• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Musée du Stade Toulousain 1937-1947

Photographies appartenant à Lucien REMPLON

 
Bergougnan (1947)

Perpignan- ¼ de finale de championnat contre Toulon La pureté du style de Bergougnan éclate sur ce document où on le voit « offrir » la balle à ses attaquants.

 
1946

Bordeaux, finale de la Coupe de France Stade Toulousain bat la Section Paloise Cette photographie est un classique de l’iconographie rugbystique. Mais en général on tronque sa reproduction au seul Lassègue. Nous préférons vous offrir un panorama complet de cette superbe action.

 
André Mellet (11 mai 1946)

Bordeaux – Finale de la Coupe de France Le Stade Toulousain l’emporte sur Pau 6 à 3

 
1946

A Bordeaux, finale de la coupe de France. Le Stade Toulousain bat Pau 6 à 3. La passe de Bergougnan était étonnamment longue, sèche et précise. Elle était aussi armée avec rapidité.

 
Le 18 mai 1947

A Bordeaux, finale de la coupe de France. Stade Toulousain bat l’AS Montferrandaise 14 à 11. Encore un autre triomphe d’Yves Bergougnan qui vient d’arracher la victoire par un drop dans les derniers instants du match. Les Montferrandais admiratifs le portent en triomphe (Paul et Pujol) sous le regard de Sanchez.

 
Automne 1947

Le Stade Toulousain reçoit, en championnat, l’équipe du Castres Olympique qui a des grandes ambitions. Derrière une mêlée qui a tourné et malgré l’opposition de Matheu, Yves Bergougnan réussit à ouvrir malgré qu’Yves Noé le gène.

 
1947 au Parc des Princes

A Paris, ¼ de finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Romans sur le score de 3 à 0. Une attitude spectaculaire de Dutrain. Les autres toulousains sont Brouat et Caraguel.

 
1947 au Parc des Princes

A Paris, ¼ de finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Romans sur le score de 3 à 0. Bergougnan essaie d’arrêter un « colosse » adverse. Les autres toulousains sont F. Vidal et E. Fabre.

 
Saison 1946-1947

Le Stade Toulousain bat Castres sur le score de 15 à 0. Bergougnan derrière sa mêlée. De dos le n°7 de Noé car à l’époque les 3éme ligne centre portaient le n°7.

 
Le 26 novembre 1946

Photographie de Bergougnan lors d’un match contre Gujan Mestras.

Archives Municipales de Toulouse

 
Le Stade Toulousain contre Romans, Paris

Vue d'ensemble d'une action de jeu de rugby lors du match opposant le Stade Toulousain à Romans, au Parc des Princes, en quart de finale du championnat de France, le 9 mars 1947. Résultat : 3 - 0 pour le Stade Toulousain. .

 
Le Stade Toulousain

La mascotte (un mouton) du stade Toulousain au bord de la touche lors d'un match au stadium municipal de Toulouse en 1947.

Collection Latanne (transmise par l’intermédiaire de Jacques ROUGE)

 
1/2 finale de Coupe de France. Le 11 mai 1947

Stade Toulousain affronte Pau à Paris. Bergougnan, balle en main, se prépare à introduire en mêlée.

 
1/8éme de finale de Coupe de France. Le 27 avril 1947

Le Stade Toulousain affronte Chambéry à Narbonne

 
1/4 de finale du championnat de France au Parc des Princes. Le 9 mars 1947

Stade Toulousain rencontre Roman. Dutrain mène une contre attaque stadiste

 
1/4 de finale du championnat de France au Parc des Princes. Le 9 mars 1947

Stade Toulousain rencontre Roman. Yves Bergougnan plaque un « colosse » de l’équipe adverse.

 

Bergougnan subissant un plaquage après avoir transmis le ballon à un de ses coéquipiers.

 

Yves Bergougnan s’apprête à transmettre le ballon alors qu’il est plaqué par un adversaire au cours d’un match du Stade.

 
1/2 finale de Coupe de France en 1946

A Marseille, le Stade Toulousain rencontre Montferrand. Bergougnan en pleine action

 
Les lignes arrières de la saison 1946-1947

De gauche à droite sur la photographie : Dutrain, Brouat, Déleris, Lassègue, Bergougnan.

 
A Bordeaux, finale de la Coupe de France 1947

Les joueurs alignés attendent la présentation des équipes aux « officiels », Yves Noé, capitaine est au premier plan avec la balle en mains.

Retour en haut de page

1937 - 1938


Vassal, Cornel, Bonin, Bourdieu, Lacan, Saint-Lézer, Auriach, Graussens, Grangé, Rouch, Villars, Finet, Andrieu, Delqué, E. Fabre, Carrère, Lopez, Picou, Lacabanne, Lougarre, Inza, Gailhaguet, Rougé, Gooris, M. Fabre, Marquié, Duvigneau, Georges.


1938 - 1939


Gaussens, Delqué, Je. Andrieu, Le Gunéhéc, Ma. Grosnier, Fontrouge, Foucanier, Clottes, Fraisse, Desvergnes, Duvigneau, Barthe, Cornel, Bourdieu, Auriach, Marquié, Lougarre, Lopez, Girod, Lacabanne, Saint-Lézer, Rougé, Inza.


