• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 19 avril

US OYONNAX / STADE TOULOUSAIN

à 14h55

Musée du Stade Toulousain 1977-1987

1977 - 1978: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Beaumont 10-12 pop up
Stade Toulousain-Chambéry 29-3 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 24-15 pop up
Stade Toulousain-US Bressane 16-4 pop up
Stade Toulousain-Aurillac 19-9 pop up
Stade Toulousain-Mazamet 7-3 pop up
Stade Toulousain-Nice 3-0 pop up
Les matchs à l'extérieur Aurillac-Stade Toulousain 6-10 pop up
Mazamet-Stade Toulousain 18-9 pop up
Nice-Stade Toulousain 16-6 pop up
Beaumont-Stade Toulousain 13-12 pop up
Chambéry-Stade Toulousain 15-9 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 15-13 pop up
US Bressane-Stade Toulousain 6-6 pop up
1/16 Finale Stade Toulousain-Bègles 31-10 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Romans 18-6 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Bagnères 18-14 pop up
1/2 Finale Béziers-Stade Toulousain 12-9 pop up
1977 - 1978: Du Manoir
1ère Phase Stade Toulousain-Béziers 9-29 pop up
Grenoble-Stade Toulousain 6-10 pop up
Stade Toulousain-La Voulte 28-9 pop up
Stade Toulousain-Grenoble 27-6 pop up
Béziers-Stade Toulousain 78-6 pop up
La Voulte-Stade Toulousain 21-15 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Montferrand 7-3 pop up
1/4 Finale Narbonne-Stade Toulousain 15-9 pop up
1977 - 1978: Bouclier d'Automne

Stade Toulousain-Agen 24-16
Stade Toulousain-Dax 30-8
Béziers-Stade Toulousain 14-6

1978 - 1979: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Agen 24-14 pop up
Stade Toulousain-Castres 12-15 pop up
Stade Toulousain-Lourdes 16-9 pop up
Stade Toulousain-Mazamet 6-10 pop up
Stade Toulousain-Mont de Marsan 40-15 pop up
Stade Toulousain-Nice 10-9 pop up
Stade Toulousain-Pau 20-6 pop up
Stade Toulousain-Tarbes 20-12 pop up
Stade Toulousain-Tulle 7-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Agen-Stade Toulousain 18-12 pop up
Castres-Stade Toulousain 16-46 pop up
Lourdes-Stade Toulousain 3-14 pop up
Mazamet-Stade Toulousain 6-7 pop up
Mont de Marsan-Stade Toulousain 10-13 pop up
Nice-Stade Toulousain 36-12 pop up
Pau-Stade Toulousain 17-13 pop up
Tarbes-Stade Toulousain 12-12 pop up
Tulle-Stade Toulousain 13-16 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Périgueux 18-10 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Valence 7-3 pop up
1/2 Finale Montferrand-Stade Toulousain 12-6 pop up
1978 - 1979: Du Manoir
1ère Phase Stade Toulousain-Carcassonne 23-4 pop up
Stade Toulousain-Aurillac 27-4 pop up
Brive-Stade Toulousain 3-3 pop up
Carcassonne-Stade Toulousain 9-0 pop up
Aurillac-Stade Toulousain 21-12 pop up
Stade Toulousain-Brive 25-9 pop up
1/8 Finale Montferrand-Stade Toulousain 29-15 pop up
1978 - 1979: Bouclier d'Automne

Stade Toulousain-Bagnères 32-24
Stade-USAP 11-6
Narbonne-Stade Toulousain 13-7

1979 - 1980: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Agen 17-9 pop up
Stade Toulousain-Aurillac 29-11 pop up
Stade Toulousain-Bègles 25-10 pop up
Stade Toulousain-Bourgoin 47-14 pop up
Stade Toulousain-Castres 15-3 pop up
Stade Toulousain-Lourdes 6-6 pop up
Stade Toulousain-Oloron 6-10 pop up
Stade Toulousain-Romans 15-3 pop up
Stade Toulousain-Valence 19-6 pop up
Les matchs à l'extérieur Agen-Stade Toulousain 18-3 pop up
Aurillac-Stade Toulousain 12-9 pop up
Bègles-Stade Toulousain 13-19 pop up
Bourgoin-Stade Toulousain 12-12 pop up
Castres-Stade Toulousain 16-23 pop up
Lourdes-Stade Toulousain 21-12 pop up
Oloron-Stade Toulousain 0-0 pop up
Romans-Stade Toulousain 7-3 pop up
Valence-Stade Toulousain 12-6 pop up
1/16 Finale Stade Toulousain-Bègles 17-7 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Agen 9-4 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Bayonne 24-3 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Brive 22-9 pop up
Finale Béziers-Stade Toulousain 10-6 pop up
1979 - 1980: Du Manoir
1ère Phase Tarbes-Stade Toulousain 13-9 pop up
Stade Toulousain-Pau 19-9 pop up
Stade Toulousain-Tarbes 28-16 pop up
Pau-StadeToulousain-0-6 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 18-10 pop up
1979 - 1980: Bouclier d'Automne

Stade Toulousain-Brive 50-0
Agen-Stade Toulousain 23-7

1980 - 1981: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Agen 20-7 pop up
Stade Toulousain-Albi 9-9 pop up
Stade Toulousain-Auch 7-0 pop up
Stade Toulousain-Carcassonne 19-9 pop up
Stade Toulousain-Dax 9-3 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 6-3 pop up
Stade Toulousain-Nice 12-6 pop up
Stade Toulousain-Périgueux 22-9 pop up
Stade Toulousain-Romans 10-6 pop up
Les matchs à l'extérieur Agen-Stade Toulousain 18-7 pop up
Albi-Stade Toulousain 13-4 pop up
Auch-Stade Toulousain 9-23 pop up
Carcassonne-Stade Toulousain 21-3 pop up
Dax-Stade Toulousain 6-4 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 12-25 pop up
Nice-Stade Toulousain 12-9 pop up
Périgueux-Stade Toulousain 12-16 pop up
Romans-Stade Toulousain 29-12 pop up
1/16 Finale Stade Toulousain-Narbonne 12-6 pop up
1/8 Finale Brive-Stade Toulousain 24-23 pop up
1/4 Finale Béziers-Stade Toulousain 6-3 pop up
1980 - 1981: Du Manoir
1ère Phase Stade Toulousain-Angoulême 25-7 pop up
Bègles-Stade Toulousain 13-15 pop up
Stade Toulousain-St Jean de Luz 48-6 pop up
Angoulême-Stade Toulousain 18-13 pop up
Stade Toulousain-Bègles 38-15 pop up
St Jean de Luz-Stade Toulousain 16-22 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-La Rochelle 7-7 pop up
1980 - 1981: Bouclier d'Automne

Stade Toulousain-Narbonne 7-0
Stade Toulousain-Lourdes 13-9
Béziers-Stade Toulousain 18-9

1981 - 1982: Championnat
Les matchs à domicile Stade Toulousain-Angoulême 13-3 pop up
Stade Toulousain-Graulhet 10-9 pop up
Stade Toulousain-Montferrand 3-0 pop up
Stade Toulousain-Nîmes 22-0 pop up
Stade Toulousain-Pau 31-9 pop up
Stade Toulousain-Périgueux 18-6 pop up
Stade Toulousain-Tulle 12-6 pop up
Stade Toulousain-Tyrosse 16-3 pop up
Stade Toulousain-USAP 0-9 pop up
Les matchs à l'extérieur Angoulême-Stade Toulousain 13-13 pop up
Graulhet-Stade Toulousain 12-12 pop up
Montferrand-Stade Toulousain 20-15 pop up
Nîmes-Stade Toulousain 6-9 pop up
Pau-Stade Toulousain 19-13 pop up
Périgueux-Stade Toulousain 15-10 pop up
Tulle-Stade Toulousain 12-7 pop up
Tyrosse-Stade Toulousain 16-9 pop up
USAP-Stade Toulousain 21-18 pop up
Barrages Narbonne-Stade Toulousain 19-12 pop up
1981 - 1982: Du Manoir
1ère Phase Agen-Stade Toulosain 23-6 pop up
Stade Toulousain-La Voulte 33-7 pop up
Aurillac-Stade Toulousain 34-0 pop up
Agen-Stade Toulousain 7-24 pop up
Stade Toulousain-Aurillac 23-7 pop up
La Voulte-Stade Toulousain 14-16 pop up
1/8 Finale Toulon-Stade Toulousain 6-4 pop up
1981 - 1982: Bouclier d'Automne

Stade Toulousain-Narbonne 16-4
Stade Toulousain-Béziers 23-18

1982 - 1983: Championnat
Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Auch 16-6 pop up
Stade Toulousain-Bayonne 19-6 pop up
Stade Toulousain-Béziers 17-6 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 6-9 pop up
Stade Toulousain-La Voulte 30-3 pop up
Stade Toulousain-Lourdes 18-9 pop up
Stade Toulousain-Mont de Marsan 34-20 pop up
Stade Toulousain-Montauban 3-3 pop up
Stade Toulousain-Toulon 19-16 pop up
Les matchs à l'extérieur
(1ère Phase)
Auch-Stade Toulousain 10-17 pop up
Bayonne-Stade Toulousain 22-21 pop up
Béziers-Stade Toulousain 17-12 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 19-15 pop up
La Voulte-Stade Toulousain 10-9 pop up
Lourdes-Stade Toulousain 3-0 pop up
Mont de Marsan-Stade Toulousain 10-15 pop up
Montauban-Stade Toulousain 7-0 pop up
Toulon-Stade Toulousain 3-8 pop up
Barrages Stade Toulousain-Oloron 20-9 pop up
1/8 Finale Béziers-Stade Toulousain 3-0 pop up
Béziers-Stade Toulousain 12-6 pop up
1982 - 1983: Du Manoir
1ère Phase Stade Toulousain-Angoulême 34-4 pop up
USAP-Stade Toulousain 22-6 pop up
Angoulême-Stade Toulousain 12-6 pop up
Stade Toulousain-USAP 9-12 pop up
Montferrand-Stade Toulousain 20-6 pop up
Stade Toulousain-Bayonne 19-6
Stade Toulousain-Béziers 25-7
Stade Toulousain-Montferrand 11-10 pop up
1982 - 1983: Bouclier d'Automne

