Montpellier-Stade

Luke McAlister : « Dernière chance »

Montpellier-Stade

Comme le disait Clément Poitrenaud après le match dimanche, la Coupe d'Europe n'autorise qu'un seul faux pas et vous avez utilisé votre joker contre Bath. La victoire est maintenant impérative pour accrocher les quarts de finale.

C'est effectivement notre dernière chance. Nous le savons que trop bien. Le challenge dimanche dernier contre Bath était de taille. On peut parler de moment difficile parce que nous n'étions peut-être pas en forme. Nous avons eu tout le temps de débriefer ce gros match à la vidéo pour repartir sur de bonnes bases et se préparer pour Montpellier.

Nous n'avons pas assez bien joué contre Bath. Nous avons perdu beaucoup de ballons, nous avions fait la même erreur contre La Rochelle. Bath a su en profiter et a concrétisé ses occasions. De notre côté, il était trop difficile de mettre notre jeu en place en rendant autant de munitions à notre adversaire.

Bath a impressionné beaucoup de monde dimanche dernier. Ce match vous laisse-t-il des regrets ou votre adversaire était-il ce jour-là tous simplement trop fort ?

Bath a très bien joué. Ils ont construit leur jeu sur nos faiblesses et nous n'avons pas réussi à contrarier leurs plans. Malgré tout, nous étions dans le match. Chacun de nous était impliqué et personne n'a jamais abandonné. Nous avons même failli revenir au score et égaliser. Mais Bath a simplement été meilleur, ils méritaient de gagner.

Ce match constituait une priorité et il a été perdu après une débauche d’énergie impressionnante. Comment est le moral des troupes cette semaine ? Le groupe a –t-il réussi à tourner la page ?

Nous sommes des professionnels, quel que soit le résultat du match, nous sommes présents le lundi pour débriefer, regarder ce qui a fonctionné et ce qui n'a pas marché. Nous avons l'habitude. Malgré cela, il n'est pas facile de perdre, évidemment. Nous devons rester positifs et tirer des conclusions de cette défaite, appréhender les choses de façon constructive. Nous ne pouvons pas nous flageller constamment. Il faut regarder nos erreurs en face et travailler pour nous améliorer.

Il n'y a pas de manque de confiance dans le groupe. Les mauvaises passes sont difficiles mais nous devons être confiants et cela commence aux entraînements. Sourire, s'amuser, ces éléments construisent la confiance. C'est ce dont nous avons discuté lundi : il nous faut relever la tête, être bien les uns avec les autres et prendre du plaisir à jouer ensemble.

L’une des inconnues de la rencontre est l’état d’esprit qu’affichera Montpellier, déjà éliminé. Est-ce un élément de nature à influer sur votre préparation ?

Non mais aller jouer là-bas n'est quand même pas une mince affaire. Ils sont très forts à domicile mais nous ne pouvons nous permettre d'en avoir peur. Les nouveaux coachs de Montpellier ne voudront pas s'incliner si facilement même s'ils n'ont plus rien à gagner dans cette Coupe d'Europe.

Pour eux, l'essentiel est ailleurs. Il est dans la fierté du club. Ils vont aligner la meilleure équipe possible et faire en sorte de gagner le match. Jack White est un compétiteur et il ne fera pas entrer ses hommes sur le terrain sans l'ambition d'obtenir un résultat.