Toulon-ST

La nouvelle ère toulonnaise

Toulon-ST

Les Toulonnais sont à l’aube d’un nouveau cycle. Après une dernière saison mouvementée, qui a vu trois managers se succéder sur le banc du RCT, l’une des grandes nouveautés du club varois version 2017/2018 est l’arrivée de Fabien Galthié en tant que manager :

« Je le voulais depuis longtemps », avouait au printemps le président varois Mourad Boudjellal. « Je le voyais comme le successeur naturel de Bernard Laporte. J’aime travailler avec ce genre de personne. Mais il n’était pas disponible quand Bernard est parti. Comme lui, Fabien Galthié évolue dans une autre galaxie. »

La présence de Galthié suscite de nombreux espoirs du côté de Mayol : sa réputation de technicien doué et inventif laisse présager un jeu plus audacieux et enthousiasmant. Si le nouvel homme fort du RCT souhaite conserver l’âme de son équipe, qui passe avant tout par le combat, il tentera d’apporter de l’alternance et du mouvement à son équipe :

« Je m’attache au contenu », affirme l’ancien technicien montpelliérain. « Nous sommes très concentrés sur l’organisation, la méthode et les détails qui vont construire une histoire. On aimerait donner la capacité à cette équipe de se replacer et jouer collectivement et à poser des questions à l’adversaire. Je compte conserver les atouts de cette équipe et lui amener la capacité d’alterner. » 

Pour concrétiser son projet de jeu et dans l’objectif de ramener un titre à Mayol après deux années de disette, Galthié peut se réjouir de compter dans ses rangs de nombreux joueurs autant capables de créer des différences à travers le défi physique que de réaliser des prouesses balle en main. La troisième ligne toulonnaise en est la parfaite illustration, avec un potentiel trio composé de Duane Vermeulen, Facundo Isa et Charles Ollivon, trois porteurs de balle dotés d’une palette technique remarquable. 

Les changements au sein du staff, incluant également l’arrivée de Fabrice Landreau en tant qu’entraîneur des avants, vont de pair avec un renouvellement considérable de l’effectif. De nombreuses gloires des années passées ont quitté Mayol, parmi lesquelles Giteau, Mitchell, Smith, ou encore Halfpenny. Si le paquet d’avants reste identique dans ses grandes lignes, des renforts de poids occupent les lignes arrière, avec les venues des Ashton, Bonneval, McAlister, Fekitoa et autres Pietersen. Mais au-delà des individualités, c’est l’aspect collectif que le nouvel encadrement souhaite mettre en avant, comme le confirme Fabrice Landreau :

« On a un groupe composé de nombreux jeunes, de recrues, d’anciens et c’est à nous de créer une atmosphère où tout le monde se sent capable d’apporter sa pierre à l’édifice. On va développer le nous, plus que le je. »  

La première rencontre de championnat a justement été le cadre d’un récital collectif de la part des Toulonnais. Face à la Section Paloise à domicile (victoire 41-14), les Varois ont pris leurs adversaires à la gorge d’entrée en menant 23-0 après 25 minutes de jeu. Si Toulon a néanmoins laissé filer le bonus offensif, ses recrues se sont illustrés à l’image d’un Chris Ashton inarrêtable et auteur d’un doublé, ou encore d’un Hugo Bonneval maître dans les airs et audacieux en attaque. Le demi d’ouverture Anthony Belleau avait également été décisif avec 21 points inscrits au pied.  

Lors du remake de la finale de Top 14 de l’année passée à Clermont le week-end dernier, les Toulonnais ont également réussi une superbe entame de match concrétisée par un essai de Ashton à la 17ème minute. Malgré son indiscipline qui l’a contraint d’évoluer à 13 contre 15 et lui a sans doute coûté la victoire, le RCT a souvent semblé dominateur, avec une efficacité dans le défi physique ainsi que de la vitesse sur la ligne d’avantage et de la variation dans les courses et le jeu de déplacement. La patte Galthié est déjà présente et un sacré défi attend les Toulousains ce dimanche à Mayol.