1939 - 1940


Bénazet, Pignol, Dutrain, Laguerre, Regagnon, Auriach, Ayribat, Le Gunéhec, Bérot, Giraut, Fraisse, Larzabal, Estivil, Anglade, Mouton.


1940 - 1941


Gaussens, Baudry, H. Cazaux, Le Gunéhec, Pène, Cabrol, Fontrouge, Bathelier, Cazenave, Barthez, Dutrain, Sorrondo, Barbazange, Trébaux, Douarinou, Fraisse, Carrère, Bénazet, Sumastre, Frutuoso, Duvigneau, Castagnon, Soulié, Corrège.


1941 - 1942


Baudry, Vigneau, Gaussens, Soulié, Duvigneau, Cazaux, Bédat, Bénazet, Durocher, Fraisse, Corrège, Delqué, Andrieu, Carrère, Lopez, Douarinou, Dutrain, Thiebaut, Gausserand, Trébeaux, Sumastre, Le Gunéhec, Privat, Moura, Lafourcade.


1942 - 1943


Baudry, Soulié, Auriach, Vigneau, Gaussens, Garrigues, Caloni, Cazaux, Bénazet, Duvigneau, Fraisse, Andrieu, Courrège, Brane, Delqué, Fabre, Fontrouge, Sumastre, Carrère, Brémener, Frutuoso, Dutrain, Le Gunéhec, Molveau, Gachein.


1943 - 1944


Auriach, Gaussens, Vigneau, Cazaux, Garrigues, Duvigneau, Bénazet, Soulié, Lasserre, Fontrouge, Fabre, Jolivet, Andrieu, Chevalier, Le Gunéhec, Fraisse, Bazelières, Dutrain, Gaulène, Maupeyrat, Palacin, Larzabal, Loubet, Saint-Lézer, Brané.


1944 - 1945


Suzanne, Soulié, Mellet, Dutrain, Sanchez, Gaussens, Duvigneau, Jep Maso, Barran, Brané, Caraguel, Carrère, Fabre, Guissepin, Lopez, Vidal, Jolivet, Larzabal, Cassayet, Privat, Fraisse.


1945 - 1946


Mellet, Dutrain, Brouat, Ma. Faure, Gaussens, Lassègue, Sanchez, Suzanne, Baqué, Bergougnan, Garrigues, Barran, Brané, Noé, Caraguel, Fabre, Carrère, Gaulène, Marsoni, Vidal, Lopez, Jolivet, Soulié, Duvigneau.


1946 - 1947


Mellet, Dutrain, Brouat, Gaussens, Lassègue, Baqué, Bergougnan, Barran, Noé, Caraguel, Gaulène, Fabre, Larzabal, Lopez, Jolivet, Vidal, Fabre, Sanchez, Soulié, Garrigues, Chausson, Astrugue.

Retour en haut de page

1937 - 1938: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Avignon 9-3 pop up
Stade Toulousain-Auch 22-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Lions le Launier-Stade Toulousain 0-0 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 6-0 pop up
Barrage Stade Toulousain-Soustons 6-0 pop up
1/8 Finale Pau-Stade Toulousain 13-0 pop up
1937 - 1938: Coupe des Pyrénées

Stade Toulousain-St Girons 0-5 pop up
USAP-Stade Toulousain 8-0 pop up
Stade Toulousain-Pau 0-3 pop up
CASG-Stade Toulousain 3-6 pop up
Grenoble-Stade Toulousain 7-3 pop up
Stade Toulousain-Vienne 3-3 pop up
Stade Toulousain-Stade français 18-6 pop up
Albi-Stade Toulousain 0-3 pop up

1937 - 1938: Du Manoir

Périgueux-Stade Toulousain 3-10 pop up
Stade Toulousain-Lyon 0-5 pop up
Stade Toulousain-Châlon sur Saône 5-0 pop up
Béziers-Stade Toulousain 8-0 pop up

1938 - 1939: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Tarbes 28-6 pop up
Stade Toulousain-Bègles 5-0 pop up
Stade Toulousain-Périgueux 10-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Tyrosse-Stade Toulousain 6-0 pop up
Gujan Mestras-Stade Toulousain 4-11 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 13-3 pop up
1938 - 1939: Coupe des Pyrénées
1ère Phase Stade Toulousain-Albi 11-3 pop up
Stade Toulousain-Pau 6-9
Montferrand-Stade Toulousain 21-3
CASG-Stade Toulousain 10-0
St Girons-Stade Toulousain 0-0 pop up
1938 - 1939: Du Manoir

Stade Toulousain-Brive 13-13 pop up
Carcassonne-Stade Toulousain 3-10 pop up
Tarbes-Stade Toulousain 11-5 pop up
Stade Toulousain-Béziers 5-5 pop up
Clermont-Stade Toulousain 21-3 pop up
Stade Toulousain-Pau 6-9 pop up

