Montpellier-ST

D. Roumieu : "Etre présent dans le combat"

Montpellier-ST

David, vous avez un gros défi à relever ce week-end face à une équipe de Montpellier constituée de grands joueurs et qui fait forte impression en championnat…

Oui, elle possède de grands joueurs, mais c’est également le cas au Stade Toulousain. Je pense que nous faisons aussi partie des grosses écuries. Il y a des gros matchs tous les week-ends. Après la trêve, nous enchaînons avec deux déplacements, dont le premier à Montpellier qui ne sera pas facile. Il faudra mettre les ingrédients nécessaires pour réaliser un bon match de rugby, à commencer par être présent dans le combat. Nous verrons ce qui se passera ensuite. Nous avons bien travaillé cette semaine pour aller à Montpellier en espérant faire quelque chose là-bas.

Quelle est selon vous la différence entre le Montpellier de l’année dernière et celui de cette saison ?

C’est difficile à dire, certains vont dire que le changement vient de l’arrivée de l’entraîneur (Vern Cotter), mais aussi de grands joueurs… C’est une équipe où beaucoup de nouveaux joueurs sont arrivés et où la dynamique a mis un peu de temps à se mettre en place. Ceux qui sont arrivés comme Louis (Picamoles) permettent à Montpellier d’être une grosse écurie, Fulgence Ouedraogo est toujours là… Le MHR possède du talent à tous les postes. Même si quelques joueurs de son effectif seront absents ce week-end, les Montpelliérains nous attendront de pied ferme samedi.

Sur quelles caractéristiques de cette équipe montpelliéraine le staff a-t-il mis l’accent ?

Nous savons que Montpellier possède une très grosse conquête et parvient souvent à inscrire des essais à partir des touches. Il sera important de répondre présent dans ce secteur ainsi qu’au niveau des ballons portés et de l’agressivité. Nous n’avons pas l’impression de se déplacer en se disant que nous devons rivaliser à tout prix. Nous allons à Montpellier dans le but de réaliser un gros match et de ramener des points de ce déplacement.

Comment vivez-vous cette phase de doublons avec les matchs internationaux ?

Nous ne sommes pas les seuls concernés, d’autres clubs le sont également. Pendant cette période, les joueurs qui jouent moins lorsque les internationaux sont présents ont la chance d’avoir un temps de jeu plus important. Il ne s’agit néanmoins pas de doublures car ce sont des joueurs aussi forts. Je pense que les mecs qui joueront lors des deux prochains matchs ont les dents longues et à cœur de prouver que l’on peut compter sur eux.

A titre personnel, que retirez-vous de ce que vous avez pour l’instant réalisé cette saison ?

Cela fait du bien de voir le Stade en haut du classement. Cela arrive à tous les clubs de connaître une saison délicate. Si je me souviens bien, Toulouse était deuxième en championnat avant les doublons du Tournoi des 6 Nations. C’est donc cette période qui a fait très mal au Stade Toulousain. Nous allons essayer de ne pas reproduire les mêmes erreurs et de prendre les points nécessaires pour rester en haut du classement et viser les six premières places. Nous sommes très contents de notre début de saison. Un bloc de trois mois de compétition est passé et il y a encore beaucoup de choses sur lesquelles nous devons nous améliorer.          

Prendre les points nécessaires, cela signifie-t-il décrocher la victoire lors des prochains déplacements ?   

Il faut jouer les matchs pour les gagner et non pas pour les perdre. Nous ne nous sommes pas donnés d’objectif en termes de points. Comme j’aime bien le dire depuis de nombreuses années, nous allons prendre les matchs les uns après les autres. En ce moment, c’est Montpellier qui se présente. Nous savons que c’est une très grosse équipe. Comme je le dis au groupe depuis que je suis arrivé, le Stade Toulousain est également une grosse écurie et n’a rien à envier aux autres clubs. Nous possédons des joueurs aussi forts que ceux qui sont en face. Si chacun se met au niveau individuellement samedi, je pense que nous pourrons ramener quelque chose de Montpellier.

Du côté du MHR, des joueurs importants tels que Nemani Nadolo ou Louis Picamoles manqueront samedi. Est-ce donc le bon moment pour affronter cette équipe montpelliéraine ?

Je ne sais pas si c’est le bon moment. Ce sont bien sûr des joueurs qui font avancer le groupe et qui marquent beaucoup d’essais, à l’image de Nadolo. Ce cas de figure est cependant le même dans notre équipe : ceux qui vont remplacer ces internationaux sont parfois des joueurs qui ne jouent pas beaucoup et qui auront les dents longues. Nous avons bien préparé cette rencontre après avoir eu une semaine de vacances. Nous nous sommes ressourcés et sommes prêts pour disputer un gros match de rugby à Montpellier.