Mag | Stade Français - page 2-3

2
3
STADE TOULOUSAIN
VS STADE FRANçAIS
STADE TOULOUSAIN
VS STADE FRANçAIS
l’entretienstadiste
Certaines décisions lors du match face à Bayonne ont provoqué
des débats. En veux-tu à l’arbitrage?
J’en veux un petit peu à l’arbitre vidéo, car je trouve que sa lucidité est
à remettre en question. Je me base sur des images qui témoignent
de ma bonne foi. Mais s’il en existe des différentes, je suis prêt à les
accueillir et à reconnaître que je me trompe.
Aujourd’hui, il y a un grand nombre de décisions qui, à mon sens,
s’éloignent des décisions qui devraient logiquement être prises.
D’autant plus que nous avons aujourd’hui une arme, qui est la vidéo.
Elle permet de vérifier si un essai peut être accordé ou pas. Le deuxième
essai de Bayonne n’est pas valable, puisqu’il y a une percussion d’un
joueur sans ballon. C’est la vidéo qui devrait déterminer ça.
Quand je vois que face à Clermont, un ballon que personne ne voit
aplati permet d’accorder un essai, alors que dans le doute on ne doit
pas le faire, je me demande ce qu’il se passe. Mais je garde confiance
en l’arbitrage. Je ne compte influencer personne. Nous avons perdu
un match, je me demande simplement si nous le méritions.
Comment vis-tu la mauvaise passe actuelle de ton équipe?
Ce que je trouve le plus difficile à vivre, c’est que l’état d’esprit que
nous affichons n’est pas récompensé. C’est ça qui me sidère et me fait
mal. Encore une fois, je pense que les joueurs du Stade Toulousain ont
montré un état d’esprit exceptionnel sur le match de Bayonne, contre
vents et marées.
Quand vous vous occupez d’un groupe, que vous êtes responsable
et que les gars vous donnent autant et se donnent autant… Quand,
derrière, des éléments extérieurs viennent remettre en cause leur
investissement, ça me fait un peu mal.
J’ai signé au Stade Toulousain en 1975-1976 en tant que joueur, et nous
étions alors en position de relégables, pour finalement nous sauver lors
de la dernière journée. Les situations d’un club en difficulté, je les ai
connues en tant que joueur, même si le rugby n’avait pas la dimension
qui est la sienne aujourd’hui.
La direction du club est là aussi depuis 20 ans et elle a vécu des
moments tellement exceptionnels qu’elle arrive à comprendre et
analyser la situation. Si elle est toujours là aujourd’hui, c’est qu’elle a la
lucidité nécessaire pour interpréter les choses.
Que dire de cette position de relégable, bien que la saison soit loin
d’être terminée?
La situation est compliquée, c’est indéniable, mais est-il dans notre
mentalité de décrocher ? Nous allons nous battre jusqu’au bout, comme
on s’est toujours battus, y compris les années de titre. Même pendant
les saisons qui ont été conclues par des trophées, il y a eu des moments
difficiles. Rien ne nous est jamais tombé dans le panier sans que nous
n’ayons à fournir le moindre effort.
ou t
Est-ce que le doute n’a pas fini par s’installer au sein
de l’équipe? Yoann Maestri semblait ému à la fin de la
rencontre perdue contre Bayonne...
Bien sûr, le doute peut finir par polluer nos esprits, mais très
franchement, cela ne s’est pas vu le week-end dernier. Ce
que j’ai vu sur le terrain n’était pas le propre d’une équipe
en plein doute. Les joueurs sont des compétiteurs, et c’est
précisément ce qu’ils ont montré face à Bayonne : l’image
de grands compétiteurs.
Yoann Maestri s’est senti coupable de sa réaction qui,
quelque part, est l’un des tournants du match. Il n’aurait
pas dû aller défendre son copain qui a reçu non pas un
plaquage mais une percussion à l’épaule et un coup dans
la gorge. Il a eu cette réaction immédiate d’aller bousculer
un peu, et non pas agresser, un seconde ligne de 130 kg.
Parce que les valeurs du rugby, cela reste quand même ça.
Je ne suis pas du tout pour que l’on se batte, loin de là, et
ce n’est pas mon propos. Je demande simplement que l’on
ait une attention particulière par rapport à un joueur au sol
qui prend un coup.
L’absence de piliers se fait actuellement cruellement
ressentir ?
Lors du recrutement, nous n’avions pas prévu que Kakovin,
qui revenait de blessure, se blesserait de nouveau, qu’il
en serait de même pour Johnston et qu’en même temps,
Ferreira subirait une rupture du tendon du biceps. Si notre
mêlée n’avait pas ces problèmes-là, objectivement, je crois
que les matchs que nous avons perdus de peu auraient pu
être gagnés.
Avant de faire une analyse sur les recrues, il faut savoir que
certaines n’étaient pas là pour apporter un plus, mais pour
compenser ponctuellement une ou deux absences, mais
pas cinq ou six.
Comment appréhendez-vous le match face au Stade
Français dans ce contexte?
Je ne sens rien du tout. Avant le match du week-end dernier,
je sentais que mes joueurs étaient prêts. Maintenant, si on
leur met des bâtons dans les roues, ça va être compliqué.
Mais si nous ne pouvons rien faire contre les éléments,
nous continuerons à nous battre.
PUB CAILLEAU
w w w . g r o u p e - c a i l l e a u . c o m
être le meilleur
sur un terrain
est un devoir.
Luke McAlister
31 sélections chez les All Blacks
Demi-d’ouverture du Stade Toulousain
Créditphoto :Ofasolutions /Création :
P r o M o T i o n i M M o B i L i è r e | P r o S P e c T i o n f o n c i è r e
« Notre état d’esprit
n’est pas récompensé »
Guy
Novès :
1 4-5,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,...26
Powered by FlippingBook