Avant le Classico

G. Galan : "Se régaler sur le terrain"

Avant le Classico

Vous attendiez-vous à une ligne des avants toulonnaise aussi entreprenante lors du match du week-end dernier ?

On s'en doutait, c’est quand même une grosse équipe. Il y a des joueurs qui sont venus renforcer cet effectif impressionnant comme Facundo Isa, avec qui j’ai joué avec les Barbarians. Je sais que c’est un très bon joueur et qu’il est très costaud. On savait donc que ça allait être très dur, très rude. La victoire se joue sur quelques erreurs, quelques fautes. Le match est perdu de quatre points mais je pense qu’on a bien répondu au combat qui nous attendait là-bas.

On sent qu’il y a actuellement une sorte de nouveau souffle par rapport à la saison dernière… 

Je suis d’accord, cela s’est d’ailleurs ressenti pendant la préparation physique. Je pense que ces quelques changements, avec de nouveaux joueurs et un nouveau staff, apportent une autre vision des choses et une autre envie de venir ici s’entraîner et notamment de faire de la préparation physique, une chose qui n’est pas forcément très amusante. On est resté sur ce rythme et cela se passe plutôt bien pour l’instant. Il va falloir également concrétiser ce week-end et lors des matchs qui suivent, afin que ce ne soit pas un feu de paille.

Lors d’un déplacement à Mayol pour affronter Toulon, il existe une pression importante. Est-elle aussi présente pendant la semaine qui conduit à la réception du Stade français ?  

Je trouve que le Stade français possède une très belle équipe, avec d’excellents joueurs. C’est une formation qui a réussi à très bien jouer au rugby. La pression, il faut en garder un peu mais ne pas trop s’en mettre car ce n’est jamais bon à haute dose. Il faut savoir gérer ça et surtout mettre beaucoup d’envie. C’est un match à domicile, il faut essayer de donner le spectacle que les supporters attendent de nous.

Vous manque-t-il un match-référence comme l’a connu La Rochelle lors de sa victoire face à Clermont le week-end dernier à domicile (51-20) ?

C’est vrai que les Rochelais a fait une très grosse première mi-temps en inscrivant 43 points. Ils se sont ensuite relâchés en seconde période, ce qui est normal. Peut-être que cela nous manque oui, mais le plus important pour nous, les joueurs, est de se régaler sur le terrain en faisant ses 80 minutes devant un bon public. C’est ce qui nous a certainement manqué l’année dernière et que l’on est en train de retrouver cette année.

On se souvient des grandes affiches Stade Toulousain-Stade français dans les années 1990-2000. Est-ce toujours un rendez-vous spécial même si les deux clubs sont aujourd’hui moins souverains en championnat ? 

Je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas une grosse affiche. Cela reste un Classico avec le Stade français, un des clubs les plus titrés du Top 14, contre le Stade Toulousain, le club le plus titré du Top 14. On peut dire que c’est du passé mais il ne faut pas oublier que la saison dernière, il n’y avait que trois points d’écart entre le sixième et le douzième au classement. Maintenant, tous les matchs sont des gros matchs. Je ne vois donc pas pourquoi on dirait que c’est un match d’un moins grand intérêt cette année.

Quel joueur préfères-tu dans l’effectif du Stade français ? Quel est celui qui t’impressionne le plus ?

Je ne sais pas vraiment lequel m’impressionne le plus. Mais le joueur que je préfère, c’est Marvin O’Connor. Il est de ma génération, c’est un ami et un joueur qui est selon moi sous-coté. C’est un joueur très explosif. Certes, il n’est pas très grand mais il est dense. Je pense que c’est un des joueurs les plus sous-cotés du championnat alors que c’est pourtant un drôle de bon joueur.