carrière aurait été très différente si je n'étais pas passé par le Stade Toulousain. J'aime le fait d'être ici et de pouvoir compter sur le soutien de tous les supporters, à Toulouse ou même ailleurs dans la région. C'est un attachement viscéral que les gens ont pour le Stade. Et pour moi, il était important de pouvoir continuer voire même de terminer ma carrière au Stade Toulousain. Je voulais m'y inscrire dans la durée. Et je suis ravi de le faire.

Je ne sais pas s'il s'agira de mon dernier contrat. Nous allons déjà jouer le match de ce week-end, terminer cette saison, jouer les deux prochaines années et puis nous verrons. A l'issue de cette prolongation, j'aurai trente cinq ans. Le corps a ses limites, même si la tête a toujours envie de réaliser de grandes choses. Il faut parfois être raisonnable.

Dimanche, Bath vient jouer le match retour à Ernest Wallon. C'est une rencontre dont on parle beaucoup. Comment l'appréhendes-tu ?

Nous allons jouer notre qualification contre une équipe qui est extrêmement performante et qui montre des choses très intéressantes depuis un moment déjà dans le championnat anglais. Nous avons réussi à les battre chez eux et nous savons qu'ils vont revenir avec un double sentiment de revanche puisque la qualification sera en jeu. Nous sommes en train de préparer ce match sereinement, sérieusement et j'espère que nous pourrons répéter la performance que nous étions allés faire à Bath.

Cette équipe anglaise a beaucoup évolué depuis votre dernière rencontre. En quoi va-t-elle être différente ?

C'est une équipe qui s'est renforcée avec l'arrivée de Sam Burgess au centre. C'est un très grand de joueur à XIII qui apporte toute sa puissance au milieu du terrain. Il faudra aussi compter sur le retour de Banahan qui ne jouait pas au match aller et François Louw est également de retour.

Dans l'ensemble, ils ont un effectif assez conséquent, avec Ford à la baguette qui a montré pendant la tournée d'automne quel 10 il pouvait être au niveau international. Il n'y a pas de doute, c'est une grande équipe.