Top14 - J22

Guy Novès revient sur Stade-Bayonne

Top14 - J22

Après cette courte mais précieuse victoire sur Bayonne samedi dernier, êtes-vous un peu partagé ou ne retenez-vous que le résultat et sa conséquence au classement ?

En tant que coach, je ne retiens pas que la victoire ; même si elle démontre un sacré caractère parce que malgré les deux essais refusés en seconde mi-temps, les joueurs sont allés en inscrire un troisième. Le début de match nous a fait mal parce que nous y avons une forme de maîtrise même si nous jouons contre le vent. Nous sommes en situation de marquer une ou deux fois, nous échouons de très peu. Par la suite, nous prenons un essai bizarre dû à une succession de faute technique individuelle qui font que l'ailier de Bayonne nous échappe et marque. Il nous remet en question.

Nous basculons à la mi-temps avec un certain retard. En deuxième période, nous passons beaucoup de temps dans notre camp. Nous n'arrivons pas à en sortir avec du jeu au pied court alors que nous aurions pu profiter du vent. Encore une fois, ce sont des gestes techniques qui ne sont pas bons et inadaptés à la situation. Et malgré tout, la volonté collective fait basculer le match en notre faveur sur la fin. Nous sommes allés à plusieurs reprises dans l'en-but et c'est très bien mais le coach que je suis ne peut pas s'en satisfaire.

Pensez-vous que l'on peut attribuer ces fautes à un manque de maîtrise ?

Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un manque de maîtrise. Il y a eu beaucoup d'impatience en début de match. La volonté de la part des joueurs de proposer du jeu, de s'engager et de produire des actions de qualité a été importante. Mais leurs initiatives ont systématiquement été remises en question par la bonne défense de Bayonne. Je crois que nous avions trop envie de bien faire et cela nous a empêché de concrétiser nos temps forts lors de la première mi-temps.

Les qualités défensive mais aussi offensive ont permis à Bayonne d'y croire jusqu'au bout. De notre côté, nous allons louer un état d'esprit hors du commun. Je suis admiratif devant mon équipe. Mais techniquement, il est évident qu'il y aura beaucoup de choses à dire dans la semaine.

Les résultats de cette 22ème journée sont une nouvelle fois étonnants mais s'avèrent être une très bonne opération pour le Stade qui reste dans le Top 6, à égalité de points avec le Racing.

Cela s'apparente à ce que nous disons depuis le début de la saison, à savoir qu'il n'y a plus d'équipe moyenne. Le résultat d'Oyonnax prouve qu'il faut arrêter de dire que ce club est le petit du Top 14, on l'a lu et nous l'avons sûrement pensé à un moment. Aujourd'hui toutes les équipes ont cette faculté à se transcender dans toutes les circonstances. Il n'y a plus d'infériorité mentale des uns par rapport aux autres. Tout le monde a sa chance et tout le monde la joue à fond. C'est ce que nous avons fait à Toulon où nous nous déplacions sans pression et cela nous a souri. Cela aurait pu sourire à Bayonne samedi. Je pense qu'ils étaient dans l'esprit dans lequel nous étions il y a quinze jours.

En ce qui concerne les résultats des autres équipes, le Racing sort d'un mauvais moment, il faut le digérer. Clermont a un effectif à faire tourner, lancé en Coupe d'Europe à fond. Pour l'avoir connu, nous savons qu'il est difficile d'enchaîner d'un match à l'autre. Ils ont des circonstances atténuantes que nous n'avons pas.