Avant la réception de l'UBB

Cyril Baille : « Conscient de ma chance »

Avant la réception de l'UBB

 

Tu faisais partie du groupe qui s'est déplacé à Grenoble lors de la dernière journée. Ce n'était peut-être pas le match idéal pour revenir avec l'équipe une ?

Ce n'était pas un match évident mais j'étais très content de rejouer avec le groupe. Le secteur de la mêlée a été difficile parce que Grenoble avait beaucoup travaillé cet axe-là. Ils n'ont pas eu de mal à nous contrer. Entrer dans ces conditions n'était pas facile mais quand on a la chance d'avoir du temps de jeu, il faut faire son maximum pour l'équipe.

Je n'avais pas eu l'occasion d'intégrer le groupe depuis le mois de janvier et le déplacement à Castres. Entre temps, je jouais avec les Espoirs. Nous avons fait de très bons matchs. Le fait d'être rappelé en équipe une a été une surprise. Je suis très content et conscient de la chance qu'ils me donnent à un match des phases finales

Est-ce que cela a été difficile de se remettre dans le rythme du Top 14, connaissant l'intensité et le niveau de ce championnat ?

Cela n'a pas vraiment été difficile. Je me suis beaucoup entraîné. Je me suis impliqué un maximum avec les Espoirs. Le rythme y est moins élevé qu'avec les Espoirs et les contacts y sont moins durs mais c'est un bon moyen de continuer à avancer. Et je n'avais de toute façon pas quitté le groupe professionnel pour les entraînements de la semaine.

Qu'est-il ressorti de l'analyse de la dernière rencontre avec Grenoble ?

Nous avons manqué d'engagement sur l'ensemble de la partie. Nous avons aussi commis beaucoup de fautes de main. Cela ne nous a pas aidés à nous mettre dans le match. Grenoble nous a pris à la gorge dès les premières minutes et nous n'avons pas réussi à reprendre le dessus. Nous avons failli recoller au score mais une pénalité nous a de nouveau freinés. En tant que remplaçants, nous avions pas mal de pression sachant que le FCG dominait en mêlée.

Les Espoirs joueront ce week-end la demi-finale de leur championnat de France. Un petit regret de ne pas y participer ?

Cela fait toujours un petit pincement au cœur. J'ai joué avec eux sur cette fin de saison et nous avons fait le nécessaire pour être en phases finales ensemble. Mais être avec l'équipe professionnelle est une grande fierté. Je connais ma chance. Cela ne m'empêche pas de continuer à suivre les Espoirs.

Que peux-tu nous dire sur le dernier adversaire de la phase régulière qui se déplace samedi à Ernest Wallon : Bordeaux-Bègles ?

L'UBB est une équipe que nous craignons. Ils jouent un très bon rugby et ont une conquête de qualité. Leur style est fluide. Nous allons mettre un maximum d'ingrédients pour faire un bon match et rebondir samedi. Cela nous tient à cœur.

Il s'agira alors du dernier match de la phase régulière, qui aura lieu à Ernest Wallon et qui sera l'occasion de dire au revoir à Yannick Nyanga... Autant d'éléments de nature à rajouter de la pression ?

Je pense que ces éléments nous motivent plus qu'autre chose. Cela nous aide à bien aborder ce match. Yannick est un cadre du Stade Toulousain. Et pour lui, nous nous devons de faire un bon match.