Après ST-LOU

J.-M. Doussain : "Nous battre jusqu’au bout"

Après ST-LOU

Jean-Marc, est-ce une satisfaction d’avoir trouvé des automatismes face au LOU Rugby ?

Oui, je pense que notre première mi-temps est assez intéressante. Nous sommes arrivés à marquer des points sur de bonnes séquences, même si ce sont seulement deux joueurs qui font la différence à l’arrivée. Il y a eu de la continuité de notre part. Cela a été un peu plus compliqué en seconde mi-temps, bien que le LOU ait évolué en infériorité numérique. Nous ne sommes pas tombés dans la facilité mais je pense que nos adversaires se sont fait un peu « remonter les bretelles » à la mi-temps. Ils nous ont ensuite posé beaucoup de problèmes, alors que nous aurions dû continuer à occuper comme nous le faisions en première période en mettant les Lyonnais sous pression. Nous nous sommes fait un peu bouger en seconde mi-temps et avons commis des fautes. Cela a permis au LOU de se remettre dans le coup.      

A l’arrivée, vous décrochez tout de même la victoire et le bonus offensif…

Oui, c’est forcément le côté positif, mais le LOU décroche quand même le point de bonus défensif. Il faudra voir le résultat sur le plan comptable. En tout cas, nous poursuivons notre parcours dans cette Challenge Cup et nous nous déplacerons à Lyon avec des intentions le week-end prochain.   

Comment expliques-tu la seconde mi-temps plus délicate du Stade, pourtant en supériorité numérique ?  

On peut trouver dix mille excuses. Je ne vais pas toutes les citer, mais je n’ai pas envie d’en chercher non plus. Cela n’appartient qu’à nous. Si nous étions restés rigoureux comme en première mi-temps, nous n’aurions pas permis aux Lyonnais de revenir dans le match. Il y a cependant eu beaucoup de turnovers et c’est la plus grosse excuse que je pourrais trouver… Quand on joue au Stade Toulousain, on se doit d’avoir de l’ambition. C’est bien que nous ayons empoché le bonus offensif mais cela ne suffit pas. Nous avons encore un petit goût d’amertume. J’espère que cela nous permettra d’aller faire quelque chose à Lyon la semaine prochaine, avec le plus grand respect que j’ai pour cette équipe.

Ce match a parfois paru étrange. Il y a eu énormément de jeu envoyé de la part des deux équipes, peut-être trop par moments…

Je pense que la maîtrise a manqué dans les deux camps. On peut ainsi mesurer l’écart qui existe entre la Challenge Cup et la Champions Cup. Nous allons malgré tout disputer cette compétition à fond et nous battre jusqu’au bout pour aller peut-être chercher un quart de finale.