Stade Toulousain-Bagnères 20-9
Agen-Stade Toulousain 14-9

1983 - 1984: Championnat
Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Agen 9-10 pop up
Stade Toulousain-Boucau 34-10 pop up
Stade Toulousain-Dax 36-13 pop up
Stade Toulousain-La Rochelle 11-7 pop up
Stade Toulousain-Lourdes 13-12 pop up
Stade Toulousain-PUC 53-4 pop up
Stade Toulousain-Tulle 34-0 pop up
Les matchs à l'extérieur
(1ère Phase)
Agen-Stade Toulousain 9-0 pop up
Boucau-Stade Toulousain 9-6 pop up
Dax-Stade Toulousain 14-14 pop up
La Rochelle-Stade Toulousain 6-10 pop up
Lourdes-Stade Toulousain 13-7 pop up
PUC-Stade Toulousain 13-29 pop up
Tulle-Stade Toulousain 6-6 pop up
1/8 Finale Agen-Stade Toulousain 20-12 pop up
Agen-Stade Toulousain 27-13 pop up
1983 - 1984: Du Manoir
1ère Phase Stade Toulousain-Angoulême 29-3 pop up
Stade Toulousain-Racing 22-18 pop up
Angoulême-Stade Toulousain 6-23 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 33-13 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 20-21 pop up
Racing-Stade Toulousain 0-4 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Montferrand 4-0 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Lourdes 16-9 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Agen 16-15 pop up
Finale Narbonne-Stade Toulousain 17-13 pop up
1983 - 1984: Bouclier d'Automne

Dax-Stade Toulousain 21-20

1983 - 1984: Coupe
1/16 Finale Stade Toulousain-Tyrosse 32-3
1/8 Finale Stade Toulousain-Vinay 35-6
1/4 Finale Stade Toulousain-Carcassonne 43-8
1/2 Finale Stade Toulousain-Hyères 30-9
Finale Stade Toulousain-Lourdes 6-0
1984 - 1985: Championnat
Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Aire 43-3 pop up
Stade Toulousain-Aurillac 47-7 pop up
Stade Toulousain-Béziers 24-0 pop up
Stade Toulousain-Carcassonne 35-6 pop up
Stade Toulousain-Montauban 21-19 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 16-3 pop up
Stade Toulousain-Racing 41-0 pop up
Stade Toulousain-Tarbes 29-16 pop up
Stade Toulousain-Tyrosse 45-9 pop up
Les matchs à l'extérieur
(1ère Phase)
Aire-Stade Toulousain 3-17 pop up
Aurillac-Stade Toulousain 3-3 pop up
Béziers-Stade Toulousain 15-12 pop up
Carcassonne-Stade Toulousain 15-13 pop up
Montauban-Stade Toulousain 16-12 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 18-21 pop up
Racing-Stade Toulousain 12-21 pop up
Tarbes-Stade Toulousain 9-18 pop up
Tyrosse-Stade Toulousain 9-10 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Bayonne 10-3 pop up
Stade Toulousain-Bayonne 15-9 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Béziers 21-0 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Montferrand 17-6 pop up
Finale Stade Toulousain-Toulon 36-22 pop up
1984 - 1985: Du Manoir
1ère Phase USAP-Stade 9-15 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 37-15 pop up
Stade Toulousain-Montauban 10-6 pop up
La Voulte-Stade Toulousain 12-12 pop up
Graulhet-Stade Toulousain 9-9 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Grenoble 35-16 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Béziers 23-15 pop up
1/2 Finale Nice-Stade Toulousain 18-9 pop up
1984 - 1985: Coupe
1/32 Finale Orléans-Stade Toulousain 26-13
1/16 Finale Stade Toulousain-Bègles 21-0
1/8 Finale Stade Toulousain-Graulhet 22-18
1/4 Finale Stade Toulousain-Racing 25-0
1/2 Finale Stade Toulousain-Brive 38-9
Finale Narbonne-Stade Toulousain 28-27
1985 - 1986: Championnat
Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Bagnères 53-3 pop up
Stade Toulousain-Béziers 13-7 pop up
Stade Toulousain-Boucau 25-0 pop up
Stade Toulousain-Brive 18-6 pop up
Stade Toulousain-Graulhet 10-6 pop up
Stade Toulousain-Lombez 34-15 pop up
Stade Toulousain-Mont de Marsan 48-7 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 33-15 pop up
Stade Toulousain-Romans 64-3 pop up
Les matchs à l'extérieur
(1ère Phase)
Bagnères-Stade Toulousain 16-25 pop up
Béziers-Stade Toulousain 3-13 pop up
Boucau-Stade Toulousain 9-11 pop up
Brive-Stade Toulousain 6-0 pop up
Graulhet-Stade Toulousain 13-18 pop up
Lombez-Stade Toulousain 0-13 pop up
Narbonne-Stade Toulousain26-18 pop up
Romans-Stade Toulousain 13-12 pop up
Mont-de-Marsan-Stade Toulousain 6-4 pop up
1/8 Finale Lourdes-Stade Toulousain 9-20 pop up
Stade Toulousain-Lourdes 35-3 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Biarritz 16-3 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Graulhet 21-12 pop up
Finale Stade Toulousain-Agen 16-6 pop up
1985 - 1986: Du Manoir
1ère Phase Stade Toulousain-Montauban 42-13 pop up
Racing-Stade Toulousain 11-20 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 37-12 pop up
Montauban-Stade Toulousain 7-29 pop up
Stade Toulousain-Racing 28-0 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 10-24 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Dax 38-15 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-USAP 12-10 pop up
1/2 Finale Grenoble-Stade Toulousain 41-17 pop up
1985 - 1986: Coupe
1/32 Finale Marmande-Stade Toulousain 11-37
1/16 Finale Stade Toulousain-Dax 29-9
1/8 Finale Stade Toulousain-Tulle 36-3
1/4 Finale Béziers-Stade Toulousain 21-3
1986 - 1987: Championnat
Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Aurillac 50-3 pop up
Stade Toulousain-Béziers 43-12 pop up
Stade Toulousain-Brive 30-9 pop up
Stade Toulousain-Graulhet 34-6 pop up
Stade Toulousain-Grenoble 13-7 pop up
Stade Toulousain-Montferrand 36-15 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 25-18 pop up
Stade Toulousain-Nice 38-7 pop up
Stade Toulousain-Romans 36-7 pop up
Les matchs à l'extérieur
(1ère Phase)
Aurillac-Stade Toulousain 19-25 pop up
Béziers-Stade Toulousain 15-12 pop up
Brive-Stade Toulousain 18-16 pop up
Graulhet-Stade Toulousain 21-18 pop up
Grenoble-Stade Toulousain 27-25 pop up
Montferrand-Stade Toulousain 3-9 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 18-26 pop up
Nice-Stade Toulousain 28-28 pop up
Romans-Stade Toulousain 12-31 pop up
1/8 Finale Dax-Stade Toulousain 18-9 pop up
Stade Toulousain-Dax 29-6 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Graulhet 20-9 pop up
1/2 Finale Racing-Stade Toulousain 10-9 pop up
1986 - 1987: Du Manoir
1ère Phase Biarritz-Stade Toulousain 18-27 pop up
Agen-Stade Toulousain 12-19 pop up
Dax-Stade Toulousain 18-18 pop up
Stade Toulousain-Dax 17-12 pop up
Stade Toulousain-Agen 52-14 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 24-12 pop up
1/8 Finale Lourdes-Stade Toulousain 12-10 pop up
1986 - 1987: Masters Matra
1/4 Finale Stade Toulousain-Banco de la Nacion 32-22
1/2 Finale Stade Toulousain-West Brisbane 27-3
Finale Stade Toulousain-Farul Constanza 47-3

Retour en haut de page

1977 - 1978


Entraîneur: Claude Labatut

Joueurs: R. Labatut, Gabernet, Barrère, Mac Donald, Skréla, Novès, Martinez, Rives, Harize, Horton, Passerat, Laïrle, Jacomet, Coutin, Santos, Ferré, Villepreux, Lebel, D. Santamans, Garcia, Causse, Altié, Galley, Dupuy, Sentenac, Massat, Lacaze, Maurel, Maureau, Olhasque, Bariolet, Comet, Peyruse, Bellocq, Corbarieu, Baru, Manens, Chap, Bentaboulet.


1978 - 1979


Entraîneur: Claude Labatut

Joueurs: Gabernet, Martinez, Skréla, Harize, Santos, Horton, Rives, Merlos, Novès, Rancoule, R. Labatut, Laïrle, Barrère, Galley, Bentaboulet, Mac Donald, Coutin, Altier, D. Santamans, Sentenac, Sanson, D. Husson, Salsé, Olhasque, Com, Ducousso, Causse, Ostric, Garcia, Passerat, Chap, Lemaire, Ferré, Maurel, Vidal, Rieu, Médard, Benard.


1979 - 1980


Entraîneur: Claude Labatut

Joueurs: Gabernet, Santos, Skréla, Harize, Martinez, Merlos, Breseghello, Salsé, Laïrle, Coutin, Rives, Novès, Viel, Rancoule, Husson, Comet, Bentaboulet, Sanson, Colmagro, Duffaut, Olhasque, Loquet, Ch. Santamans, Horton, Laffitte, Sentenac, Vartabedian, D. Santamans,Llop, Vidal, Carlat, Dupont, Solé, Rieu, Ostric.


1980 - 1981


Entraîneur: Robert Bru

Joueurs: Merlos, Husson, Skréla, Breseghello, Novès, Salsé, Viel, Santos, Rives, Martinez, Rancoule, Coutin, Gabernet, Laïrle, Bentaboulet, Colmagro, Comet, Sanson, Ch. Santamans, Pagès, Vignard, Morales, D. Santamans, Harize, Benard, Laffitte, R. Labatut, Wright, Vidal, Massat, Cl. Portolan, Llop, Oustric, Olhasque, Arqué, Causse, Loquet, Lemaire.


1981 - 1982


Entraîneur: Robert Bru

Joueurs: Gabernet, Merlos, Martinez, Skréla, Cl. Portolan, Breseghello, Husson, Salsé, Harize, Ewens, Laffitte, D. Santamans, Giraud, Laïrle, Sanson, Janik, Rancoule, G. Portolan, Viel, Palacios, Rives, Novès, Colmagro, Bentaboulet, Pozzo, Th; Palisson, Rougé-Thomas, Ferré, Comet, Bariolet, Fittante, D. Palisson, Maset, Pagès, Arqué, Groleau, Lemaire, Morales, Manat.


