Saison 2017-2018

Z. Holmes : "Proche de la meilleure partie de ma carrière"

Saison 2017-2018

Comment s’est passée ta première semaine d’entraînement avec tes nouveaux coéquipiers ?

C’était une première semaine positive. C’était assez particulier car je suis arrivé avec certaines recrues et quelques joueurs Espoirs deux semaines après la reprise de l’entraînement pour la majorité du groupe. L’entraînement était plutôt difficile et un peu différent de ce que j’avais connu auparavant en termes de préparation physique avec plus une plus grande partie consacrée aux exercices de « cross-training » et de cardio.

Les sessions sont plus longues que celles que j’ai connu mais je m’habitue à cela. Je suis entré dans une nouvelle routine et mon corps s’y adapte bien. Je me sens prêt pour les prochaines semaines et notamment pour le stage en Andorre.

Quels sont tes objectifs personnels et pour l’équipe pour cette nouvelle saison ?

Mon premier objectif est de pouvoir jouer au maximum, en étant préservé des blessures. Je souhaite être le plus souvent disponible pour le groupe. Je n’en ai pas discuté avec mes nouveaux coéquipiers mais je sais que la saison dernière a été difficile pour le Stade Toulousain, les résultats n’étaient pas à la hauteur des ambitions, il y a donc beaucoup d’attentes et de pression autour de nous pour que nous réussissions de meilleures performances et que nous atteignons les résultats que les Toulousains attendent de la part de l’équipe. Il n’y a pas de raison que nous n’y parvenions pas. Il y a donc une plus grande pression cette année.

Lorsqu’un joueur arrive dans une nouvelle équipe, il prend toujours certains risques : nouveaux coéquipiers, nouveau staff, nouvelles règles… Comment justifies-tu ta décision de rejoindre le Stade Toulousain ?  

J’ai pris la décision il y a assez longtemps. C’était un choix difficile à faire à l’époque, je garde de très bons souvenirs de La Rochelle, ils m’ont offert une opportunité lorsque ma carrière n’évoluait pas vraiment, je leur en serai toujours reconnaissant. J’ai pris la décision lorsque j’ai senti que mon rugby était prêt pour cela et pour progresser lors des trois prochaines années.

Le Stade Toulousain est l'un des plus grands clubs en Europe. Pour moi, le challenge de jouer ici pourrait être le point culminant de ma carrière. Ce nouveau chapitre à Toulouse arrive à mes 27 ans, j’ai encore certainement 6 ou 7 années à évoluer au plus haut niveau et je suis sans doute actuellement proche de la meilleure partie de ma carrière. J’avais envie de jouer dans une grande équipe, le Stade Toulousain comporte de nombreux internationaux et une histoire riche. C’est très excitant pour moi de faire partie de ce projet et j’espère avoir du succès ici.

Ton poste de buteur implique justement une certaine pression. Comment gères-tu cet aspect du jeu et les attentes liées à ton rôle dans l’équipe ?

Pour moi, cet aspect est directement lié à la préparation. Si je me prépare bien et que je m’entraîne bien, si je suis efficace au niveau des coups de pied au but pendant la semaine, il n’y a en général pas de problème lors des matchs. Il y a parfois des hauts et des bas mais cela dépend essentiellement de la qualité du travail.
Quand le match arrive, il faut avoir le maximum de confiance grâce à l’entraînement. En match, beaucoup de facteurs entrent en compte, comme la fraîcheur physique, le contexte de la rencontre. Au final, concernant les coups de pied au but, le ballon est toujours le même, il est toujours sur le tee, j’ai juste à faire ma routine et si je suis bien préparé, j’ai toutes les raisons de réussir. Il y a toujours une certaine pression, mais c’est quelque chose qui ne m’a jamais posé de problème.