1938 - 1939: Coupe de l'Espérance
Les matchs à domicileStade Toulousain-Tarbes 28-6
Stade Toulousain-Bègles 5-0
Stade Toulousain-Périgueux 10-3
Les matchs à l'extérieurTyrosse-Stade Toulousain 6-0
Gujan Mestras-Stade Toulousain 4-11
Biarritz-Stade Toulousain 13-3
1939 - 1940: Coupe des Pyrénées
Les matchs à domicileStade Toulousain-St Girons 8-0
Stade Toulousain-Laroque d'Olmes 43-5
Stade Toulousain-Pamiers 49-6
Stade Toulousain-Foix 22-3
Les matchs à l'extérieurPamiers-Stade Toulousain 3-23
St Girons-Stade Toulousain 6-10
Laroque d'Olmes-Stade Toulousain ?
St Cyprien-Stade Toulousain ?
Poule finaleCastres-Stade Toulousain 0-3
Moissac-Stade Toulousain 0-18
Stade Toulousain-St Girons 31-0
Stade Toulousain-Albi 23-0
1939 - 1940: Coupe de l'Espérance
Les matchs à domicile Stade Toulousain - US Foix 22-3 pop up
Stade Toulousain - Saint Girons 8-0 pop up
Stade Toulousain - Pamiers 49-6 pop up
Stade Toulousain - Laroque d'Olmes 43-5 pop up
Stade Toulousain - Saint Cyprien pop up
Les matchs à l'extérieur Laroque d'Olmes - Stade Toulousain pop up
Saint Cyprien - Stade Toulousain pop up
Pamiers - Stade Toulousain 23-3 pop up
Foix - Stade Toulousain 10-6 pop up
Saint Girons - Stade Toulousain 10-6 pop up
Poule finale Castres - Stade Toulousain 0-3 pop up
Moissac - Stade Toulousain 0-18 pop up
Stade Toulousain - Saint Girons 31-0 pop up
Stade Toulousain - Albi 23-0 pop up
1940 - 1941: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Tarbes 3-3 pop up
Stade Toulousain-Pau 3-0 pop up
Stade Toulousain-Mauléon 15-? pop up
Stade Toulousain-Oloron pop up
Stade Toulousain-Lourdes 9-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Oloron-Stade Toulousain 9-3 pop up
Lourdes-Stade Toulousain 5-14 pop up
Mauléon-Stade Toulousain 0-14 pop up
Tarbes-Stade Toulousain 6-5 pop up
Pau-Stade Toulousain 6-3 pop up
1940 - 1941: Coupe des Pyrénées

Stade Toulousain-Racing 17-3 pop up
Stade Toulousain-Albi 8-8 pop up
Stade Toulousain-St Girons 16-3 pop up
Stade Toulousain-TO 0-14 pop up

1940 - 1941: Coupe de l'Amitié

Stade Toulousain-Agen 19-11 pop up
Pau-Stade Toulousain 17-8 pop up
Stade Toulousain-USAP 6-0 pop up
Tarbes - Stade Toulousain pop up
Stade Toulousain-Tarbes 16-0 pop up
Agen-Stade Toulousain 11-3 pop up
USAP-Stade Toulousain 8-8 pop up
Stade Toulousain-Pau 18-3 pop up

1941 - 1942: Coupe de l'Amitié
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Tarbes 11-7 pop up
Stade Toulousain-Lourdes 11-3 pop up
Stade Toulousain-Pau 3-0 pop up
Stade Toulousain-Auch 21-4 pop up
Stade Toulousain-Oloron 5-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Auch-Stade Toulousain 0-17 pop up
Oloron-Stade Toulousain 9-10 pop up
Tarbes-Stade Toulousain 8-3 pop up
Lourdes-Stade Toulousain 6-11 pop up
Pau-Stade Toulousain 13-11 pop up
1/8 Finale Mont de Marsan-Stade Toulousain 5-0
1942 - 1943: Championnat
1ère Phase (Poule de 5) Stade Toulousain-Montauban 14-6 pop up
Stade Toulousain-Fumel 15-3 pop up
Stade Toulousain-Brive 5-5 pop up
Castres-Stade Toulousain 3-3 pop up
1/8 finale Montferrand-Stade Toulousain 9-5 pop up
1942 - 1943: Coupe

1/32 Finale: Stade Toulousain-Limoges 6-0 pop up
1/16 Finale: Stade Toulousain-Mauléon 12-11 pop up
1/8 Finale: USAP-Stade Toulousain 8-3 pop up

1943 - 1944: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Decazeville 9-4 pop up
Stade Toulousain-Tulle 16-0 pop up
Stade Toulousain-Albi 8-9 pop up
Stade Toulousain-Bort 0-5 pop up
Les matchs à l'extérieur Aurillac-Stade Toulousain 8-6 pop up
Fumel-Stade Toulousain 3-3 pop up
Brive-Stade Toulousain 28-3 pop up
1/16 Finale Montferrand-Stade Toulousain 9-5
1943 - 1944: Coupe