1982 - 1983


Entraîneurs: Robert Bru, Pierre Villepreux

Joueurs: Giraud, Skréla, Espagno, Janik, Martinez, Gabernet, Laïrle, Breseghello, Husson, Novès, Rougé-Thomas, Salsé, Maset, Colmagro, Th. Palisson, Bentaboulet, Merlos, D. Santamans, G. Portolan, Pozzo, Ferré, Comet, Cl. Portolan, Palisson, Cazes, Groleau, Chamoulaud, Pagès, Nicoud, Labrousse, Cadieu, Fabre, Sauce.


1983 - 1984


Palmarès: Coupe de France
Entraîneurs: Jean-Claude Skréla, Pierre Villepreux

Joueurs: Gabernet, Charvet, Breseghello, Giraud, G. Portolan, Maset, Janik, Lecomte, Husson, C. Portolan, Martinez, Santamans, Cadieu, T. Palisson, Bonneval, Novès, Rougé-Thomas, Rancoule, Cigagna, Laïrle, Gosse, Grolleau, Pozzo, Salsé, D. Palisson, Espagno, Sudrié, Merlos, Pagès, André, Labrousse, Soula, Attfield, Clamns.


1984 - 1985


Titre: Champion de France
Entraîneurs: Jean-Claude Skréla, Pierre Villepreux

Joueurs: Lopez, Cigagna, Rougé-Thomas, Giraud, Cl. Portolan, Gabernet, Laïrle, Maset, Janik, Lecomte, Santamans, Bonneval, G. Portolan, Rancoule, Novès, Charvet, Cadieu, Merlos, Breseghello, Th. Palisson, Husson, Krohn, Gosse, D. Palisson, Clamens, Denax, P. Soula, Savio, J-L Cester, Roca, Sudrié, Gajan.


1985 - 1986


Titres: Champion de France
Entraîneurs: Jean-Claude Skréla, Pierre Villepreux

Joueurs: Gabernet, Giraud, Novès, Lopez, Lecomte, Cigagna, Maset, C. Portolan, G. Portolan, Rougé-Thomas, D. Santamans, Charvet, Janik, Laïrle, Rancoule, Bonneval, Cadieu, Husson, T. Palisson, Roca, Gosse, Salasc, D. Palisson, Soula, Grolleau, Savio, Clamens, J-L Cester, Labrousse, Sudrié, Roose.


1986 - 1987


Entraîneurs: Jean-Claude Skréla, Pierre Villepreux

Joueurs: J. Dupuy, Lopez, Cigagna, Giraud, Lecomte, Codorniou, C. Portolan, Laïrle, Coumes, Rancoule, Rougé-Thomas, Janik, Maset, Charvet, Bonneval, Cadieu, G. Portolan, Santamans, Novès, Soula, Savio, D. Palisson, Roca, J-L Cester, Salasc, T. Palisson, Husson, Labbé, Maldonado, Pacheco, Bénézech, Bonesso, Gabernet.

Retour en haut de page

1977-1987. Décennie charnière à la fois sur le plan sportif et à la fois sur les plans administratif et politique. Par deux fois, le Stade Toulousain vit des situations de crise qui mettent son existence en péril. Le Club connaît deux sauvetages spectaculaires :
- 1977, le Stade ne dispose plus de ses fondements juridiques quant à la propriété des Ponts Jumeaux,
- 1980, le club subit l’expropriation des mêmes Ponts Jumeaux.

 


Mais c’est aussi une décennie tellement riche d’espoirs ! Un renouveau attendu depuis 20 ans. L’ère des « vaches maigres » s’éloigne à la satisfaction des joueurs, des supporters et des dirigeants. Le Stade Toulousain renoue avec les titres.

L'Equipe Une



Championne de France en 1985 et 1986, et a été finaliste en 1980.

Finaliste du Challenge Yves du Manoir en 1984

Elle remporte la Coupe de France en 1984, en sera finaliste en 1985

S’adjuge le Challenge Béguère en 1984

L’International Master Matra en 1986,

Le Bouclier D’Automne en 1981, (une initiative du Stade Toulousain, en 1970), créé pour redynamiser l’automne rugbystique.

Les Autres Equipes



L’équipe troisième devient Champion de France en 1987.
Les cadets sont finalistes du Challenge Gaudermen en 1980, et du Championnat de France UFOLEP (scolaire), en 1986.

Enfin, le Stade Toulousain gagne le Challenge du Club Complet en 1985 et 1987 ; il récompense le meilleur club formateur de l’année, porte le titre de « Trophée Elf Aquitaine », du nom de son créateur en 1982.

 

Retour en haut de page

Sociologie

Depuis ses origines, le rugby, à des degrés divers, a joué le rôle d’un ascenseur social, au bénéfice de ses pratiquants.
Au Stade Toulousain, la décennie 1977-1987 a « institutionnalisé » la dimension « Promotion du Joueur ». Dès le début des années « 80 », le Bureau Dirigeant crée la « Commission des Affaires Sociales », dans le but d’accompagner le joueur dans sa formation intellectuelle et professionnelle et dans sa recherche d’emploi. L’ouverture du Centre de Formation en est aussi une conséquence. Elle a constitué une prise de relais et a donné une forte impulsion à la prise en charge du joueur dans ses composantes sportives et humaines.

 

Tous les joueurs sont amateurs, ils ne reçoivent du Club que des défraiements limités en volume, selon la loi. La possession d’un diplôme, ou d’un emploi, représente donc une nécessité. Grâce à l’équipe B, ou encore Nationale II, aux jeunes joueurs du groupe Reichel, les entraîneurs de la « Une » disposent d’un réservoir de joueurs important.

 

Le Stade Toulousain dispute trois ou quatre compétitions annuelles : deux sont récurrentes, le Championnat de France et le Challenge Yves du Manoir ; deux sont aléatoires, la Coupe de France et le Challenge Béguère.

Au cours de la décennie, le nombre des joueurs utilisés en matches de « poule » du championnat varie de 35 à 24, et dans le challenge Yves du Manoir, de 35 à 27, selon les années. Pour disputer les phases finales, le groupe se referme : de 21 à 16 en championnat et de 22 à 15 en Du Manoir.
Les saisons des Titres, 1985 et 1986, montrent que le groupe vit d’une manière plus compacte : 27 joueurs en « poule », 20 en phases finales (1985) et 24 joueurs en « poule », 18 en phases finales pour la saison 85-86. On retrouve ce même groupe, relativement réduit, pour la saison suivante 1986-1987. Il ne s’ouvrira qu’avec la décennie suivante.

 

En 1977, le Stade Toulousain comptait dans ses rangs deux prestigieux internationaux issus de l’étranger, un Anglais en 2ème ligne et un Springbok en n°8. Bientôt, il allait garder l’originalité de ne faire jouer que des athlètes « made in France » !
Le groupe, tout au long de la décennie, est peuplé de très grands noms : Villepreux, Skréla, Rives, Novès, Harize, Gabernet, Lopez … parmi bien d’autres. Le niveau scolaire général des équipes sur la décennie reste élevé : professeurs d’éducation physique, professions libérales, cadres des collectivités territoriales ou de sociétés diverses. Plusieurs joueurs même, possèdent et dirigent leur propre entreprise.

Retour en haut de page

L'équipe Une

Championnat

2 Finales gagnées:

Le 25 mai 1985
A Paris (parc des Princes)
Stade Toulousain bat Toulon 36 à 22

Pour le Stade Toulousain: 6 essais de Charvet (3), Bonneval (2), C. Portolan ; 2 pénalités et 3 transformations de Lopez.
Pour Toulon: 2 essais de Fournier et Gallion; 1 transformation de Bianchi; 3 pénalités de Bianchi (2) et Cauvy; 1 drop de Cauvy
Stade Toulousain: Gabernet (cap.) – Rancoule, Bonneval, Charvet, Novès – (o) Rougé-Thomas, (m) M. Lopez – Janik, Cigagna, Maset – Cadieu (Lecomte), G. Portolan (Giraud) – C. Portolan, Santamans, Breseghello.

Le 24 Mai 1986
A Paris (parc des Princes)
Stade Toulousain bat Agen 19 à 16

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Bonneval ; 4 Lopez (3), Gabernet.
Pour Agen: 2 pénalités de Bérot.
Stade Toulousain: Gabernet (cap.) – Rancoule, Bonneval, Charvet, Novès – (o) Rougé-Thomas, (m) Lopez – Janik, Cigagna (Lecomte), Maset – Cadieu, Giraud – C. Portolan, Laïrle, G. Portolan (Santamans).

1 Finale perdue:

Le 25 mai 1980
A Paris (Parc des Princes)
Béziers bat Stade Toulousain 10 à 6

Pour Bordeaux: 2 essais de Fabre et Buonomo; 1 transformation de Cantoni
Pour le Stade Toulousain: 2 pénalités de Martinez
Stade Toulousain: Gabernet; Harize, Salsé, Merlos, Novès; (o) Rancoule, (m) Martinez; Skréla (cap), Viel, Rives; Santos, Coutin; Laïrle, Bentaboulet, Breseghello

Coupe

1 Finale gagnée:

Le 14 avril 1985
A Toulouse (Stadium Municipal)
Stade Toulousain bat Lourdes 6 à 0

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Husson (30ème); 1 transformation de Martinez.
Stade Toulousain: Gabernet; Husson, Bonneval, Charvet, Novès; (o) Rancoule, (m) Martinez (cap); Maset, Janik, Lecomte (puis Cigagna, 59); Cadieu, G. Portolan (puis Laïrle, 72); C. Portolan, Santamans, Breseghello.

1 Finale perdue:

Le 14 avril 1985
A Carcassonne (Albert Domec)
Narbonne bat Stade Toulousain 28 à 27

Pour le Stade Toulousain: 2 essais de Janik (34) et Novès (85); 2 transformations de Lopez; 3 pénalités de Lopez (2, 20) et Gabernet (95); 2 drops de Gabernet (6) et Rougé-Thomas (56).
Pour Narbonne: 3 essais de Lanau (35), Magre (74) et Estève (102); 2 transformations, 2 pénalités (32, 99) et 2 drops (12, 97) de Mathias.
Stade Toulousain: Gabernet (cap.) – Rancoule, Bonneval, Charvet, Novès – (o) Rougé-Thomas, (m) M. Lopez – Lecomte, Cigagna, Janik (puis Maset, 41) – G. Portolan (puis Laïrle, 63), Giraud – C. Portolan, Santamans, Laïrle.

