Avant Stade-Oyonnax

3 questions à Adrien Buononato

Avant Stade-Oyonnax

Ceci est un court extrait de l'interview du manager général d'OyonnaxAdrien Buononato. L'intégralité de l'entretien sera disponible prochainement dans votre programme de match digital de #STUSO.

Malgré beaucoup de résultats serrés et de matchs qui se sont joués à rien, Oyonnax occupe la dernière place au classement. Quel est votre état d’esprit actuel ?

 Il y a évidemment de la déception, car on n’arrive pas à faire basculer les matchs de notre côté. Nous parvenons à embêter les grosses équipes, mais il nous manque encore un petit quelque chose pour remporter ces matchs. On est dans le vrai, à nous de trouver la bonne combinaison pour gagner. Il nous reste 11 matchs à jouer, on doit en gagner le plus possible, et ce contre n’importe quelle équipe ! 

En terme de management, comment éviter, justement, que la sinistrose ne s’empare du groupe avec une seule victoire en 15 matchs ?

 Lorsque l’on marque 4 essais à La Rochelle, 4 essais contre Clermont, 4 au Stade Français en déplacement, il y a des sourires sur les visages des joueurs. Il n’y a pas de sinistrose. Il y a des regrets sur certaines actions non abouties, quelques pénalités, des mauvais choix, mais il n’y a pas de sinistrose.
Le lundi, quand nous nous retrouvons, il n’y a pas que des mauvaises choses à retenir de nos matchs. En vidéo, il y a beaucoup de bonnes choses à montrer aux joueurs pour les rééditer lors des prochaines échéances. On se tourne très rapidement vers le futur et les rencontres à venir, ce qui nous permet d’être dans de bonnes conditions pour préparer la suite.

Vous vous déplacez à Toulouse le week-end prochain. Avec quels objectifs, sachant qu’on imagine que vous ne pouvez pas galvauder le moindre rendez-vous ?

 Vous avez raison, on ne galvaude aucun rendez-vous. On avait pris beaucoup de plaisir lors du match d’ouverture contre Toulouse. Le Stade a un rugby assez proche de celui qu’on pratique, avec une équipe qui aime tenir le ballon sur des longues séquences, qui utilise un système très structuré pour favoriser l’initiative des joueurs.
On est également dans ce type de rugby, et aujourd’hui, Toulouse le maîtrise mieux que nous, depuis plus longtemps, et c’est donc très intéressant de venir nous confronter au Stade. Ils avaient pris des points chez nous en venant décrocher le match nul, à nous d’aller chez eux avec les mêmes intentions et tenter de récupérer les points perdus lors du match aller.