Auch-Stade Toulousain 6-17 pop up
Stade Toulousain-Vichy 21-3 pop up
1/16 Finale: Villeneuve-Stade Toulousain 9-12 pop up
1/8 Finale: Stade français-Stade Toulousain 12-11 pop up

1944 - 1945: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Tulle 20-3 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 12-0 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 12-6
Stade Toulousain-St Jean de Luz 15-0 pop up
Stade Toulousain-Castres 8-0 pop up
Les matchs à l'extérieur Decazeville-Stade Toulousain 0-16 pop up
Fumel-Stade Toulousain 12-8 pop up
Pau-Stade Toulousain 4-0 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 4-0
1/16 Finale Stade Toulousain-Montélimar 18-0 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Bayonne 7-6 pop up
1/2 Finale Lourdes-Stade Toulousain 9-8 pop up
1944 - 1945: Coupe

1/8 Finale: Stade Toulousain-Oloron 15-6 pop up
1/4 Finale: Stade Toulousain-USAP 0-0 pop up
1/4 Finale: USAP-Stade Toulousain 4-0 pop up

1945 - 1946: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Angoulême 31-3 pop up
Stade Toulousain-St Girons 26-3 pop up
Stade Toulousain-Vichy 16-7 pop up
Stade Toulousain-Lannemezan 26-8 pop up
Stade Toulousain-PUC 21-6 pop up
Stade Toulousain-Montélimar 11-0 pop up
Stade Toulousain-Pau 0-3 pop up
Les matchs à l'extérieur O. St Denis-Stade Toulousain 0-29 pop up
SBUC-Stade Toulousain 3-11 pop up
Bergerac-Stade Toulousain 3-21 pop up
Montferrand-Stade Toulousain 9-10 pop up
1945 - 1946: Coupe

1/16 Finale: Stade Toulousain-Soustons 23-8 pop up
1/8 Finale: Stade Toulousain-Narbonne 10-3 pop up
1/4 Finale: Stade Toulousain-PUC 16-3 pop up
1/2 Finale: Stade Toulousain-Montferrand 14-6 pop up

Finale: Stade Toulousain-Pau 6-3 pop up

1946 - 1947: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Castres 15-0 pop up
Stade Toulousain-Gujan Mestras 14-3 pop up
Stade Toulousain-Angoulême 26-3 pop up
Stade Toulousain-Vichy 9-6 pop up
Stade Toulousain-Montélimar 20-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Soustons-Stade Toulousain 3-7 pop up
Bayonne-Stade Toulousain 6-10 pop up
Montluçon-Stade Toulousain 3-14 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Toulon 16-3 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Romans 3-0 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Montferrand 20-4 pop up
Finale Stade Toulousain-Agen 10-3 pop up
1946 - 1947: Coupe

1/8 finale: Stade Toulousain-Chambéry forfait pop up
1/4 finale: Stade Toulousain-Béziers 21-9 pop up
1/2 Finale: Stade Toulousain-Pau 11-3 pop up
Finale: Stade Toulousain-Montferrand 14-11 pop up

Retour en haut de page

L'équipe Une

Championnat

1 Finale gagnée:

Le 13 avril 1947
A Toulouse (Ernest Wallon)
Stade Toulousain bat Agen 10 à 3

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Caraguel; 1 pénalité et 1 drop de Bergougnan.
Pour Montferrand: 1 essai de Ferria.
Stade Toulousain: Mellet; Dutrain, Brouat, Gaussens, Sanchez; (o) Baqué, (m) Bergougnan; Caraguel, Noé, Barran (cap); Fabre, Gaulène; Larzabal, Lopez, Jolivet.

Coupe de France

1 Finale gagnée:

Le 11 mai 1946
A Bordeaux (Parc Lescure)
Stade Toulousain bat Pau 6 à 3

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Lassègue; 1 pénalité de Gaussens.
Pour Pau:1 pénalité de Lauga.
Stade Toulousain: Mellet; Dutrain, Brouat, Gaussens, Lassègue; (o) Baqué, (m) Bergougnan; Caraguel, Noé, Barran (cap); Carrère, Fabre; Vidal, Lopez, Marzoni.

Challenge de l'Espérance

En 1940
Stade Toulousain bat Albi 23 à 0

Stade Toulousain: Pignol; Courrège, Dutrain, Laguerre, Espourteille; (o) Ayrebay, (m) Bénazet (cap); Giraud, Bérot, Le Gunehac; Fraisse, Ferrer; Foutrauge, Anglade, Larzabal. .

Retour en haut de page

1937 - 1938

1938Debouts: Lougarre, E. Fabre, Delqué, Quaranta, Andrieu, Vincent, Gooris, Marquié, Lopez.
Accroupis: Vassal, Bourdieu, Cornel, Sahuc, Espinasse, Carrière, M. Fabre.

1938 - 1939

1939Debouts: E. Puig (civil), Finet, Lopez, Picou, Andrieu, Foucanié, Vincent, Delqué, Desvergnes, ?.
Assis: Bourdieu, Gaussens, Duvigneau, Bergès, Cornel, Auriach, Pérez.

