Mag | LOU Rugby - page 2-3

2
3
STADE TOULOUSAIN
vs
LOU
STADE TOULOUSAIN
vs
LOU
PUB CAILLEAU
w w w . g r o u p e - c a i l l e a u . c o m
être le meilleur
sur un terrain
est un devoir.
Luke McAlister
31 sélections chez les All Blacks
Demi-d’ouverture du Stade Toulousain
Créditphoto :Ofasolutions /Création :
P r o M o T i o n i M M o B i L i è r e | P r o S P e c T i o n f o n c i è r e
l’entretienstadiste
Tu as disputé ton dernier match contre La Rochelle, le 10 janvier,
au cours duquel tu as été blessé. Qu’en est-il aujourd’hui ?
J’avais une petite lésion musculaire à l’ischio-jambier. J’avais repris
un peu rapidement parce que je voulais me donner le maximum de
chances de pouvoir postuler contre Castres, et je m’étais refait mal.
Aujourd’hui, l’évolution est favorable. J’ai repris la course la semaine
passée, progressivement, et j’espère pouvoir m’entraîner normalement
pour jouer contre Lyon.
J’ai choisi de ne pas prendre de vacances durant la trêve, et j’en ai
profité pour travailler physiquement : le haut du corps et les jambes,
pour ne pas perdre. J’ai continué à soigner ma blessure, histoire de
gagner un peu de temps et… garder la ligne (
rires
) !
La victoire contre Castres a permis au club de réintégrer le Top 6.
Au delà de cette bonne nouvelle, le contenu même du match a été
plutôt positif, qu’il s’agisse de la conquête ou de la défense. Ce
sont des éléments qui rassurent avant de recevoir le LOU ?
Il est certain que ce sont des points qui amènent de la confiance. Nous
avons retrouvé des vertus, de l’envie, ces choses qui nous avaient
manqué sur le match de Montpellier. Nous avons fait preuve d’un très
bon état d’esprit en défense. Ce sont de bons éléments, mais qui ne
doivent pas nous faire perdre de vue que nous avons encore pas mal
de boulot à accomplir sur le plan offensif.
Pour le groupe, sentais-tu qu’il était temps de marquer une pause,
physiquement et mentalement ?
Il y a quand même pas mal de petits bobos. C’est un avantage d’avoir
eu une coupure de trois semaines pour pouvoir récupérer des joueurs.
Sébastien Bezy et Schalk Ferreira sont sur le point de revenir, et ce
n’est pas négligeable.
Mais la coupure est intervenue après notre victoire à Castres. Or, c’est
toujours bien d’enchaîner, de pouvoir travailler sur le match, se reporter
sur ce qui a été fait et travailler les défauts. On sait que le Tournoi des VI
Nations est une période compliquée pour les clubs, qui doivent gérer les
coupures et les absences des internationaux. Ce n’est jamais évident.
Le dernier match en date après une trêve était celui contre Grenoble,
qui s’était soldé par une défaite. Statistiquement, ces dernières
saisons, les retours de vacances ne sont pas les moments où le
Stade brille le plus…
Le match contre Grenoble était particulier. Il y avait eu une trêve de
quinze jours, et nous avions voulu faire beaucoup de choses, mais
une fois sur la pelouse, les joueurs manquaient peut-être un peu de
fraîcheur.
Le contexte est différent. Nous avons repris la semaine dernière avec
un travail axé sur le physique. Cette semaine, nous allons repartir sur
du rugby et faire en sorte d’avoir un peu de fraîcheur pour samedi.
Nous n’aurons pas d’excuse sur ce match de reprise quant à notre
engagement.
Le LOU n’a flanché qu’une fois à domicile, contre le
Stade Toulousain. C’est un match auquel tu avais
participé, quel souvenir en as-tu ?
C’est un rendez-vous que nous avions très bien préparé,
avec beaucoup de concentration tout au long de la
semaine. Nous avions répondu présents dès l’entame,
surtout défensivement. Tout le monde avait fait les efforts
nécessaires et nous étions bien organisés. Je sais que
nous nous étions montrés très efficaces sur les ballons de
récupération. Globalement, c’est une rencontre qui avait
été maîtrisée.
Mais à cette époque-là, l’équipe lyonnaise était moins
en confiance que maintenant. Ce sera donc une toute
autre histoire. Le LOU a globalement fait de bons matchs
à domicile, en battant notamment certains ténors. Ils
proposent un autre rugby que celui qu’ils proposaient au
match aller. Je m’attends à une rencontre plus compliquée.
Plus globalement, que penses-tu de cette équipe
de Lyon qui a, l’année passée, survolé la Pro D2 et
s’accroche plutôt bien cette saison en Top 14 ?
C’est une équipe qui a préparé sa montée depuis quelques
années. Il y a deux ans, ils avaient déjà fait un gros
recrutement, et si cela n’avait pas pris immédiatement,
ils ont écrasé la Pro D2 la saison suivante. Leurs points
d’avance leur ont permis d’assurer rapidement la montée
en Top 14 et de pouvoir effectuer un nouveau recrutement
de qualité pour assurer ce projet. Ils ont eu le temps de
se préparer et ils ont répondu présents dès le début du
championnat. C’est une équipe qui est armée pour le
haut niveau, et plus la saison avance, plus elle en fait la
démonstration.
Lionel Nallet joue ses derniers matchs en Top 14. Toi
qui l’as connu en équipe de France, quel regard portes-
tu sur sa carrière ?
Il fait preuve de longévité et surtout de performance !
Jouer longtemps, c’est bien, mais jouer longtemps à un
tel niveau, c’est remarquable. Je pensais qu’il arrêterait
l’année dernière en même temps que son copain Sébastien
Chabal. Il a voulu continuer parce qu’il se sentait bien, et
il montre aujourd’hui qu’il avait raison. Cela me fait plaisir
qu’il soit encore là et que les vieux aient leur place dans ce
championnat… Même si je suis beaucoup plus jeune que
lui (
rires
) !
« Nous n’aurons
pas d’excuse »
Imanol
Harinordoquy :
1 4-5,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,...26
Powered by FlippingBook