ST-Pau

Des Palois revanchards

ST-Pau

Lors de sa première rencontre de championnat à Toulon dimanche dernier, la Section Paloise s’est incliné sur le score de 41 à 14. Elle connaissait une entame de match difficile en encaissant un 23-0 lors des 23 premières minutes. Les hommes de Simon Mannix étaient alors dominés dans le jeu en mouvement, comme en témoignait le technicien néo-zélandais : « Le score est lourd, mais il est mérité aussi. Les vingt premières minutes ont été catastrophiques. L'équipe a ensuite montré du caractère, mais si l'on n'est pas plus constant sur les quatre-vingt minutes, on risque d'aller au-devant de difficultés. »

Mannix avait pourtant insisté sur la priorité de l’efficacité défensive avant l’entame de la saison. Une nécessité dans les ambitions du club béarnais, qui entend jouer les trouble-fêtes lors des phases finales. « Notre attaque a été en progression mais en défense, il est vrai que ça a été catastrophique, disait-il vendredi. L’équipe n’était que douzième du championnat en termes de points encaissés la saison dernière. Si tu veux prétendre aux six premières places, ce n’est pas suffisant. Tout le monde a conscience qu’il faut dorénavant élever l’exigence dans ce secteur. »

A Mayol, les Vert et Blanc se sont cependant montrés plus efficaces après la demi-heure de jeu, en inscrivant deux essais en dix minutes, par l’intermédiaire de Pierrick Gunther (37e) et Florian Nicot (48e), pour leur permettre de revenir à 26-14. Avec une plus grande agressivité défensive et une meilleure organisation offensive, ils gênaient davantage les Toulonnais.

Malgré ces progrès, les Palois se heurtaient ensuite au réalisme de la redoutable recrue toulonnaise, l’ailier anglais Chris Ashton, auteur de deux essais. A l’issue de la rencontre, la déception prédominait logiquement, à l’image des déclarations du demi de mêlée Julien Tomas : « Ça fait mal parce qu’on a travaillé, on a fait une grosse préparation, disait-il. On était venu avec des intentions. On voulait se jauger face à une grosse écurie à l’extérieur et on est tombé de haut. »  

L’ancien Montpelliérain pointait néanmoins la réaction d’orgueil à venir des Béarnais, à commencer par la rencontre de samedi face aux Rouge et Noir : « On va analyser tout ça parce qu’on a encore un gros déplacement qui nous attend samedi prochain : ça va encore être compliqué. Il faut se remettre au travail : même si on le fait déjà, avec envie et conviction. Il faut aller au-delà, aller chercher des choses dans l’état d’esprit, le mental, et ne pas donner de points aussi facilement. » Un sursaut d’orgueil nécessaire pour permettre à la Section de rester fidèle à ses ambitions.

Avec des renforts comme les Néo-Zélandais Benson Stanley et Franck Halai, arrivés à l’intersaison de Clermont et des Wasps, les Palois auront fière allure et à cœur de se montrer revanchards à Ernest Wallon après leur défaite dans le Var. Il est bon de se rappeler que la saison passée, la Section Paloise avait plutôt brillé en déplacement tout au long du championnat, en parvenant à s’imposer à trois reprises loin de son Stade du Hameau. En plus de sa victoire à Ernest Wallon, Pau avait tiré son épingle du jeu sur les pelouses de Bordeaux-Bègles et de Grenoble. Méfiance donc pour les Stadistes…