Oyonnax-ST

Oyonnax, entre innovation et ambition

Au moment où il retrouve le Top 14 un an après l’avoir quitté, l’US Oyonnax a désormais l’ambition de s’ancrer dans l’élite. Pour cela, les dirigeants oyonnaxiens entendent mettre en place un nouveau système de jeu : « Nous voulons apporter de la vitesse à notre jeu, miser sur le déplacement, sur le mouvement, permettre aux talents de s’exprimer », déclare le directeur sportif Adrien Buononato.

L'ancien entraîneur des avants, arrivé au club en 2016, sera dès cette saison à la tête d'un staff qui aura pour mission de mener à bien ce nouveau projet. Celui-ci sera renforcé cette année par des atouts d’expérience, spécialistes du jeu de mouvement, avec les arrivées de l’ancien joueur clermontois Jamie Cudmore en charge de la conquête, de Vincent Krischer, l’ancien analyste du XV de France, pour s’occuper de la défense, et de l’Irlandais Mike Penderglast en tant qu’entraîneur de l’attaque.

Ce dernier, venu en provenance de Grenoble, a été convaincu par le projet de jeu d’Adrien Buononato, même s’il sait que ce qui a fait la force de l’USO, le sens du combat, ne doit pas être perdu de vue : « Nous voulons mettre de la vitesse dans notre jeu, c’est une réalité, affirme-t-il. Mais avant de penser à mettre du volume il faudra gagner le droit de jouer. Le travail des avants demeure une base incontournable et Oyonnax ne se coupera pas de ce qui a fait sa réputation, même si nous avons la volonté d’aller plus loin. »
Parmi les autres recrues figurent des joueurs expérimentés, à même de devenir des hommes de base du système de jeu de l’USO, comme les deux trois-quarts centre anglais et australien Matt Hopper et Mitch Inman, qui arrivent respectivement des Harlequins et des Melbourne Rebels. 

Pour concrétiser son projet, l’US Oyonnax compte mettre à profit sa singulière pelouse synthétique du Stade Charles-Mathon. Pour les dirigeants oyonnaxiens, elle doit s’inscrire dans la philosophie de jeu du club. « Le synthétique est une surface très intéressante pour une équipe qui entend mettre en place un système de jeu vers le large, précise Penderglast. Il favorise la vitesse. Notre objectif sera d’en faire un atout en jouant dans le bon tempo. Cette pelouse fait partie intégrante de notre projet. » 

Après un stage d’une semaine effectué à Val d’Isère fin juillet, c’est sur ce terrain que les Oyomen ont remporté leur premier match amical le 3 août face à Grenoble, pensionnaire de Pro D2. La dynamique s’est poursuivi le 12 août avec une victoire à l’arrachée face au Stade Français, sur le score de 30 à 28, à Nyon (Suisse). Même si les enseignements des matchs amicaux sont toujours à prendre avec prudence, c’est donc sur une série positive que l’US Oyonnax recevra les Stadistes pour la 1ère journée de Top 14.