Avant Oyonnax

Timoci Matanavou : « Un tournant pour moi »

Avant Oyonnax

Qu’est-ce que t’inspire Oyonnax ?

Le combat et le mauvais temps ! (rires).  Nous savons comment ils jouent et ils pourront, comme toujours, compter sur leur public pour les soutenir. Cela annonce un match très compliqué.

Le Stade a pourtant besoin de points pour confirmer sa présence dans les six premières places du classement.

Cela va être un match important, pour nous parce que nous devons effectivement rester en haut du classement. Mais il le sera aussi pour Oyonnax qui ne joue plus pour le maintien mais pour aller chercher une qualification. S’il gagne, ils seront dans les six premières places.

Pour être bien dans le classement, surtout pour préparer une réception difficile contre Montpellier, un bon résultat contre l’USO pourrait donner le moral à l’équipe. On sait bien comment cela se passe en ce moment au Stade, avec les sifflets dans les tribunes lors du dernier match contre Lyon. Ce match est important pour cela aussi.

Est-ce que cette réaction du public t’a marqué ?

Forcément. Cela fait presque cinq ans que je suis au Stade Toulousain, et c’est la première fois que cela m’arrive. C’est un peu embêtant.

Est-ce qu’avec la dernière ligne droite de la saison et les places dans le groupe qui se jouent peut-être, on peut aussi dire que ce match sera important pour toi ?

En ce moment, je me sens bien. Comme je le dis souvent, cette saison n’a rien à voir avec l’année dernière. J’avais perdu confiance en moi et je n’avais joué que cinq matchs.

Cette année, je me sens bien intégré par rapport au groupe, je suis souvent soit remplaçant soit titulaire. Le dernier match à Castres s’est d’ailleurs bien passé pour moi. Je devais jouer contre Lyon mais je n’ai finalement pas pu parce que j’ai dû partir aux Fidji pour l’enterrement de mon père.

Je suis maintenant prêt pour la fin de saison, à commencer par ce déplacement à Oyonnax qui sera une rencontre importante. Quand j’ai su que je jouerai, je me suis dit que peut-être ce match serait un tournant pour moi, pour continuer de jouer et à être dans le groupe.

Comment expliques-tu cette différence avec l’année passée ? Est-ce le fait d’enchaîner les matchs ou as-tu fait un travail personnel qui t’a permis de mieux aborder cette saison ?

J’ai travaillé pour revenir dans le groupe. Nous sommes six ou sept ailiers dans l’équipe, la concurrence est rude et il n’est pas facile de faire sa place. On m’a demandé de fournir plus de travail et je fais tous les efforts nécessaires pour répondre présent. J’ai surtout progressé sur les ballons et en défense. C’est le fruit de l’expérience dirons-nous !

Tu vas peut-être retrouver quelqu’un que tu connais à Oyonnax…

Je l’aurai probablement en face de moi : Yves Donguy, je l’appelle « Tonton Yves » ! Je le connais bien. Il était avec moi l’année dernière, nous avons vécu les moments difficiles ensemble, dans le frigo presque toute l’année ! Je suis content de le retrouver sur le terrain.