Réactions

Trois questions à Florian Fritz

Réactions

Après le coup de sifflet final, est-ce un sentiment de frustration ou de satisfaction qui prédomine ?

Nous sommes forcément un peu frustrés. Mais ce qui importe à la fin, c'est la victoire puisque ce n'était vraiment pas acquis. Nous nous sommes faits peur contre une très bonne équipe de Bayonne qui y a cru tout le long.

Au début du match, nous avons eu l'opportunité d'aggraver le score mais nous ne le faisons pas. Nous laissons les Bayonnais dans la rencontre. A partir de ce moment-là, ils ont fait une très grosse partie et cela aurait pu basculer en leur faveur. Nous sommes frustrés mais très contents d'avoir gagné.

Votre victoire est pour l'instant la bonne opération de la journée vu les résultats des autres équipes jusqu'ici...

Nous avons entendu les différents résultats de cette 22ème journée dans les vestiaires. Ils prouvent simplement que le championnat n'est facile pour personne ; même si concernant le Racing et Clermont, ils avaient joué le week-end précédent de gros matchs de Coupe d'Europe. C'est une situation peut-être un peu particulière. Mais cela n'enlève rien à la qualité des équipes qu'ils avaient en face, comme Oyonnax qui continue d'impressionner.

Après des moments difficiles, le Stade se place maintenant à hauteur du Racing en termes de points. On imagine que cela ne peut être que positif pour le moral du groupe ?

Nous sommes très contents de pouvoir continuer à rester en haut du tableau parce que la moindre petite contre performance nous fait replonger directement dans le ventre mou. Le Top 14 est hyper serré. Être quatrième à égalité avec le Racing à cette heure fait donc le plus grand bien. Mais rien n'est fait. Nous avons toujours quelques matchs compliqués à venir.