Réaction

Guy Novès : « Se tourner vers le championnat »

Réaction

 

Thierry Dusautoir parlait d'un gros coup sur la tête après la défaite à Montpellier et l'élimination du Stade Toulousain en Coupe d'Europe. Est-ce aussi comme cela que vous l'avez ressenti ?

Sportivement, c'est en effet un gros coup sur la tête. La qualification nous tendait la main il y a quinze jours. Elle nous échappe d'un point au goal-average particulier sur le dernier match que nous perdons à l'extérieur d'un point. En l'occurrence, sur trois matchs à l'extérieur, nous en avons gagné deux. Il est vrai que malgré les efforts consentis, les espoirs surtout, compte tenu que nous étions bien placés dans cette compétition, nous sommes extrêmement déçus ce matin.


Pouvons-nous faire un point sur l'effectif avant le retour en Top 14 ?

Kisi Pulu a été libéré et Schalk Ferreira est de nouveau disponible. Pour les autres, il est un peu tôt pour annoncer quoi que ce soit. J'espère que nous aurons quelques nouvelles dans le courant de la semaine.

Qu'en est-il des internationaux, pourront-ils jouer avant le premier match du Tournoi des Six Nations contre l'Ecosse ?

Les internationaux qui seront retenus dans les 23 pour l'Ecosse ne pourront pas jouer avec leur club. Ceux qui ne le seront pas pourront rentrer jeudi après le stage et il sera possible pour eux de jouer. A l'heure actuelle, je n'espère rien de particulier. Nous attendons de voir qui sera sélectionné même si nous avons déjà notre idée là-dessus, en n'ayant pas trop espoir de récupérer un certain nombre de joueurs.

Est-ce que de n'avoir plus que le Top 14 comme seul objectif n'est pas une bonne manière de voir les choses finalement ?

Nous allons faire comme tous ces clubs qui disent que l'objectif n'est que le Top 14, pas la Coupe d'Europe (rires). Plus sérieusement, est-ce que cela sera un mal pour un bien, nous le verrons plus tard. Si nous étions qualifiés, il fallait aller au Leinster puis en passer par Clermont-Ferrand s'ils passent. C'était de toute façon un parcours compliqué, d'autant plus dans une période où nous aurons besoin de régénérer des joueurs qui auront fait le tournoi. Nous aurions préféré nous qualifier hier, indiscutablement. C'était l'objectif.

Mais n'étant pas qualifié, à peu de choses, nous allons faire comme tous les clubs français qui ont participé à la conférence européenne et qui l'ont joué pour en fait ne se concentrer que sur le championnat. Cela ne veut pas dire que le Stade Toulousain entre dans le rang, cela serait sévère. Chaque fois que nous ne nous sommes pas qualifiés en quart de finale, nous nous sommes concentrés sur le Top 14. L'esprit était de tout faire pour se qualifier pour une compétition et je crois que nous avons montré cette année en Coupe d'Europe à quel point nous la prenions au sérieux. Hormis ce match complètement loupé contre Bath ici, alors que ces derniers ont eu du mal à se défaire de Glasgow, où nous sommes allés gagner après avoir gagné à Bath. Je vous assure que ce n'était pas si simple que cela.

Le match à venir contre Castres qui joue sa survie en Top 14, comment est-ce que vous l'appréhendez ?

Chacun est dans une situation compliquée. Tous les matchs sont compliqués dans ce championnat. Je ne vois pas Toulon se promener et dire que ce n'est pas compliqué. On voit bien que dès qu'ils se relâchent, immédiatement ils sont en difficulté. Le Racing, pareil. Castres a ses difficultés qui correspondent à son classement. De même, nous avons les nôtres qui correspondent à notre volonté de revenir. Tous les matchs ont donc un contexte particulier. Certains clubs vont lutter pour le bas du tableau et rester dans l'élite. D'autres vont lutter pour les six premières places et ceux qui vont lutter pour être dans les deux. Il faut continuer à bosser en sachant que la période n'est pas idéale au vue du nombre de joueurs absents, cumulé de nouveau avec un certain nombre de blessés.

On imagine que l'objectif maintenant est de viser le Top 6 pour permettre au Stade Toulousain de rejouer la Coupe d'Europe dès l'année prochaine ?

Il ne nous reste évidemment que cet objectif, puisque nous en avions deux. Le premier est terminé officiellement, de pas grand chose, je tiens à le préciser. Qu'est-ce qui a fait la différence pour l'accession au quart de finale pour nous ? Nous avons, comme Bath et les Saracens, perdu deux matchs. Nous ne sommes pas qualifiés après goal-average particulier, cela se joue à pas grand chose. Mais nous avons joué la compétition à fond. Elle est maintenant terminée, il faut se tourner vers le championnat.