1939 - 1940

1940Debouts: Le Gunéhec, Mouron, Géraud, Larzabal, Ferrer, Bérot, Corrèges, Fontrouge.
Accroupis: Anglade, Dutrain, Laguerre, Pignol, J. Bénazet, Ayribat, Auriach, ?, Soulié.

1940 - 1941

1941Debouts: R. Trézy, Fraisse, Larzabal, Palacin, Jolivet, Cucurou (dirigeant), Andrieu, Le Gunéhec, J. Brané, Chevalier.
Assis: Dutrain, Suzanne, Garrigues, Baudry, Vigneau, Soulié.
Assis au sol: Germier, Lopez, ?.

1941 - 1942

1942Debouts: Privat, Corrège, Delqué, Lafourcade, Andrieu, R. Carrère, Le Gunéhec, Sumastre, Trézy (soigneur)
Accroupis: Struxiano (dirigeant), Vigneau, Gaussens, J. Bénazet, Baudry, Duvigneau, Dutrain, Moura.

1942 - 1943

1943Debouts: Fraisse, Jolivet, Larzabal, Andrieu, Palacin, Maupeyrat, Cazaux, Brané.
Accroupis: Soulié, Garrigues, Gaussens, J. Bénazet, Loubet, Dutrain, Lasserre, Cucurou (dirigeant).

1945 - 1946

1946Debouts: R. Trézy (soigneur), Barran, Noé, Fabre, Carrère, Vidal, Marsoni, Lopez, Caraguel, Piteu (entraîneur)
Accroupis: R. Corbarieu (dirigeant), Mellet, Dutrain, Brouat, Bergougnan, Baqué, Gaussens, Lassègue.

1946 - 1947

1947Debouts: Dutrain, Brouat, Baqué, Mellet, Bergougnan, Gaussens, Sanchez.
Accroupis: Caraguel, Lopez, Larzabal, Jolivet, Gaulène, Fabre, Noé, Barran.

Retour en haut de page

1939... La deuxième guerre mondiale fait bientôt rage, reléguant le rugby au rang des menus plaisirs d'une importance très secondaire. Comme pendant la première guerre, le championnat de France disparaît. Il est remplacé par la Coupe de l'Espérance. Le Stade fera aussi bien en 1940 qu'en 1916 en remportant ce trophée. Mais l'enthousiasme reste modéré. La guerre et son cortège de martyrs relativisent cet exploit. Jouer au rugby tient de l'anecdote et remporter une compétition demeure symbolique.

En 1942, le championnat de France revient d'actualité. Sans que pour autant le Stade revienne au premier plan. Au contraire, il voit sa suprématie contestée. En effet, un nouveau club, le Toulouse Olympique qui après l'interdiction du jeu à XIII par le gouvernement de Vichy est passé à XV, obtient de meilleurs résultats que le Stade. Ce nouveau club connaîtra une courte heure de gloire.

En 1944, le T.O. parvient en demi-finale du championnat de France. La même saison il s'attribue la Coupe de France. Deux vedettes du T.O. signent au Stade Toulousain. Leur nom : Robert Barran et Yves Bergougnan. Et les Rouge et Noir se reprennent à rêver à de nouveaux exploits. Avec l'arrivée de ces joueurs, une grande équipe du Stade est en pleine formation. Le titre lui échappe de peu en 1945. Mais la moisson n'en est que différée.

La saison suivante, le Stade joue de malchance en championnat. Parvenu en demi-finale, Toulouse est privé, la veille du match, de son ouvreur Jep Maso qui reste auprès de sa femme pour la naissance de son fils... Jo Maso. Jep rejoindra par la suite les rangs treizistes. Les Toulousains s'inclineront devant les Palois. Ils prendront leur revanche sur ces mêmes adversaires, en finale de la Coupe de France.

1947 est la grande année du Stade Toulousain. Les Rouge et Noir effectuent un parcours sans faute jusqu'à la finale, répétant la performance de la Vierge Rouge. L'adversaire pour cette finale est Agen, représenté entre autre par Pomathios, Ferrasse, Basquet, Bonnet, Clavé...

Au dernier moment le Stade est victime d'un nouveau coup du sort. Son ailier Jean Lasègue, international surnommé « French Buffalo », doit déclarer forfait, grièvement blessé par l'explosion d'une couveuse artificielle. La mort dans l'âme, il suivra la rencontre des tribunes.
Le match sera marqué par un incident peu commun. Les Agenais, après l'expulsion de Guy Basquet, refusent de reprendre la partie. Après de longues palabres, les Agenais reviendront sur le terrain et récupéreront Basquet pour la deuxième mi-temps.

Les Toulousains, nullement démontés par un arbitrage incohérent, s'imposent là où on les attendait le moins : devant . Réputés inférieurs, les avants toulousains disputeront un match exceptionnel et les arrières, malgré l'absence de Lassègue, prendront le dessus sur les Agenais. 10 à 3, c'est le score final pour le Stade Toulousain.
Mais la saison n'est pas terminée. De nouveaux lauriers attendent les joueurs du Stade. La Coupe de France, pour la deuxième année consécutive, récompensera leur talent. Le Stade Toulousain vient de connaître l'apothéose réservée aux plus grands.