Challenge Yves du Manoir

1 Finale perdue:

Le 4 juin 1984
A Bayonne (Saint-Léon)
Dax bat Stade Toulousain 18 à 8

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Raballo; 1 transformation et 1 pénalité de Villepreux.
Pour Dax: 4 essais de Oyarzun, Freicha, Benali, Arrieumerlou; 1 pénalité de Dubergé; 1 drop de Freicha.
Stade Toulousain: Villepreux (cap); Bourgarel, Charlas, Puig, Gourdy; (o) Bérot, (m) Cler; Skréla, Raballo, Duvignac; Billière, Morel; Theyret, Guiter, Brousse.

Challenge Béguère

1 Finale gagnée:

Le 13 mai 1984
A Lourdes (Antoine Béguère)
Stade Toulousain bat Tarbes 19 à 12

Pour le Stade Toulousain: 3 essais de Lecomte, Novès et Bonneval; 2 transformations de Martinez; 1 drop de Rougé-Thomas.
Pour Tarbes: 2 essais de Roma et Cistacq; 1 drop de Dupuy
Stade Toulousain: Gabernet; Husson, Bonneval, Charvet, Novès; (o) Rougé-Thomas, (m) Martinez (cap); Lecomte, Cigagna, Maset; Giraud, C. Portolan; Laîrle, Santamans, Breseghello.

L'équipe 3

Championnat

1 Finale gagnée:

Le 24 mai 1987
A Terrasson
Stade Toulousain bat Racing club de France 17 à 10

Pour le Stade Toulousain: 3 essais de L. Fittante, Grolleau, Rousselot; 1 transformation et 1 pénalité de Bascoul.
Pour le Racing: 2 essais de Gibert; 1 transformation de Jégou.
Stade Toulousain: Bascoul; Soulié, Fabre, Gosse, Ferre; (o) Ribes, (m) Grolleau; L. Fittante, Versepuech, Rousselot; Fuertès, Auriac; LabatUt (cap), Cabuzat, F. Fittante.

Retour en haut de page

1980: L’EXPROPRIATION DES PONTS JUMEAUX.


Le « Wallon » faisait figure de monument historique.
Aucun Toulousain n’aurait osé imaginer que des iconoclastes pouvaient même, avoir seulement l’idée saugrenue de le détruire. Il fallut se rendre à l’évidence ! L’automobile, reine des hommes, l’exigeait !
Inauguré le 24 novembre 1907, le « Wallon » avait reçu le gratin du rugby : Anglais, Ecossais, Gallois, les All-Black, les Kiwis, les Wallabies, et l’Equipe de France bien sûr. De 1907 à 1950, il avait accueilli 17 finales du Championnat de France. Mythique à souhait ! Légendaire ! L’égal d’un Temple, il subissait sa profanation. Les Amis du Stade, propriétaires des lieux, négociaient les conditions de l’expropriation. Le Président Charles Bimes en était chargé. Au bureau des Amis, Henri Cazaux et Henri Foures tenaient le secrétariat général, Camille Gondal et Henri Corbarrieu les finances.

La Mairie de Toulouse, solidaire de son Club, consciente de son image et de l’osmose qu’il avait réalisée avec la Ville, offrait, pour le « franc » symbolique, le terrain actuel des Sept Deniers. Rugby et tennis greffaient de nouvelles ambitions en ces lieux que protégeait, selon R Surjus et P Capdeville, la « Vierge Rouge ». L’indemnité d’expropriation s’élevait à 27 millions de francs. Ils permirent la construction, relativement modeste mais essentielle, du 1er stade des Sept Deniers. La DDE laissa à la Ville les terrains non utilisés qui devinrent cours de tennis et agréable jardin sur le Port de l’Embouchure.

Tel un moderne phénix, le « Wallon » renaissait à quelques hectomètres… L’histoire n’était pas trahie, le stade de 1907 se trouvait sur la partie sud du « pré des Sept Deniers », legs historique de Clémence Isaure à sa ville ; le stade de 1982 en occupe la zone nord. La merveilleuse Légende de l’Egérie Toulousaine rejoint la Légende de ses Fils.

 

Les Adieux



Comme on s’arrache à un être cher au moment de l’ultime séparation, les Stadistes multiplièrent les effusions, prolongeant ces instants à la fois heureux et ô combien malheureux.
Le 30 mars d’abord ! C’était le dernier match de championnat dans cette enceinte qui en gardait tant de souvenirs merveilleux ou cruels. Le Stade Toulousain recevait le Stade Aurillacois. Personne, parmi les Rouge et Noir, ne se lasse au récit des derniers exploits. Roger Surjus et Pierre Capdeville nous murmurent toujours :
« … avant que les démolisseurs, véritables profanateurs d’un sanctuaire connu de par le monde, ne prennent possession des lieux, les Rouge et Noir s’offraient une dernière victime. Les Aurillacois de Victor Boffeli mordaient la poussière, plutôt le gazon en la circonstance, 29 à 11 ; Harize, Santos, et Bentaboulet en deux occasions foulaient une ultime fois l’en-but tant convoité. Par deux pénalités, deux transformations et un drop, Serge Gabernet envoyait une dernière fois le ballon ovale entre les poteaux les plus hauts du monde… »

 

Cependant la famille Stadiste avait décidé, avant de quitter ces lieux mythiques, de leur rendre l’hommage mérité. Trois journées de festivités avaient été prévues, programmées à la mi-mai, et préparées de longue date. Il fallait cependant, qu’il y eût un clin d’œil du destin, ou bien un signe de notre « Vierge Rouge » ! L’imprévu comblait les vœux de tous les stadistes : l’Equipe Rouge et Noir se trouvait en Finale du Championnat de France ! Un tel événement n’était plus intervenu depuis 1969, depuis 11 longues années…

Le dimanche après-midi 25 mai, le Stade jouait avec l’AS Béziers une finale superbe, haletante, un vrai point d’orgue donné à une saison. Le Stade Toulousain avait perdu avec le concert des louanges de la presse spécialisée…
Le paradoxe se poursuivait, le Stade possédait de nouveau une très grande équipe, son arrière Serge Gabernet entrait en Equipe de France (avec d’autres Stadistes), mais le Stade Toulousain était devenu SDF !...

Les Adieux n’en prenaient que plus de lustre ! Les cérémonies des Adieux ont duré trois jours… les 16, 17 et 18 mai. Il a fallu trois jours pour se détacher, pour rompre, pour quitter le « Wallon », et personne n’a jamais vraiment coupé le cordon… Il y aura de tout pendant ces trois jours : les rires, les joies du rugby avec les matches pour le plaisir ; les larmes des regrets avec leur cortège de pincements au cœur… L’émotion, grave, profonde, avec le docteur André Brouat, superbe trois-quarts centre du titre de 1947, « la Fille de la Vierge Rouge » a écrit Georges Pastre.

Le 17 mai 1980, André Brouat, « Dédé » disent ses amis, prononçait un superbe « Adieu » aux Ponts Jumeaux.

 

Le départ des Ponts Jumeaux



« Amis stadistes, Le soir des soirs va dans l’ombre quotidienne noyer à jamais les Ponts Jumeaux. Laissez avec force, avec soin, vos yeux faire le tour à la recherche de vos fantômes. Ici, c’est le guichet où tu allais, la voix tendue, les mains fébriles, les dents serrées, annoncer « n°7, junior A », le couloir sombre, le vestiaire nu, jusqu’au banc glacé où tu jetais maillot, souliers, flottant…
Et là, pendant toute ta jeunesse, tu vas graver la plus longue et la plus belle série de portraits porteurs pour toute la vie de ta joie et de tes amitiés, la confiance pour parole, le regard pour partage.
Et puis, le silence rompu par la stridence agressive d’un sifflet, tu étais jeté à la recherche de ton trèfle à quatre feuilles.
Herbe ou boue, vent ou pluie, ombre ou soleil, le lieu se privilégie, l’herbe se fait miracle.
La sourde musique anonyme, la sourde rumeur profonde des tribunes, tu les connaissais et tu ne les as pas oubliées.
Peut-être, penché au soir de ta vie, évoqueras-tu le pont des Catalans, à la recherche du mystère, toujours renouvelé, de la même eau, qui n’est jamais la même, roulant dans la tête le bruit de ton rugby.
Et, si l’âme traînante, tu as secoué triste et rageur la boue qui collait à tes crampons, tu as plissé les yeux vers la verrière de l’ouest où se couche le soleil de ce dimanche de défaite, l’épaule réceptive d’un aîné de ton équipe te disait « demain », en te racontant son match d’antan où ses côtes brisées ne lui faisaient plus mal même lorsqu’il riait : il venait de retirer son maillot « rouge et noir » n°6, ce jour-là, Champion de France.
La longueur et la puissance des sursauts ont ici surgi du plus profond de ton être. La passion ne rejoint le plaisir que dans des lieux d’élection.
Aujourd’hui, notre vieux stade des Ponts Jumeaux entre dans l’or affectif des légendes réelles. Aussi, au seuil de l’âge responsable, la réalité qui nous a requis, une fois pour toutes et au-delà de toute complaisance, ouvriers et étudiants, a créé une image de vie profonde, cristal des amitiés les plus fidèles et les plus hautes. Et si nous devons aux Ponts Jumeaux, au stade Ernest Wallon, une leçon, elle est dans le sentiment charnel, l’émotion renouvelée, quelquefois douloureusement acquise, message de déraison, et de folle générosité.
Notre terrain et notre stade cristallisent une âme collective, lucide, et courageuse, en même temps ferme et fragile, grande et belle, à la mesure de la condition humaine.
Les enfants sont les pères des hommes. Le dimanche, ils revêtiront leur maillot « rouge et noir », comme nous.
Simplement.

André Brouat.

 

Retour en haut de page

 

Discours d'André Brouat le 7 mai 1980 : l'adieu aux Pont Jumeaux

Retour en haut de page

Inauguré le 24 novembre 1907, le « Wallon » avait accueilli 17 finales du Championnat de France de 1907 à 1950. Le Stade Toulousain y jouera jusqu’à la fin de la saison 1979-1980, plus exactement jusqu’au 30 mars 1980 ou les rouges et noirs reçoivent Aurillac pour une large victoire 29 à 11.
La cérémonie des « Adieux » se déroulera sur trois jours (les 16, 17 et 18 mai 1980) et sera conclue par le célèbre discours d’André Brouat.

