Avant le Classico

Interview de François Cros

Avant le Classico

Après cette 3ème défaite, comment as-tu senti le groupe cette semaine ?

Ca fait trois week-ends où nous revenons avec des défaites et c’est vrai qu’il faut qu’on retrouve un peu de plaisir à jouer ensemble, à se resserrer et à trouver un peu d’entrain sur le terrain. J’ai l’impression qu’on est en train de retrouver cette envie-là. A l’entraînement ça se passe bien, à nous maintenant de démontrer qu’on travaille bien et que ces trois matchs perdus sont derrière nous. Maintenant nous pouvons avancer et construire pour le reste de la saison.

Pour ta part, tu étais de retour dans le groupe la semaine dernière ?

C’était la première fois que j’étais concerné par le groupe cette saison, mais je ne suis malheureusement pas rentré en jeu.

Etais-tu blessé en début de saison ?

Non, je n’ai pas eu de blessure mais je n’étais pas utilisé par le staff. 

Comment avez-vous analysé la rencontre face au LOU ? Quel était le sentiment prédominant ?

De la déception c’est évident. Nous étions déjà sur deux défaites et on se devait de réagir à l’extérieur, même si on sait que ce n’est jamais facile. On a fait une première mi-temps catastrophique et ça ne nous a pas permis de revenir avec ce qu’on espérait de cette rencontre. Dans les points relevés, il ne faut pas oublier notre réaction en seconde mi-temps et notre capacité à remonter, même si cela n’a malheureusement pas suffit. 

Sens-tu une certaine pression après trois défaites de suite et la réception du Stade Français ?

Ce n’est jamais facile d’enchaîner les défaites. Après nous sommes à la 6ème journée, ce n’est pas encore dramatique. C’est sur que ça peut très vite le devenir si on continue à enchaîner comme ça. Je pense que c’est encore le début de saison, on a encore à travailler nos automatismes et après ça va aller mieux. 

Le passé du Stade Toulousain ne pèse pas trop dans les esprits ?

C’est compliqué pour moi de parler du passé car j’ai intégré l’effectif pro il y a seulement trois ans. Je pense que ce qui a été fait avant, c’est bien, mais c’est passé… A nous maintenant d’écrire notre histoire et de faire en sorte de faire aussi bien que ce qui a été fait avant. 

Toi qui est de Haute-Garonne, tu devais déjà être sensible au Stade Toulousain ?

J’ai grandi aux alentours de Toulouse et c’est vrai que le Stade Toulousain a toujours été mon club de cœur. Je joue ici pour essayer de gagner et faire comme mes ainés. C’est « frustrant » de ne pas y arriver mais c’est ça qui va nous enrichir, nous faire réagir et nous faire grandir.

As-tu des souvenirs de Stade Toulousain-Stade Français quand tu étais à l’école de rugby, puisque c’était la grande époque ?

Ca a toujours été un grand match, mais c’est chaque année un match différent puisque les contextes de chaque équipe sont différents. De notre côté, on sort de trois défaites, donc c’est sûr qu’on a vraiment à cœur de redorer notre blason et de regagner. Après je ne sais pas comment va venir le Stade Français, mais une équipe comme nous qui avons enchaîné trois défaites, c’est sûr qu’ils vont vouloir venir pour gagner.

Tu arrives à prendre du plaisir en jouant ?

Je n’ai pas encore joué et je ne sais pas encore si je jouerai ce week-end, mais c’est sûr que je suis dans l’attente de pouvoir jouer. J’attends ça avec impatience.

Ton objectif cette année est-il de t’inscrire dans la durée ?

Oui ça fait maintenant trois ans que je suis intégré au groupe. J’ai joué mes premiers matchs la saison dernière. C’est certain que mes objectifs cette année commencent par jouer régulièrement avec l’équipe professionnelle.