Stade Toulousain-Castres

F. Fritz: "On jouera notre carte à fond"

Stade Toulousain-Castres

Florian, cette fois-ci, ce sera bel et bien ta dernière rencontre à Toulouse ?

Nous avons la chance de jouer notre barrage à Ernest Wallon. Et effectivement, ce sera ma dernière rencontre à Toulouse. Cette fois-ci, c’est certain !

Qu’est-ce-que ça te fait au moment de refermer le livre ?

Je l’ai prévu depuis pas mal de temps. C’est une décision mûrement réfléchie. J’ai la chance d’avoir une très belle sortie. Le fait d’avoir pris ma décision assez tôt m’a permis d’évacuer plus rapidement cette pression. J’arrivais en fin de contrat avec le Stade Toulousain, ma décision a été prise assez rapidement. Je ne me voyais pas jouer dans un autre club, et c’était le bon moment pour arrêter.

Que va t-il te rester de tes 14 années passées au sein du club ?

Avant tout, tous les coéquipiers avec lesquels j’ai eu la chance de jouer. Les titres aussi resteront bien évidemment des moments forts ! De nombreux souvenirs resteront gravés dans ma tête. Ce club, c’est une partie de ma vie. 14 ans dans un même club, ce n’est pas donné à tout le monde. Le Stade Toulousain est, et restera mon club de cœur.

Sais-tu ce que tu vas faire après le rugby ?

Je travaille, je suis associé avec des amis dans une société de menuiserie d’extérieur dans la région toulousaine.

Lors de ces phases finales, auras-tu un rôle de « papa » ? Les joueurs sont venus de te demander des conseils ?

J’essaye d’avoir un discours qui permet de rassurer les uns et les autres. Il y a quand même un paquet de joueurs de haut niveau. C’est peut être l’équipe, depuis pas mal de temps, qui a le moins gagné, mais quand on voit les joueurs qui composent cette équipe, il y a quand même de l’expérience.
Charlie Faumuina est champion du monde, Richie Gray à un nombre incalculable de sélections avec l’Ecosse, Yoann Maestri... Il y a quand même des joueurs de classe mondiale.
Certes, il y a des jeunes joueurs, mais chacun à son rôle à tenir. S'ils sont demandeurs de conseils, nous sommes présents. Mais s'ils sont là, c’est qu’ils le méritent et qu’ils ont entièrement leur place au sein du groupe. L’alliance entre ces jeunes et ces joueurs plus expérimentés, c’est notre force cette saison.

As-tu senti beaucoup de changements entre 2004/2012 et 2012/2018 ?

Au début, forcément. D’autant plus qu’au début, les résultats n’étaient pas au rendez-vous. Je n’avais pas l’habitude de perdre autant de matchs avec le Stade Toulousain. Le fait que le staff change, que l’effectif soit remanié, il y a forcément eu des moments de doutes.
C’est logique qu’il y ait une acclimatation à avoir après avoir fonctionné de la même manière durant des années. Cela n’a pas été super simple pour ma part au départ. Aujourd’hui, le Stade Toulousain est en train de retrouver le standing qui est le sien et qui doit continuer à l’être. Cette période de transition est maintenant digérée, il faut que le travail réalisé au sein du club perdure dans le temps.

C’est forcément agréable de partir sur des phases finales. Es-tu fier d’avoir amené ce groupe jusque là ?

C’est plus agréable que de finir sa carrière sur une 12ème place de championnat, comme certains potes l’an dernier. Je suis chanceux de ce côté-là.

Peux-tu nous dire ce que tu penses de la saison de Maxime Médard ?

Maxime fait une très belle saison. Il a eu quelques soucis de santé en milieu de saison qui l’ont tenu éloigné des terrains durant quelques mois. Depuis son retour, il est en confiance, il enchaîne les matchs, et quand il est à ce niveau tout le monde connaît le joueur qu’il est. Il fait partie des meilleurs ailiers/arrières du championnat.

Comment juges-tu le potentiel du groupe sur la ligne de départ avec les autres équipes ?

On est quand même outsider. Sans faire de langue de bois, quand l’on voit des équipes comme Toulon, Montpellier ou le Racing, qui pour moi sont les 3 gros de ces phases finales, nous sommes outsiders. Après, sur un match tout est possible. On jouera notre carte à fond dans tous les cas.

Que penses-tu de cette équipe de Castres ?

C’est une équipe qu’on a du mal à manœuvrer. Cela fait maintenant 3 matchs qu’ils nous battent. Ca va être une rencontre très compliquée. C’est une équipe qui n’a pas de stars comme les autres gros morceaux, mais elle est très complète et pose des problèmes à toutes les équipes, notamment la nôtre.

Etes-vous revanchard ?

Forcément un petit peu. Ca fait un moment que nous n’arrivons plus à les battre. Ils sont venus gagner ici cette saison. On se doit de répondre présent samedi.