Photographie des Archives Municipales de la ville de Toulouse.

 
 

1-Construction du Stade Ernest Wallon sur le site actuel des Sept Deniers de 1979 à 1981

 
 

2-Construction du Stade Ernest Wallon sur le site actuel des Sept Deniers 1979 à 1981

 
 

3-Construction du Stade Ernest Wallon sur le site actuel des Sept Deniers 1979 à 1981

 
 

4-Construction du Stade Ernest Wallon sur le site actuel des Sept Deniers 1979 à 1981

 
 

5-Construction du Stade Ernest Wallon sur le site actuel des Sept Deniers 1979 à 1981

 
 

6-Vue aérienne du complexe sportif des Sept Deniers dont le Stade Ernest Wallon

 
 

7-Vue aérienne du complexe sportif des Sept Deniers dont le Stade Ernest Wallon

 
 

8-Vue aérienne du complexe sportif des Sept Deniers dont le Stade Ernest Wallon

 
 

9-Photograhie du Stade Ernest Wallon situé au Ponts Jumeaux après son abandon

 
 

10- Photographie du Stade Ernest Wallon situé au Ponts Jumeaux après son abandon

 
 

11- Photographie du Stade Ernest Wallon situé au Ponts Jumeaux après son abandon.

 
 

12- Photographie du Stade Ernest Wallon situé au Ponts Jumeaux après son abandon

 
 

13- Photographie du Stade Ernest Wallon situé au Ponts Jumeaux après son abandon

 
 

14- Aquarelle de Rémy Peyranne représentant le Stade Ernest Wallon au Ponts Jumeaux

 
 

15- Le Stade des Ponts Jumeaux en 1920

 
 

16- Les tribunes sont pleines en ce jour de match au Stade des Ponts Jumeaux dans les années 1920. Au fond nous apercevons les deux tours d’une usine et la fameuse « Baby tribune ». Photographie de Saludas, Toulouse

 
 

17-Le Stade des Ponts Jumeaux lors de sa destruction et de la construction du Pont. La tribune principale est encore debout.

Retour en haut de page

decennie decennie decennie
decennie decennie decennie
decennie decennie decennie
decennie decennie decennie
  decennie

Matches de la saison 1977-1978

 

1-L’équipe de la saison 1977-1978 avant le tout premier match en Bouclier d’automne face à Agen remporté sur le score de 24 à 16. Debout : Horton, Manens, Rives, Skrela, Garcia, Altié, Passerat, Docteur Balmes Accroupis : Mac Donald, Harize, Philippe Lebel, Gabernet, Barrére, Martinez, Darbes (n’a plus rejoué de la saison), Novés

 
2- Le 7 mai 1978

A Agen, ¼ de finale du championnat. Le Stade Toulousain bat Bagnères sur le score de 18 à 14. Gabernet à l’attaque.

 
3- Le 13 mai 1978

A Bordeaux, demi finale du championnat de France. Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 9. Barrère à l’attaque. Macdonald, Martinez, Villepreux et Harize.

 
4- Le 13 mai 1978

A Bordeaux, demi finale du championnat de France. Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 9. Horton plaqué par le biterrois Paco.

 
5- Le 13 mai 1978

A Bordeaux, demi finale du championnat de France. Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 9. Ferri balle en mains. Vaquerin et Pesteil de dos. Martinez au sol. Horton et Macdonald.

 
6- Le 13 mai 1978

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. AS Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 9. Guy Novès, marqueur du seul essai toulousain, servi par Barrère va déborder Casamitjana.

 
7-Le 13 mai 1978

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. AS Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 9. Martinez qui résiste à un plaquage va servir Barrère.

 
8- Le 13 mai 1978

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. AS Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 9. Gerald Martinez échappe à Sénal sous l’œil de Palmie. Au fond l’arbitre M. Palmade.

 
9- Le 13 mai 1978

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. AS Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 9. Horton, balle en mains, attaque la défense biterroise.

Matches de la saison 1978-1979

 
1- Le 11 mars 1979

Lors de la 15éme journée du championnat le Stade Toulousain reçoit et bat son grand rival le SU Agenais sur le score de 24 à 14. Avec sa détermination coutumière Jean-Claude Skrela a éliminé trois défenseurs et il plonge dans l’en but.

 
2- Le 11 mars 1979

A Toulouse, le Stade Toulousain bat Agen 24 à 14 lors de la 15éme journée. Le ballet du chat et de la souris…Merlos va tenter sa chance d’homme à homme.

 
3- Le 11 mars 1979

A Toulouse, le Stade Toulousain bat Agen 24 à 14 lors de la 15éme journée. Thierry Merlos servi par Rancoule que masque l’Agenais. B. Viviès va redresser sa course. Rives est là…toujours là !

 
4- Le 8 avril 1979

A Castres, le Stade Toulousain l’emporte par 46 à 16 lors de la 18éme journée du championnat. A gauche Courteseque et à droite Harize.

 
5- Le 15 avril 1979

A Brive, 1/8éme de finale du Challenge Yves du Manoir. Montferrand bat le Stade Toulousain par 29 à 15. Salse, bien servie, va prolonger l’attaque en jouant au pied. Au second plan Merlos puis Martinez et Skrela.

 
6- Le 15 avril 1979

A Brive, 1/8éme de finale du Challenge Yves du Manoir. Montferrand bat le Stade Toulousain par 29 à 15. Harize déplace le jeu au pied. A sa droite Barrère. Au second plan avec l’arbitre : Domerc, Martinez et Altier.

 
7- Le 15 avril 1979

A Brive, 1/8éme de finale du Challenge Yves du Manoir. Montferrand bat le Stade Toulousain par 29 à 15. Michel Coutin (qui jouait ce jour là pilier) se trouve ici dans une attitude bizarre, tourné vers son camp. Il appelle Santos et Horton au regroupement.

 
8- Le 22 avril 1979

A Villeneuve-sur-Lot, 1/16éme de finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Périgueux 18 à 10. Une tête de mêlée inédite : Olhasque, Bentaboulet et Causse. A l’arrière plan G. Martinez et la crinière blonde de Rives.

 
9- Le 22 avril 1979

A Villeneuve sur Lot, 1/16éme de finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Périgueux par 18 à 10. Dominique Harize flanqué de Thierry Merlos et de Salse n’a qu’un but : la ligne d’essai adverse. Au second plan Jean-Claude Skrela.

 
10- Le 22 avril 1979

A Villeneuve sur Lot, 1/16éme de finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Périgueux par 18 à 10. Défenseur intraitable, Serge Gabernet était aussi un arrière superbement doué pour l’attaque. Ce document illustre son talent sur une pelouse printanière.

 
11- Le 22 avril 1979

A Villeneuve sur Lot, 1/16éme de finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Périgueux par 18 à 10. Le ballon est capricieux et Barrére le laisse échapper sur une passe d’Harize alors que Gabernet était au soutien.

 
12- A Béziers, le 28 avril 1979

1/8 de finale du Championnat Stade Toulousain bat Valence 7 à 3

 
13- Le 28 avril 1979

A Béziers, 1/8éme de finale du championnat de France. Le Stade Toulousain réussit l’exploit de battre la rugueuse équipe de Valence (7 à 3) bien que jouant très vite à 14. Rives ayant pris la place de Bentaboulet expulsé. Sur ce cliché on voit Galey partir à l’attaque avec le soutien de Martinez, Skrela, Rives et Laïrle

 
14- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Les talents d’attaquant de Jean-Claude Skrela valaient ses qualités de défenseur. Sur ce cliché, il lance l’attaque dans un style digne du plus doué de nos trois-quarts.

 
15- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Qui l’aura ? Trois mains tendues très haut : Horton, Santos et un Drômois.

 

16- Le 28 avril 1979 A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Rancoule paraît arrêter sa course pendant que son adversaire se désintéresse de l’action. Peut être l’arbitre a-t-il sifflé ?

 
17- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. L’éternel attaquant Serge Gabernet ne craint pas de jouer dans ses 22 mètres. Martinez aussi « joueur » que lui s’apprête à l’aider.

 
18- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Un arrière moderne doit « remonter » les ballons. Gabernet, on le sait, est excellent dans cet exercice. Le voici avec Galey, Labatut et Skrela (tous deux de dos)

 
19- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Gabernet dans ses œuvres d’attaquant. Au second plan Galey.

 
20- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Une troisième ligne offensive ! Galey (au fond), Rives et aussi Rancoule (au premier plan) soutiennent Skrela résolument à l’attaque.

 
21- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Martinez lance un partenaire. Derrière lui en 2éme position on reconnaît Elie Cester.

 
22- Le 28 avril 1979

A Béziers, le Stade Toulousain rencontre Valence en 1/8éme de finale du championnat de France. Victoire du Stade Toulousain sur le score de 7 à 3. Skrela tient debout. Une jambe tenue par son adversaire, il peut encore passer son ballon.

 
23- A Brive, le 6 mai 1979

1/2 finale du Championnat Montferrand bat le Stade Toulousain 12 à 6 après prolongation. Comment on disputait la touche avant la légalisation de la pratique de « l’ascenseur ». Santos est à la lutte avec un joueur adverse sous les yeux d’un coéquipier.

 
24- A Brive, le 6 mai 1979

1/2 finale du Championnat Montferrand bat le Stade Toulousain 12 à 6 après prolongation.

 
25- Le 6 mai 1979

A Brive, 1/2 finale du championnat de France. Montferrand bat le Stade Toulousain 12 à 6 après prolongation. Les avants du Stade se sont assurés la possession du ballon. Santos sert Martinez (absent sur le cliché), Olhasque, Horton, Coutin (dont on voit la tête), Rives et Skrela.

 
26- Le 6 mai 1979

A Brive, le Stade Toulousain ne pourra vaincre en 1/2 finale du championnat l’AS Montferrand. Défaite 12 à 6 des rouge et noir après prolongations. Gérald Martinez dans un geste dont on doit admirer l’équilibre adresse à ses attaquants un ballon conquis en touche sous l’œil de Skrela et Galey.

