Le débrief de Toulon-Stade

Guy Novès : « Rester dans cet esprit collectif »

Le débrief de Toulon-Stade

 

Samedi contre Toulon, les Stadistes se sont véritablement libérés en seconde période et ont signé l'exploit de s'imposer face au double champion en titre de France et d'Europe. Aviez-vous senti qu'un coup était possible ?

En première période, on prend des essais bizarres qui ne reflètent pas notre niveau et qui ne sont pas le fruit de la construction des Toulonnais mais d'un exploit d'un joueur. Bien que sur un des deux, il y a un en-avant de passe. Je sentais que nous étions capables de faire mieux. L'essai de fin de première mi-temps m'a permis de décomplexer l'équipe, de leur montrer que lorsque l'on se mettait à jouer on pouvait les percer.

A la mi-temps, je leur ai dit que nous pouvions avoir l'ambition de marquer de nouveau et de revenir dans le bonus défensif. Ce qui est déjà un bel objectif puisque repartir avec un point de Toulon aurait été un super résultat. Sans le savoir nous avons peut-être endormi le RCT nous-même en leur montrant qu'ils étaient capables de tout faire très tôt dans la partie. Du coup, le temps qu'ils réagissent, nous étions devant. Et c'est très compliqué d'arrêter une équipe lorsqu'elle est pris dans une telle euphorie.

On imagine que cette victoire est de nature à rassurer le groupe en vue de la fin de saison ?

Elle conforte notre envie de rester dans les six. Être européen l'année prochaine est l'objectif du club. Beaucoup d'équipe ont cette ambition-là et cela rend la tâche compliquée pour tout le monde. Cela nous donne l'envie de nous accrocher encore plus sachant que les internationaux vont se rapprocher de plus en plus de la Coupe du Monde et avoir la tête un peu à leur préparation. Il va être compliqué pour nous de gérer cela. Et j'espère que nous n'aurons pas d'exploit individuel mais que nous resterons dans cet esprit collectif qui a toujours fait la force du Stade Toulousain.

Le Stade pointe à la cinquième place du classement, à deux points seulement du Racing Metro. Est-ce que la réception d'un barrage est un objectif pour vous ?

Si le Racing n'avait pas fait l'exploit de gagner à l'extérieur le week-end dernier peut-être qu'effectivement, nous aurions été ambitieux dans ce sens-là. Mais c'est un coup d'épée dans l'eau puisque nous avons tous les deux gagné à l'extérieur et que nous sommes toujours derrière eux. Je ne vois pas comment nous pouvons aller chercher une quatrième place. Ceci étant, si nous jouons à l'extérieur, ce sera déjà une bonne chose et une bonne nouvelle pour l'ensemble de ceux qui aiment le club.

Nous sommes pour le moment concentrés sur l'arrivée de Bayonne parce qu'il n'y a rien de plus difficile que d'aborder un match contre une équipe qui a perdu sur son terrain et va être obligée de réagir, face à une autre qui a gagné à l'extérieur qui peut peut-être s'endormir. Mon rôle va être de réveiller les joueurs dès demain à la vidéo.

Que dire de la performance de Maxime Médard, très en vu samedi contre le RCT ?

C'est un match qui doit lui servir à le remettre en confiance, à lui montrer que sa blessure est très loin et qu'il peut de nouveau tenter des choses et les réussir. Il manquera encore des joueurs qui arrivent lancés parce que le poste d'arrière est très compliqué et il n'a pas besoin de rester couché parterre quelques secondes pour s'en vouloir parce que c'est le rugby de haut-niveau. Mais il est aussi capable de faire des choses fantastiques comme il l'a montré samedi. Il faut savoir qu'un grand joueur, c'est celui qui réalise des choses performantes dans la continuité. La prochaine échéance ne sera pas pour montrer qu'il est revenu à ce niveau mais qu'il est à ce niveau depuis très longtemps.

Le moins que l'on puisse dire est que cette victoire contre Toulon a laissé des traces puisque vous perdez un trois-quarts de plus avec cette blessure de Gaël Fickou...

Gaël a un grand espoir de partir à la Coupe du Monde, c'est légitime. Je pense qu'il n'y aura pas de problème. Si jamais il revient plus tôt et que l'opportunité se présente, on l'accueillera avec plaisir.

Mais, si vraiment nous voulons être sûr de lui, il ne faut pas faire n'importe quoi sur la fin de saison. Il vaut mieux partir sur un joueur qui va être absent deux mois et faire les choses correctement avec le médical. Si nous avons de très bonnes nouvelles avant, je vous assure que nous en profiterons et nous en serons tous très heureux.