Top 14 - 21ème Journée

L'exploit Stadiste !

Top 14 - 21ème Journée

 A Marseille (Vélodrome) - Stade Toulousain bat Toulon 34 à 24 (mi-temps : 18-7)
Temps agréable ; belle pelouse ; 64.000 spectateurs environ. Arbitrage de M. Lafon (Lyonnais).
Pour Toulon : 2 essais de Tuisova (22, 33) ; 4 pénalités de Michalak (3, 19, 50, 55) ; 1 transformation de Michalak (33).
Pour le Stade Toulousain : 4 essais de Doussain (38), Médard (43, 74) et Vermaak (77) ; 2 pénalités de McAlister (48, 60) ; 4 transformations de McAlister (38, 43, 74).
Toulon : Mitchell ; Tuisova, Bastareaud, Mermoz, Smoth ; (o) Michalak, (m) Tillous-Borde ; Armitage, Masoe, Fernandez-Lobbe ; Williams, Taofifenua ; Hayman, Guirado, Chiocci.
Stade Toulousain : Médard ; Clerc, Fritz, Fickou (puis Vermaak, 35), Matanavou ; (o) McAlister, (m) Doussain ; Tekori (puis Nyanga, 41), Picamoles, Harinordoquy (puis Camara, 68) ; Albacete (cap), Maka (puis Lamboley, 68) ; Tialata (puis Johnston, 60), Flynn, Steenkamp.
Carton jaune : Flynn (16)

Il ne fallait pas attendre plus de dix secondes pour assister à la première occasion d'essai : le coup d'envoi de Michalak était récupéré et Taofifenua, en bout de ligne et à un mètre de l'en-but, était plaqué en touche par Matanavou. Le pire avait été évité, mais la pression, par la suite, était terrible : dès la troisième minute, et alors que les Toulousains n'avaient quasiment pas touché le ballon, Tekori se mettait à la faute. Michalak, face aux barres, ouvrait le score. 

La partie pouvait difficilement plus mal débuter, mais le Stade, à la faveur d'une touche directe toulonnaise, se positionnait par la suite dans les 22 varois. Les charges de Maka et Flynn faisaient des dégâts, mais sans que cela n'aboutisse à un essai. Dans la continuité, et toujours dans le camp toulonnais, Fickou était plaqué in extremis, et sans cela, l'essai aurait pu être au bout.
Bref, le Stade ne scorait pas, mais était dans son match, bien aidé par le remarquable jeu au pied de McAlister, qui trouvait une touche superbe dans le dos de Michalak

Par la suite, la possession était plutôt en faveur du champion de France, mais les coéquipiers de Florian Fritz faisaient bonne impression : performants en touche, appliqués en défense, ils se permettaient même de récupérer un ballon sur un ruck, grâce à une intervention pleine d'envie de Tekori
Les choses évoluaient dans le bon sens, mais Flynn, pour une faute qui ne s'imposait vraiment pas, écopait d'un carton jaune logique peu après le quart d'heure de jeu. Sur la pénalité, Michalak, qui avait manqué un coup de pied quelques minutes plus tôt, échouait à nouveau. Le score restait à 3-0, mais les Stadistes allaient maintenant devoir gérer une infériorité numérique durant dix minutes. 

Très vite, comme on pouvait légitimement s'y attendre, la pression revenait sur la défense toulousaine. Une position de hors-jeu aboutissait à une pénalité, cette fois convertie par Michalak. Le même Michalak, quelques instants plus tard, mettait un terme à une action intéressante menée par le duo Médard-Matanavou en interceptant un ballon et faisant progresser les siens d'une quarantaine de mètres. Le premier essai de la rencontre, signé Tuisova, était au bout...
La partie devenait difficile, et les pénalités se multipliaient contre les joueurs de la ville rose. Au moment où Flynn revenait en jeu, le score était de 11-0, et il y avait un bon moment que la domination était très nettement en faveur du RCT

A la 33ème, Tuisova, encore lui, s'échappait sur son aile et profitait d'un double plaquage manqué par McAlister et Médard pour inscrire son deuxième essai personnel. Le tableau de marque, après la transformation réussie par Michalak, indiquait dorénavant 18-0, et le Stade paraissait sans solution. L'après-midi prenait une tournure encore plus problématique après la blessure de Fickou, qui devait quitter le terrain soutenu par le staff médical.

C'est finalement au moment où l'on s'y attendait le moins que Toulouse marquait : Médard récupérait suite à un en-avant un ballon à priori anodin, mais se frayait un chemin entre une kyrielle de joueurs, fixait et donnait à Doussain, qui n'avait plus qu'à courir jusqu'à l'en-but. McAlister transformait, et le score était de 7-18 au moment où les deux équipes regagnaient les vestiaires. 

La reprise intervenait on ne peut mieux : une touche bien négociée aboutissait à une charge de Maka, puis le ballon filait au large où Médard, insaisissable, prenait le trou et allait entre les barres. McAlister transformait, et il y avait maintenant 18 à 14. En moins de cinq minutes, sans compter la pause, le Stade s'était totalement relancé...
Dans la foulée, malheureusement, Maka se mettait à la faute sur un ruck. Michalak, en position délicate, voyait son ballon passer à côté. Le score n'évoluait pas, mais il fallait à tout prix s'améliorer dans le domaine de la discipline...

Mais incontestablement, Toulouse était dans de bonnes dispositions offensives. Une action superbe, débutée par un numéro de Picamoles, aboutissait à une faute toulonnaise. McAlister ne tremblait pas et ramenait les siens à un point. 
En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, et alors que le RCT semblait un peu perdu, Médard, encore et toujours, relançait depuis ses 22 et faisait une énorme différence. On sentait l'exploit possible, mais M. Lafon signalait une obstruction d'Harinordoquy, ce qui permettait à Michalak de rajouter trois points.

A ce moment du match, l'issue paraissait indécise, et il fallait à tout prix éviter les fautes. Hélas, on touchait là du doigt le point noir des Toulousains depuis le coup d'envoi. Car une énième pénalité donnait à Michalak l'occasion de porter l'écart à 24-17 (55ème). 
Rien n'était évidemment perdu, et les hommes de Novès montraient qu'ils avaient du coeur, en mettant la main sur le ballon et en portant le danger jusque dans les 22 adverses. Si une première séquence ne donnait rien, la seconde permettait à Picamoles d'aller jusque derrière la ligne. Il y avait recours à l'arbitrage vidéo, mais si on pouvait deviner qu'il y avait bien essai, il n'y avait pas de preuve irréfutable... Toulouse récupérait donc une mêlée à cinq mètres, et Matanavou était stoppé à quelques centimètres. Tous les efforts ne restaient pas vains, et le Stade récupérait une pénalité, réussie par McAlister (20-24, 60ème).

A la 64ème, les Toulousains se procuraient une énorme occasion d'essai, mais Flynn, en bout de ligne, laissait échapper une passe pas évidente de Matanavou. Quel dommage, car l'essai semblait au bout. 
La débauche d'énergie, dans le dernier quart d'heure, était impressionnante. Si Toulouse semblait parfois au point de rupture, sa défense tenait bon. Picamoles récupérait un ballon brûlant sur un ruck et son équipe se donnaitde l'air et occupait le terrain. Et dans la foulée, Clerc grillait la politesse à Smith, servait Vermaak, lequel fixait le dernier défenseur pour donner à Médard, qui marquait : Toulouse menait 27 à 24... 

La victoire était finalement acquise à la 77ème, quand Médard rendait la politesse à Vermaak pour un essai du demi de mêlée. Le Stade tenait son exploit !