Retour en haut de page

Collection REMPLON

 
Lassègue

 

 
Lassègue

 

 
Gaussens

Pierre Gaussens était un trois quart centre classique avec tout ce que ce terme doit impliquer de noblesse et d’efficacité. Le voici à l’œuvre…

 
Dutrain

Dutrain paraît bien « emprunté » au moment où il sert son ailier. Ses coéquipiers sont Sanchez, Caraguel, Barran (au sol) et Garrigues.

 
André Mellet

André Mellet était un arrière aux talents offensifs exceptionnels. Ici, contre Castres, on peut apprécier l’efficacité de son style.

 
Crayssac

Guy Crayssac servi par Lassègue va affronter son adversaire direct (au centre Durand)

 
Stade Toulousain/Castres

Guy Crayssac est passé. Au centre Lassègue et à gauche Matheu

Collection GARRIGUES

 
Barran

 

Collection LATANNE (transmis par l’intermédiaire de Jacques ROUGE)

 
 

Henri Dutrain part en contre attaque au cours du match Stade Toulousain/Romans

 
 

Puig et Branca évoluant dans l’équipe du Stade Toulousain de 1933-1934

 
 

Equipe 1ére du Stade Toulousain pour la saison 1933-1934

 
 

Jean Lassègue blessé et brûlé au visage ne peut participer à la finale de 1947

La carrière d’ Yves Bergougnan

Collection LATANNE (transmise par l’intermédiaire de Jacques ROUGE)

Il débuta au Stade Toulousain lors de la saison 1945-1946 puis évolua sous le maillot rouge et noir jusqu’en 1950. Le légendaire demi de mêlée participa notamment à conquérir le titre de champion de France de 1947 et la Coupe de France en 1946 et 1947.

 
 

Yves Bergougnan en compagnie de Jean Prin-Clary dit « Le Prince », Juncas et Sorro lors d’un déplacement de l’équipe de France en Angleterre

 
 

Repas de gala avec les célébrités sportives de l’époque. On reconnaît de gauche à droite : le nageur Alex Jany, le directeur du Tour de France Jacques Godet, une plongeuse, le boxeur Marcel Cerdan et Yves Bergougnan

 
 

Une partie des joueurs de l’équipe de France pose en civil pour le photographe. Trois stadistes sont présent sur le cliché, il s’agit de Jean Lassègue seul au dernier rang et de Henri Dutrain et Yves Bergougnan au premier plan

 
 

Le docteur Sécail, éminent chirurgien et futur président général du Stade Toulousain, en pleine discussion avec Yves Bergougnan vêtu du maillot su Stade

 
 

Yves Bergougnan, en compagnie du docteur Delquey, est blessé à l’épaule droite

 
 

Lors d’un match opposant le Stade Toulousain à Lourdes au stade des Ponts Jumeaux, Yves Bergougnan, balle en mains, démarre « petit côté ». Devant lui se tient Barran et derriére lui nous apercevons Jean Prat portant les couleurs du FC Lourdes

 
 

Yves Bergougnan flanqué du n°9 dans le dos tente de saisir le ballon au cours d’un match international opposant le Quinze tricolore aux Gallois

 
 

Yves Bergougnan évite le placage d’un joueur anglais au cours d’un match opposant l’Angleterre à la France au stade de Twickenham

 
 

Yves sous les couleurs du Toulouse Olympique ou il débuta sa carrière de rugbymen à XIII, avant de rejoindre le Stade Toulousain et le jeu à XV!

 
 

Bergougnan en pleine action au cours d’un match du Quinze de France

 
 

Yves en pleine concentration avant le coup d’envoi d’un match du Stade Toulousain

 
 

Yves Bergougnan est félicité par un homme, alors qu’Yves Noé fixe le photographe après une victoire du Stade Toulousain

 

De gauche à droite, Lassègue, Caron et Bergougnan prennent un verre au bar de l’hôtel à l’occasion d’un déplacement de l’équipe de France

 
 

Equipe Une du Stade Toulousain pour la saison 1945-1946. 2éme rang : Marsoni, Vidal, Barran, Noé, Fabre, Carrére, Brané 1er rang : Dutrain, Brouat, Bergougnan, Melet, Baqué, Gaussens, Lassègue

 
 

Yves Bergougnan en compagnie d’un policier anglais, lors du déplacement à Londres en 1946 avec l’équipe de France

 
 

Dessin d’Yves Bergougnan sous le maillot de l’équipe de France. Auteur inconnu

 
 

Photographie d’Yves Bergougnan en compagnie de quelques journalistes et de passagers sur le bateau le conduisant en Angleterre

 
 

Yves Bergougnan sur le bateau le menant en Angleterre entouré de quelques uns de ses compagnons de l’équipe de France dont son coéquipier stadiste,Henri Dutrain , à droite de la photographie

 
 

Au second plan Yves échange son maillot avec un de ses adversaires à la fin du match

 
 

Jour de Victoire!