 
27- Le 6 mai 1979

A Brive, 1/2 finale du championnat de France. Montferrand bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 6 après prolongations. La belle détente de Nigel Horton dans son exercice favori : la touche. Au soutien : Laïrle, Santos, Olhasque et Galey. Martinez attend le ballon.

 
28- Le 6 mai 1979

A Brive, 1/2 finale du championnat de France. Montferrand bat le Stade Toulousain sur le score de 12 à 6 après prolongations. Devant l’arbitre Bressy, Martinez plonge en servant ses attaquants. Entre les deux Montferrandais on aperçoit un Rives grimaçant. On sait que ce jour là le « blond » joua avec un courage surhumain puisque blessé d’entrée de jeux aux côtes.

Matches de la saison 1979-1980

 
1- Le 9 septembre 1979

A Tarbes, 1ére journée du Challenge Yves du Manoir. Tarbes bat le Stade Toulousain par 13 à 9. Marcel Salsé va jouer au pied.

 
2- Le 9 décembre 1979

A Castres, le Stade Toulousain s’impose sur le score de 23 à 16 lors de la 6éme journée de championnat. Thierry Merlus tente d’utiliser sa vitesse de course pour déborder son adversaire.

 
3- Le 9 décembre 1979

Le Stade Toulousain s’impose à Castres sur le score de 23 à 16 pour le compte de le 6éme journée du championnat. L’art du débordement… Les « jambes de feu » de Merlos lui permettaient de jouer comme un trois quart aile. Gabernet est au sol, Salsé suit…de loin.

 
4- Le 5 janvier 1980

A Toulouse, Stade Ernest Wallon. Le Stade Toulousain bat Bègles sur le score de 25 à 10 lors de la 9éme journée du championnat.

 
5- Le 30 mars 1980

A Toulouse, 16éme journée du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Aurillac sur le score de 29 à 11. La grande allure de Dominique Harize qui avec détermination part à l’attaque. Il est soutenu par Jean-Pierre Rives.

 
6- Le 13 avril 1980

A Agen (Stade Armandie), 18éme journée du championnat de France. Le SU Agen bat le Stade Toulousain sur le score de 18 à 3. Les joueurs toulousains sont Santos, Coutin, Laïrle et Viel (n°8).

 
7- Le 20 avril 1980

A Bayonne, 1/16éme de finale du championnat. Le Stade Toulousain bat Bègles sur le score de 17 à 7. Thierry Merlos est en action.

 
8- Le 4 mai 1980

A Tarbes, ¼ de finale du championnat. Le Stade Toulousain bat l’Aviron Bayonnais sur le score de 24 à 3. Peut-on offrir meilleure illustration du talent d’attaquant de Serge Gabernet.

 
9- Le 11 mai 1980

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. En trois photographies (1/3), Guy Novès flanqué de Serge Laïrle (un symbole prémonitoire) illustre l’art du débordement. Certes son adversaire n’était pas du genre « gazelle » mais le geste est beau…

 

10- Le 11 mai 1980 A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. En trois photographies (2/3), Guy Novès flanqué de Serge Laïrle (un symbole prémonitoire) illustre l’art du débordement. Certes son adversaire n’était pas du genre « gazelle » mais le geste est beau…

 

11- Le 11 mai 1980 A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. En trois photographies (3/3), Guy Novès flanqué de Serge Laïrle (un symbole prémonitoire) illustre l’art du débordement. Certes son adversaire n’était pas du genre « gazelle » mais le geste est beau…

 
12- Le 11 mai 1980

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. Prés d’être plaqué, Gabernet joue au pied devant Salsé.

 
13- Le 11 mai 1980

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. Il a fallu deux brivistes pour arrêter Harize dans sa course. Encore celui-ci peut-il passer le ballon… Martinez, Salsé, Viel, Santos et Rives sont là.

 
14- Le 11 mai 1980

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. Ce jour là, Gabernet fut particulièrement brillant en attaque. Le voici, balle en mains, avec Rancoule, Viel et Merlos!

 
15- Le 11 mai 1980

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. Menacé par les « gros » de Brive (derrière lui Jornel) et sous l’œil de Viel, Martinez va dégager.

 
16- Le 11 mai 1980

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. Cette fois c’est Santos qui a sauté en touche courte mais, comme son adversaire direct briviste, il est « lobé » par un ballon qui est destiné aux troisièmes lignes…

 
17- Le 11 mai 1980

A Bordeaux, ½ finale du championnat de France. Le Stade Toulousain bat Brive par 22 à 9. Guy Novès n’était pas qu’un finisseur, il savait admirablement être un passeur efficace.

 
18- Le 25 mai 1980

A Paris (Parc des Princes), finale du championnat de France. Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 10 à 6. Harize reçoit la balle dans de mauvaises conditions. Les biterrois sont Lacans, Palmié, Paco, Vaquerin et Estéve.

 
19- Le 25 mai 1980

A Paris (Parc des Princes), finale du championnat de France. Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 10 à 6. Harize à l’attaque.

 
20- Le 25 mai 1980

A Paris (Parc des Princes), finale du championnat de France. Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 10 à 6. L’instant décisif… Dominique Harize a fixé le dernier défenseur biterrois. Il va passer le ballon à Gabernet qui ne pourra maîtriser cette passe et le rêve fut brisé !

 
21- Le 25 mai 1980

A Paris (Parc des Princes), finale du championnat de France. Béziers bat le Stade Toulousain sur le score de 10 à 6.

 
22- Le 25 mai 1980

A Paris (Parc des Princes), finale du championnat de France. Bèziers bat le Stade Toulousain sur le score de 10 à 6. Encore une attaque de T. Merlos.

Retour en haut de page

D’abord « groupement de fait », puis Société Anonyme, (18 octobre 1913), « Les Amis du Stade » étaient régis par la loi du 24 juillet 1867. Cette loi, devenue obsolète, est remplacée le 24 juillet 1966, par une nouvelle loi qui modifie profondément le texte ancien, elle transforme et modernise le « droit des Sociétés ». Elle exige la réforme des statuts de la Société des Amis du Stade.

 

A cette date déjà, la DDE de Toulouse pousse son projet de construction des rocades et échangeurs. L’on sait que les Ponts Jumeaux sont menacés.
« Amis du Stade » ne réagissent pas. La réforme nécessaire n’est pas entreprise. Ils deviennent « hors la loi » ! Le patrimoine immobilier du club risque fort d’être perdu. Cette carence insigne du pouvoir dirigeant des « Amis » fait que : « Trois actionnaires de la SA Les Amis du Stade Toulousain prirent l’initiative d’assigner le président du Conseil d’administration de la Société. Le Tribunal de commerce, par un jugement du 5 décembre 1972, constatant que la société anonyme ne s’était pas mise en harmonie avec la loi nouvelle, en prononçait la dissolution, nommant un liquidateur. » (Lucien Remplon)

 

Ce jugement irrévocable allait-il entraîner la chute des Rouge et Noir ?
En effet, l’expropriation devenait un réel écueil, un problème insoluble, tous les porteurs de parts étant en droit de recueillir le montant de l’expropriation lié à leurs titres. Le Club ne possédait en propre que les 66/120ème de la SA. Il allait donc légalement disparaître.
Un groupe de travail, « une équipe », fut mobilisé pour essayer de sauver la situation ! Le Stade Toulousain, aujourd’hui, doit sa survie à ces hommes : Charles Bimes, Fernand Laborie, Henri Cazaux, Henri Foures, Camille Gondal, Jean Ardichen, Louis Forgues, qui surent réagir et gagner. Ils ont été faits « Membres Fondateurs à Vie » de la Société des Amis du Stade. Ils mobilisèrent leurs amis, Jacques Chaban-Delmas et le ministre de l’intérieur Jean Foyer…

 

Lucien Remplon ajoute :
« … Ils furent puissamment aidés, pour ne pas dire plus, par le poids politique de Jacques Chaban-Delmas, alors président de la Chambre des députés. L’ancien rugbyman fit voter par le Parlement une disposition incluse dans la loi du 7 juin 1977 ainsi conçue : « tout actionnaire ou associé d’une puissance morale constituée sous la forme d’une société civile ou commerciale, dépourvue de fait, de tout caractère lucratif, même dissoute mais non encore liquidée, est recevable à demander en justice que soit restituée à cette personne morale la qualification d’association… »

« …Le Tribunal de Grande Instance leur donna raison le 28 novembre 1977. Les opposants furent déboutés devant la Cour d’appel et même la Cour de cassation… »

 

Il est particulièrement heureux que le liquidateur judiciaire nommé en 1972, n’ait pas encore, en 1977, accompli sa mission ! Il a pourtant des excuses. Charles Bimes, Fernand Laborie, Henri Cazaux, Henri Foures, Camille Gondal  avaient été désignés par le Comité Directeur du stade pour suivre le dossier et plus tard négocier la transaction. Ils ont lutté, ils ont retardé les échéances du liquidateur et de la DDE. Ils ont réussi à bloquer le système en allant jusqu’au Conseil d’Etat.
Les procédures judiciaires épuisées, la nouvelle association des Amis du Stade Toulousain, (loi de 1901) est reconnue officiellement par la préfecture de la Haute Garonne, le 21 Juillet 1978.

 

Telle le phénix, la Société des Amis du Stade Toulousain retrouvait donc ses droits le 7 juin 1977 et le 21 juillet 1978 recevait des statuts enfin conformes à la loi. Son Bureau était alors composé de :

Charles Bimes: président,
Fernand Laborie: président délégué,
Henri Cazaux: secrétaire général,
Henri Foures: secrétaire général adjoint,
Camille Gondal: trésorier général,
Henri Corbarieu: trésorier général adjoint,
Louis Forgues: administrateur général.
Ces hommes qui avaient sauvé la nef des Rouge et Noir qui naufrageait, ont été faits « Membres Fondateurs à Vie ».

Le président Bimes négocia le transfert du club aux Sept Deniers. Les Amis veillèrent à la bonne exécution des travaux. Devenus vigilants, ils ont suivi les évolutions modernes et rédigé leurs nouveaux statuts, votés par l’Assemblée Générale du 11 mai 1989 et approuvés par la préfecture de la Haute Garonne le 25 juillet 1989.

Retour en haut de page

1977 - 1978

1978Debouts: Horton, Santos, Skréla, Rives, R. Labatut, Garcia, Passerat
Accroupis: Mac Donald, Ferré, Harize, Gabernet, Martinez, Villepreux, Barrère, Novès.

