• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 19 avril

US OYONNAX / STADE TOULOUSAIN

à 14h55

Musée du Stade Toulousain 1987-1997

1987 - 1988


Titre: Challenge Yves du Manoir
Entraîneurs: Pierre Villepreux, Jean-Claude Skréla

Joueurs: Dupuy, Lecomte, Novès, Bonneval, Charvet, Rancoule, Codorniou, Lopez, Maset, Janik, Cigagna, Giraud, Coumes, G. Portolan, Soula, Cazalbou, Cadieu, Santamans, Laïrle, Berty, Ougier, Miorin, Rougé-Thomas, Rocca, Savio.


1988 - 1989


Titre: Champion de France
Entraîneurs: Pierre Villepreux, Jean-Claude Skréla, Guy Novès

Joueurs: Dupuy, Rancoule, Codorniou, Charvet, Berty, Marfaing, Rougé-Thomas, Cazalbou, Janik, Cigagna, Maset, Lecomte, Cadieu, Miorin, C. Portolan, Soula, Laïrle, G. Portolan, Coumes, Bonneval, Lopez, Savio, Jamin, Verzeni, Bénézech, M. Robert, Charras.


1989 - 1990


Titre:1/2 finale Championnat
Entraîneurs: Guy Novès, Jean-Claude Skréla

Joueurs: Ougier, Rancoule, Bonneval, Charvet, Berty, Rougé-Thomas, Cazalbou, Janik, Maset, Cigagna, Lecomte, Cadieu, Coumes, Miorin, G. Portolan, C. Portolan, Soula, Jamin, Marfaing, Pueyo, E. Ntamack, Palisson, Dupuy, Biamouret, Bertrand, Castel, Guyonnet, Dalla Riva.


1990 - 1991


Titre: Champion de France
Entraîneurs: Christian Gajan, Jean-Claude Skréla

Joueurs: Ougier, Rancoule, Bonneval, Bondouy, Berty, Rougé-Thomas, Cazalbou, Janik, Maset, Cigagna, Lecomte, Cadieu, Coumes, Miorin, G. Portolan, C. Portolan, Soula, Jamin, Marfaing, Garcia, E. Ntamack, Belot, Dupuy, Lacroix, