Retour sur Paris-Stade Toulousain

Trois questions à Guy Novès

Retour sur Paris-Stade Toulousain

Le Stade Toulousain revient sur le podium après avoir réalisé un gros coup contre le Stade Français le week-end dernier. On imagine que le prochain objectif est peut-être la qualification directe en demi-finale ?

Nous revenons sur le podium et nous sommes évidemment heureux d'avoir fait ce genre de performance pour finalement rentrer dans les quatre. Nous nous mettons à rêver d'un quart de finale à la maison. Pour ce qui est de la qualification directe, ce que nous maîtrisons aujourd'hui est de rester à hauteur de la troisième ou la quatrième place. Cela ne dépend que de nous. Nous ne pouvons pas dire à quoi la fin de saison ressemblera pour les autres équipes. Mais il est certain que nous devons nous accrocher sur ces quatre premières places.

Quel bilan faites-vous du match au Stade Français ?

Comme toujours, et c'est le cas pour tout le monde, cela n'a pas été parfait et cela ne le sera jamais. Ce résultat est pour nous la confirmation d'un Stade Toulousain qui depuis le début de la compétition s'accroche bec et ongles, quel que soit le match, peu importe les circonstances. Nous en retenons aussi le fait qu'au delà de l'état d'esprit, il y a eu dans le contenu, des choses intéressantes.

Nous avons assisté à des phases de jeu assez longues au cours desquelles les joueurs ont su garder la maîtrise du jeu. C'est une progression qui vous satisfait ?

Si nous pouvons marquer au bout de trois secondes, nous sommes aussi heureux et cela compte autant de point (rires) ! Mais il est vrai que deux minutes de temps de jeu se traduit sur le terrain par des efforts, beaucoup de circulation, de soutien entre les joueurs. Cela nécessite aussi de la concentration et de l'application pour ne pas perdre la balle et aller jusqu'à faire craquer l'adversaire.
Ce sont des instants spectaculaires et cela nous fait plaisir. Nous avons l'impression que c'est le résultat du travail accompli ces dernières semaines voire ces derniers mois. Les coachs en sont satisfaits. Mais ce qui me plaît surtout, c'est cette volonté permanente du groupe pour atteindre ses objectifs, même s'ils sont toujours très difficiles.