1979 - 1980

1980 Debouts: Santamans, Bentaboulet, Olhasque, Breseghello, Laïrle, Rives, Coutin, Skréla, Comet, Viel, Santos.
Accroupis: Rieux, Colmagro, Merlos, Rancoule, Gabernet, Martinez, Salsé, Husson, Harize, Novès.

1980 - 1981

1981Debouts: Bentaboulet, D. Santamans, Breseghello, Laïrle, Coutin, Skréla, Comet, Viel, Santos.
Accroupis: Llop, Husson, Salsé, Colmagro, Merlos, Martinez, Harize, Novès, C. Santamans.

1983 - 1984

1984Debouts: Breseghello, Skréla, Laïrle, Cigagna, Maset, Janik, G. Portolan, Lecomte, Giraud, Cadieu, Attfied, Cl. Portolan, D. Santamans, Martinez, Rancoule.
Accroupis: Coste-Garriguet (docteur), Gosse, Clamens, D. Palisson, Husson, Gabernet, Grolleau, Novès, Th. Palisson, Rougé-Thomas, Charvet, Bonneval, Villepreux.

1984 - 1985

19853ème rang: Breseghello, Janik, Maset, Cigagna, Villepreux.
2ème rang: Laïrle, Cl. Portolan, G. Portolan, Giraud, Lecomte, Cadieu, Skréla.
Assis: Merlos, Maury, Husson, Charvet, Gabernet, Bonneval, Rancoule, Novès.
Assis au sol: Lopez, Rougé-Thomas.

1985 - 1986

1986Debouts: Santamans, Giraud, Lecomte, Janik, Maset, Cigagna, Laïrle.
2ème rang: Skréla, Roca, D. Palisson, G. Portolan, Cl. Portolan, Soula, Husson, Savio, Rancoule, Villepreux.
Assis: Cadieu, Charvet, Rougé-Thomas, Gabernet, Lopez, Bonneval, Novès.
Assis au sol: Grolleau, Salasc.

Retour en haut de page

Serge Gabernet

Poste: Arrière
Taille: 1,82 m
Poids: 77 kg
Né le: 06-05-1955 à Montréjeau
Emploi: Professeur d'éducion physique
Portrait finalistes 1980
Assurer la succession d'un monstre sacré comme Villepreux quand on arrive de Montréjeau n'est pas chose aisée. Pourtant, Serge est devenu à son tour le meilleur arrière de France avec son coup de pied gigantesque, ses relances plein champ et sa vitesse d'intervention. Il est passé par toutes les étapes de la sélection avant de remplacer Aguirre, forfait, pour un France-Angleterre du Tournoi.

Dominique Harize

Poste: Ailier droit
Taille: 1,80 m
Poids: 80 kg
Né le: 2-02-1956 à Saint-Céré
Emploi: Démarcheur immobilier
Portrait finalistes 1980
Capé à 19 ans lors de le Tournée 1975 en Afrique du Sud, dont il fut la grande révélation, l'ex-Cadurcien passe la saison suivante en licence rouge. Délaissé par les sélectionneurs après le Grand Chelem de 1977, il demeure le grand finisseur du Stade, malgré plusieurs passages au centre. Un superbe essai contre Bayonne, en quarts, après un sprint solitaire de cinquante mètres. Neuf capes.

Michel Salsé

Poste: Centre
Taille: 1,73 m
Poids: 70 kg
Né le: 01-04-1955 à Peyriac-Minervois
Emploi: Etudiant Kiné
Portrait finalistes 1980
Appelé sous les drapeaux à Castelsarrasin, il signe au Stade en 1978. Son frère Alain joue en première à Pau, son oncle fut champion de France avec la Section (1946), Lourdes (1956) et il rêve de l'imiter. Quant à son père, il porte le maillot biterrois de 1958 à 1961. Malgré son gabarit modeste, Marcel est un centre complet, parfait complément de Merlos.

Thierry Merlos

Poste: Centre
Taille: 1,78m
Poids: 75 kg
Né le: 18-09-1956 à Lavelanet
Emploi: Employé de Mairie
Portrait finalistes 1980
Formé à l'école de de Lavelanet où pratiquent ses frères Didier, Denis et Jacques. Remplaçant face à la Nouvelle Zélande à Paris en 1977, il a ensuite été retenu en France B et A' plusieurs fois, sans convaincre les sélectionneurs. C'est pourtant un attaquant de grande race, habile manoeuvrier et irrésistible par ses accélérations. Titulaire à part entière depuis qu'il a signé au Stade en 1978.

Guy Novès

Poste: Ailier gauche
Taille: 1,80m
Poids: 75 kg
Né le: 05-02-1954 à Toulouse
Emploi: Professeur d'éducation physique
Portrait finalistes 1980
Venu tard au rugby (1975) après avoir été international junior d'athlétisme sur 1500 et 800 mètres, il n'a connu qu'un seul club. Sélectionné après une seule saison de nationale, il loupe le Grand Chelem de 1977 en raison d'une blessure à la cheville. L'an dernier, il a mis fin prématurément à sa carrière internationale (8 capes). Il a surmonté la saison passée de sérieux ennuis aux vertèbres pour revenir au premier plan.

Jean-Michel Rancoule

Poste: Ouverture
Taille: 1,71m
Poids: 70 kg
Né le: 28-02-1959 à Lourdes
Emploi: Etudiant à l'école d'hôtellerie
Portrait finalistes 1980
Footballeur en scolaire, il opte pour l'école de rugby de Lourdes et se spécialise à l'aile comme son père Henri, 26 fois international. Venu au Stade en 1978 avec une licence militaire, il a dû se reconvertir à l'ouverture et beaucoup travailler pour acquérir des automatismes. Il a aussi allongé son coup de pied et sa vivacité sert bien les intérêts des attaquants. C'est pourquoi il a été préféré à Colmagro pour cette finale.

Gérald Martinez

Poste: Demi de mêlée
Taille: 1,71 m
Poids: 71 kg
Né le: 30-03-1955 à Montréjeau
Emploi: Directeur de piscine
Portrait finalistes 1980
Talonneur et troisième ligne en cadets, centre en juniors, il n'avait pratiquement jamais joué à la mêlée quand il signa au Stade en 1974 ! Il s'imposa très vite à ce poste, bien que souvent en situation inconfortable et dès la saison suivante, il était remplaçant en équipe de France. Multiples sélections et capitanats en Espoirs, juniors B et A'. Il est aussi le buteur de l'éqauipe, très précis à mi-distance. Il finit très fort cette saison et devrait faire son retour sur la scène internationale.

Jean-Claude Skréla

Poste: Flanker
Taille: 1,86 m
Poids: 88 kg
Né le: 01-10-1949 à Colomiers
Emploi: Moniteur d'éducation physique
Portrait finalistes 1980
Le plus ancien stadiste, puisqu'il vint d'Auch en 1971. L'un des plus beaux athlètes du rugby, véritable Hermès de Praxitèle. Comblé sur le plan international (excepté un capitanat), avec 46 sélections et un Grand Chelem, il a réalisé son rêve: revenir au Parc avec son équipe. Il a réalisé une grande saison et sait que sa première finale risque fort d'être la dernière, la seule occasion de remporter le titre. Au fil des années, il est devenu un chef de bande très respecté.

Roger Viel

Poste: Troisième ligne centre
Taille: 1,92 m
Poids: 98 kg
Né le: 01-06-1949 à Rieux-Volvestre
Emploi: Assureur et gérant de société
Portrait finalistes 1980
Pour sa première saison à Graulhet, en 1973, il accédait aux quarts de finale. Pour sa première saison au Stade, il arrive au Parc. Ancien boxeur mi-lours, il a débuté en division d'honneur. Le guerrier de Graulhet parvient maintenant à maîtriser son tempérament de feu. Indifféremment numéro 8 ou deuxième ligne, il est remarquable au couloir depuis les seizièmes. Pion essentiel de la strétagie toulousaine en sortie de mêlée. International B et A'.

Jean-Pierre Rives

Poste: Flanker
Taille: 1,81 m
Poids: 82 kg
Né le: 31-12-1952 à Toulouse
Emploi: Huissier de justice
Portrait finalistes 1980
Issu de la grande école toéciste, il passe par Beaumont avant d'arriver au Stade en 1973. Signe une entrée fracassante dans le Tournoi, à Twickenham en 1975. Il compte aujourd'hui 37 sélections et 12 capitanats, notamment lors du test historque d'Auckland. Il est moins rayonnant que les années précédentes mais il sera survolté au Parc. Il a toujours réalisé de grands matchs contre Béziers.

Michel Coutin

Poste: Deuxième ligne
Taille: 1,84 m
Poids: 97 kg
Né le: 03-09-1956 à Rumilly
Emploi: Etudiant Kiné
Portrait finalistes 1980
Champion de cross minimes du Dauphiné Savoie, il a également pratiqué le football. Avec Rumilly, club de troisième division, il fut international scolaire en 1974 contre le Pays de Galles en compagnie de Harize, Gabernet et Martinez et face à l'Ecosse (avec Rivallo). C'est sa cinquième saison dans les packs stadiistes dont il est l'homme de devoir, prêt à tous les sacrifices. Son expérience de pilier a tourné court, mais le départ de Nigel Horton lui a permis de redevenir titulaire à l'attelage.

Jean-Jacques Santos

Poste: Deuxième ligne
Taille: 1,94 m
Poids: 106 kg
Né le: 14-05-1958 à Colomiers
Emploi: Employé de Mairie
Portrait finalistes 1980
Un très court déplacement de Blagnac aux Ponts Jumeaux en 1977. Il était déjà international junior contre le Pays de Galles et l'Italie, et il resta sous licence rouge durant la phase aller, mais participa néanmoins à la demi-finale, contre Béziers, en 1978. Ce beau gabarit s'est affirmé en gagnant en dynamisme. Un essai en demi-finale contre Brive. Son frère ainé, René, est l'un des éléments-clé du pack du TOEC et son frère cadet, Marc, joue au Stade en jeunes. Jean-Jacques a été appelé cette saison en France B contre l'Ecosse.