 
 

Bergougnan devant la fanfare lors d’un déplacement de l’équipe de France en Angleterre ou en Irlande. Il ne disputera pas ce match pour cause de blessure!

 
 

André Brouat (costume foncé) et André Mellet (costume clair) plaisantent avec Yves Bergougnan!

 
 

Jean Alvarez (demi d’ouverture) et Yves Bergougnan (demi de mêlée) en discussion au cours d’un entraînement de l’équipe de France

 
 

Claude Sautet et Yves Bergougnan tiennent la coupe de France après la victoire en 1947

 
 

Yves Bergougnan sur le bateau lors de la traversée de la Manche pour se rendre en Angleterre. En compagnie de journalistes, à sa gauche Guitard (?) et un autre qui n’a pas été identifié, il regarde un magazine consacré au rugby

 
 

Yves Noé et Yves Bergougnan, sous le maillot du Stade, en grande discussion devant Henri Dutrain et son n° 11

Collection Lucien REMPLON

 
 

Le sol est boueux, l’affrontement est rude et, à la mi-temps d’un match non identifié, Bergougnan paraît épuisé. Mellet (qui ne joue pas) le réconforte sous l’œil de Sanchez

 
 

Allure très caractéristique d’Yves Bergougnan qui s’apprête à maîtriser un ballon difficile

 
 

Le 13 avril 1947 Le Stade Toulousain est champion de France ! Qui est le plus heureux ? Yves qui a plané sur ce match ? Ou le brave Robert Trézy qui a juché Yves sur ses épaules ?

Retour en haut de page

I] Le Temps de Guerre

Avec la Seconde Guerre mondiale et sous l’Etat Français de Vichy, le Stade Toulousain va devoir évoluer. La loi du 20 décembre 1940 sur l’organisation sportive « Charte des Sports », suivie du Règlement d’Administration publique du 19 novembre 1941 qui en assure l’application, conduisent les Dirigeants du Stade Toulousain à se mettre en conformité de cette loi. Le Club doit réagir dans les 6 mois sous peine de dissolution. La Charte des Sports, tout en conservant le statut des associations, loi de 1901, innove, en particulier dans deux domaines : l’agrément des Hommes et du Club, et l’appartenance à chacune des fédérations du sport pratiqué dans l’association. En effet, l’Association sportive Stade Toulousain nouvelle formule doit recevoir l’agrément du Secrétariat d’Etat à l’Education Nationale et à la Jeunesse. Le Président proposé de l’Association doit recevoir lui-aussi un agrément personnel. Chacune des disciplines sportives pratiquées au sein de l’Association doit adhérer à sa propre fédération. Le Club, entité unique avec ses Commissions sportives, a vécu.

Le Président agréé de l’Association sera Pierre Pons, Directeur de l’Ecole Vétérinaire de Toulouse. Son Comité Directeur est désigné pour 6 ans et renouvelable par moitié tous les trois ans. Au printemps de 1942, le Stade Toulousain, par l’Assemblée Générale du 28 mai et le Comité Directeur du même jour décide : « … il est procédé à l’élection du Bureau de la saison 1942-1943 conformément aux nouveaux statuts de la Charte des Sports, loi du 20 décembre 1940…
Président : Pierre Pons (qui succède ainsi au docteur Thomas),
Vice-président : Ernest Besson … »
Lors du Bureau du jeudi 8 octobre 1942, le Bureau propose à l’étude les nouveaux statuts du Stade Toulousain :
« … nouveaux statuts. Pour se conformer à la loi de la Charte des Sports et afin de pouvoir adresser en temps utile le renouvellement de la demande d’agrément, le Président donne lecture, au Comité, des nouveaux statuts établis conformément à la charte précitée. Ces statuts sont approuvés à l’unanimité… »


II] La Liberté Retrouvée

Dès la Libération de Toulouse, fin août 1944, les Dirigeants de la Section Rugby du Stade Toulousain secouent leur joug ! Un souffle nouveau s’est emparé des esprits. Il va déboucher sur la naissance officielle de l’Omnisport tel que nous le connaissons et sur la concrétisation d’une Section rugby autonome. Les faits s’imbriquent, s’enchaînent, pendant toute la saison 1944-1945. Ils mettent en évidence deux caractères principaux : Pierre Pons a renoncé à poursuivre son mandat de Président, Ernest Besson est donc considéré comme l’autorité qui s’impose aux différentes sections et un omnisport de fait est institué. Le 8 septembre 1944, le Président du Club reste donc Ernest Besson. Le Président de la Section Rugby, pas encore autonome, dont le procès verbal de la réunion du Bureau témoigne, est Louis Puech :
« La séance est ouverte à 17 heures. Monsieur Mazières prend la parole et souligne l’importance de l’autonomie complète de la section Rugby. Cette autonomie doit être sanctionnée par une décision du Comité Directeur … (du Stade Toulousain). »

Le procès verbal souligne que monsieur Ernest Besson n’y est pas hostile. Le Bureau du 19 septembre de la Section Rugby constate que le principe général est en marche : « … celui-ci (E. Besson) adopte le principe de nos statuts et laisse (la section Rugby) entièrement libre jusqu’à rédaction, par lui, de nouveaux statuts généraux du Stade Toulousain dans lesquels il reconnaîtra l’autonomie complète des diverses sections du Stade… »

Il faudra un an pour rédiger, déposer et faire adopter les nouveaux statuts par la Préfecture.
Lors de l’Assemblée Générale du 20 septembre 1944 à 21 heures, les élections donnent les résultats suivants :
Président : Louis Puech.
Vice-présidents : Mazières et Sécail.
Secrétaire Général : Anglade.
Trésorier : René Corbarieu.

Pourtant, la section n’est pas encore juridiquement autonome, même si ses Membres en assument toutes les responsabilités, elle possède « une existence de fait ». Toutefois, la vie sportive se poursuit. De nouvelles exigences se font jour et les dirigeants ne boudent pas les innovations.
Le Bureau du 11 janvier 1945 cherche à créer une « salle de culture physique : « … monsieur Valmary prendra contact avec la direction de l’Hôtel Capoul pour essayer d’installer au sein de cet établissement une salle de culture physique pour l’entraînement des Membres du Stade Toulousain… »
Le Bureau du 31 mai 1945 décide : « … messieurs Puech et Roujan rencontreront le Bureau du Comité Directeur (Omnisport) pour préparer l’Assemblée Générale, la réforme des Statuts, et la régularisation de la situation de la Section Rugby… »
Le 5 juillet 1945, le Bureau de la Section Rugby propose de porter à 24 les Membres du Comité Directeur (de l’Omnisport), ainsi qu’une modification des statuts. Enfin, le 12 novembre 1945, la Section Rugby procède à l’élection de son Bureau : Président Louis Puech, Vice-présidents Mazières et Roujan. Marius Escoffres est alors le Dirigeant responsable de l’Equipe II. La nef de la Section Stade Toulousain Rugby est mise à la mer…


III] Naissance Officielle de l'Omnisport

C’est l’Assemblée Générale du 10 juillet 1945 qui adopte les nouveaux statuts de l’Omnisport. Les articles 12 (2ème et 4ème §) et 17 explicitent le projet. Article 12 : 2ème § « … il est créé au sein du Club, autant de sections autonomes que de sports pratiqués, chaque section étant responsable des dépenses engagées. Le Comité Directeur arrêtera le nombre des membres dirigeants de chaque section… »

4ème § « … les membres dirigeants des sections sont nommés moitié par le Comité Directeur, moitié par le Conseil de gestion des sections… » Article 17 : « Chaque section devra tenir au jour le jour, une comptabilité deniers par recettes et par dépenses. Elle devra établir, au début de chaque saison, un budget prévisionnel qu’elle soumettra à l’approbation du Comité Directeur*… »

Le même jour à 23 heures 15, le Comité Directeur du Stade Toulousain Omnisport suit l’Assemblée Générale. Il élit à l’unanimité monsieur Ernest Besson Président du Stade Toulousain. Monsieur Tallavignes** est élu Vice-président.
La gestation a demandé presqu’une année, mais sous l’impulsion et à l’initiative de la Section Rugby, le Club a pris son visage moderne. Certes, de nombreuses modifications des statuts seront encore nécessaires, des frictions interviendront entre le Stade Toulousain, la section Rugby, la Section Tennis…, car après 1945 et jusque dans les années 1980, le poids de l’Omnisport sera très prégnant. Les querelles intestines y prendront des allures de « guerres d’indépendance ».
La réforme des statuts en 1995 permettra de parvenir au modus vivendi.
Chaque fois pourtant, le club avancera, grandira, vaincra embûches et périls pour atteindre à l’apogée de son Centenaire.


IV] 1945: Le Premier Président

Le 10 juillet 1945, naissait donc officiellement, dans sa forme moderne, le Stade Toulousain. L’Assemblée Générale lui donna ce jour-là des bases à la fois solides et souples qui lui permettraient d’évoluer, tandis que le nouveau Comité Directeur élisait son premier Président général.

Ernest Besson: Ce premier Président, commerçant, était domicilié 14 rue Saint Bernard. Très ancien dirigeant, il avait été élu Vice-président par l’Assemblée Générale du 13 juin 1927. Par décision du Bureau du 19 octobre 1938, il était même devenu Vice-président délégué. Son Président était alors le docteur Thomas. Durant la Seconde Guerre mondiale, il a poursuivi son action auprès du Président Thomas d’abord, puis du Président Pierre Pons dont il est le Vice-président. C’est alors qu’il se retrouve au cœur du débat qui a conduit à l’élaboration des structures stadistes actuelles.
Ernest Besson restera le Président du Stade Toulousain jusqu’en 1952.

* Ces articles nous montrent combien les sections restaient sous la tutelle du Comité Directeur de l’Omnisport.
** Tallavignes, inventeur du Rugby au Lycée Pierre de Fermat fut aussi un talentueux joueur du SOET en 1896.

Retour en haut de page

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15