Serge Laïrle

Poste: Pilier droit
Taille: 1,80 m
Poids: 98 kg
Né le: 03-12-1956 à Toulouse
Emploi: Elève au CREPS
Portrait finalistes 1980
Débuta en trois-quart aile à l'écolde de rugby de l'Isle Jourdain. A l'âge de 14 ans, il prit 20 kilos en un an et demi et dut gagner les avants-postes. Après un intermède de trois saisons à Auch, il revient à son club formateur puis signe pour le Stade en 1975. Pilier gauche au départ, il a aussi été utilisé en seconde ligne et au couloir, effectuant d'énormes progrès en tenue de mêlée, naguère son point faible. C'est un superbe joueur de champ.

Patrick Bentaboulet

Poste: Talonneur
Taille: 1,71 m
Poids: 85 kg
Né le: 20-04-1956 à Toulouse
Emploi: Restaurateur
Portrait finalistes 1980
Gardien de but et champion des Pyrénées de lutte en minimes, il passe à l'école de rugby stadiste. Troisième ligne ou demi de mêlée, il se reconvertit au talonnage lors de sa troisième année chez les Juniors. Après une brève apparition à Castelnaudary (1977), il revient au Stade et il est remplaçant de Passerat lors de la demi-finale de 1978 face à Béziers. Malgré des suspensions et des blessures, il a damé le pion à Sanson avec lequel il alternait depuis l'an dernier. Son abattage, son dynamisme et sa technique le classent parmi les meilleurs spécialistes.

Christian Breseghello

Poste: Pilier gauche
Taille: 1,80 m
Poids: 95 kg
Né le: 20-01-1955 à Saverdun
Emploi: Technicien
Portrait finalistes 1980
Merveilleuse aventure pour ce troisième ligne reconverti qui accède à la finale pour sa première année de nationale. Il a signé cet été au Stade où il a accompagné son entraîneur Husson qui en fit à 20 ans un pilier. Depuis les minimes, il défendait les couleiurs de Saverdun, club de seconde division. Il a été remplaçant dans l'équipe juniors des Pyrénées et a remporté, en 1973, la finale intercomités. Il a gagné sa place pour la phase finale et s'est amélioré très sensiblement au fil des matchs.

Retour en haut de page

Presse 1985
1985

 

Presse 1986
1986

 

Retour en haut de page

Serge Gabernet

Poste: Arrière
Taille: 1,82 m
Poids: 77 kg
Né le: 06-05-1955 à Montréjeau
Emploi: Professeur d'éducion physique
Portrait finalistes 1986
Deux ans cadet à Muret, deux ans junior à Montréjeau et au Stade depuis 1974. A succédé à Martinet au capitanat. Occasionnellement ouvreur. Une carrière exemplaire : finale 1980 contre Béziers, le titre l'an passé, le grand Chelem 1981 et quatorze sélections de 1980 à 1983.

Jean-Michel Rancoule

Poste: Ailier droit
Taille: 1,72 m
Poids: 72 kg
Né le: 28-12-1959 à Lourdes
Emploi: Hôtelier
Portrait finalistes 1986
A Lourdes jusqu'en 1978, au Stade jusqu'en 1981, une saison (arrière) à Lourdes à nouveau en 1982 et retour à Toulouse. Ouvreur lors de la finale 1980 contre Béziers. International B, A', junior et universitaire. Meilleur marqueur de ce championnat avec dix-sept essais, les deux derniers en demi-finale contre Graulhet.

Eric Bonneval

Poste: Centre
Taille: 1,80 m
Poids: 82 kg
Né le: 19-11-1963 à Toulouse
Emploi: Etudiant U.E.R.E.P.S
Portrait finalistes 1986
Arrière ou ailier, devint international junior, scolaire et B sous les couleurs du T.o.e.c., s'imposa au centre de l'attaque stadiste dès qu'il obtint sa licence (matches retour 1984). Douze essais l'an dernier (dont deux en finale), neuf cette année. Six sélections dans le XV de France (à l'aile gauche cette saison) depuis 1984.

Denis Charvet

Poste: Centre
Taille: 1,80m
Poids: 80 kg
Né le: 12-05-1962 à Cahors
Emploi: Etudiant U.E.R.E.P.S
Portrait finalistes 1986
Huit ans et demi de mêlée à Cahors, est spécialisé au centre depuis six saisons, avec une courte expérience à l'ouverture. Avait failli signer à Cahors en 1983 mais il a suivi la filière familiale du Stade où son oncle A. Melet fut champion en 1947. Un fabuleux hat-trick (3 essais) en finale contre Toulon. Huit essais cette saison et trois sélections dans le XV de France.

Guy Novès

Poste: Ailier gauche
Taille: 1,80m
Poids: 75 kg
Né le: 05-02-1954 à Toulouse
Emploi: Professeur d'éducation physique
Portrait finalistes 1986
A découvert le rugby au Stade en 1975 après avoir été à la section athlétisme du T.c.m.s., plu¬sieurs fois champion de France, recordman cadets du 1.200 mètres et deux fois international junior. Finale 1980 contre Béziers. Occasionnellement trois-quarts centre. Huit sélections dans le XV de France de 1977 à 1979.

Philippe Rougé-Thomas

Poste: Ouverture
Taille: 1,77m
Poids: 86 kg
Né le: 01-08-1961 à Lannemezan
Emploi: CRS
Portrait finalistes 1986
Au T.o.e.c. jusqu'en junior, au Stade depuis 1980. Troisième ligne en cadets, ouvreur ou centre ensuite. Sa persévérance lui a permis de s'imposer en numéro 10 de préférence à Rancoule, Charvet et Gosse et il est devenu une pièce maîtresse. Sept essais et deux drops cette saison.

Michel Lopez

Poste: Demi de mêlée
Taille: 1,66 m
Poids: 67 kg
Né le: 12-02-1961 à St Jean du Falga
Emploi: Employé municipal
Portrait finalistes 1986
Footballeur à Varilhes, a débuté en juniors à Verniolle, passant ensuite cinq saisons à Pamiers et une à Foix (1983-1984). 215 points (meilleur buteur) et le titre pour sa première année au Stade. 162 points cette saison, dont trente-quatre en phase finale. Sélectionné junior des Pyrénées et remplaçant en France A'.

Karl Janik

Poste: Flanker
Taille: 1,89 m
Poids: 100 kg
Né le: 12-01-1960 à Oujda (Maroc)
Emploi: Professeur d'éducation physique
Portrait finalistes 1986
Athlète converti au rugby en 1982, il pratiquait le disque, le poids et le décathlon, remportant plusieurs titres nationaux en minimes, cadets, juniors et espoirs. A terminé en deuxième ligne la finale 1985, après les sorties de G. Portolan et Cadieu. International B, A', militaire et universitaire. Tournée au Japon en 1984.

Albert Cigagna

Poste: Troisième ligne centre
Taille: 1,86 m
Poids: 95 kg
Né le: 25-09-1960 à Toulouse
Emploi: Professeur d'éducation physique
Portrait finalistes 1986
A débuté au Mazeres-Cassages-Sports et a rejoint le Stade bagnérais en 1980, réalisant comme fianker (Derghali au couloir). Une grande finale en 1981 contre Béziers. Arrivé au Stade en 1983, il est devenu le maître à jouer de la ligne d'avants. International universitaire.

Thierry Maset

Poste: Flanker
Taille: 1,86 m
Poids: 90 kg
Né le: 28-10-1962 à Carmaux
Emploi: Professeur d'éducation physique
Portrait finalistes 1986
Arrivé de Carmaux en 1981, a parfois joué au centre en juniors. Blessé, loupa l'an passé la demi-finale contre Montferrand, mais se confirma comme un formidable défenseur devant Champ et les Toulonnais. International A', junior, scolaire et universitaire, dans l'attente de la consécration suprême.

Jean-Marie Cadieu

Poste: Deuxième ligne
Taille: 1,92 m
Poids: 104 kg
Né le: 16-10-1963 à Tulle
Emploi: Moniteur d'éducation physique
Portrait finalistes 1986
Issu de l'école de rugby de Tulle et numéro 8 jusqu'à son arrivée au Stade en 1983. Longtemps incertain pour la finale contre Toulon, laissa sa place à Lecomte a dix minutes de la fin du temps réglementaire. International scolaire et deux fois international B contre l'Ecosse, peut prétendre sous peu à la cape.

Jean-Michel Giraud

Poste: Deuxième ligne
Taille: 1,91 m
Poids: 100 kg
Né le: 03-05-1958 à Perthuis
Emploi: Employé de Mairie
Portrait finalistes 1986
A débuté sa carrière à Sisteron, passant en 1977 à La Voulte sous licence militaire avant d'effectuer trois saisons à Biarritz. Au Stade depuis 1981, remplaça G. Portolan en seconde mi-temps de la finale contre Toulon. Titulaire à part entière depuis que le même Portolan est monté en première ligne. International junior et universitaire.

Claude Portolan

Poste: Pilier droit
Taille: 1,83 m
Poids: 110 kg
Né le: 16-12-1960 à Auterive
Emploi: Employé de Mairie
Portrait finalistes 1986
Arrivé d'Auterive (où il fut international junior deux ans de suite), opérait au couloir en cadets. Un essai en finale l'an dernier, cinq cette saison. International B et A', présélectionné pour la tournée du XV de France, il aurait pu profiter du forfait du Nîmois Detrez.

Serge Laïrle

Poste: Talonneur
Taille: 1,80 m
Poids: 98 kg
Né le: 03-12-1956 à Toulouse
Emploi: Professeur d'Education Physique
Portrait finalistes 1986
Benjamin à l'Isle-Jourdain, cadet à Auch, à nouveau à l'Isle-Jourdain comme junior, est entré au Stade en 1975 et a débuté pilier gauche. A occupé tous les postes du pack mais il est le seul de cette équipe à ne pas avoir été titré contre Toulon. Remplaçant dans le XV de France contre le Japon en 1980, avait disputé la finale contre Béziers en pilier droit.

Gérard Portolan

Poste: Pilier gauche
Taille: 1,87 m
Poids: 105 kg
Né le: 04-01-1957 à Auterive
Emploi: Employé de Mairie
Portrait finalistes 1986
Champion des Pyrénées avec les juniors Crabos d'Auterive (1976), opta en 1979 pour le T.o.e.c. où il alterna comme numéro 8 et deuxième ligne. C'est à ce poste qu'il disputa un peu plus d'une mi-temps de la finale contre Toulon. Au Stade depuis 1981, s'est désormais spécialisé aux fauteuils d'orchestre. Deux essais en phase finale.

Retour en haut de page

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15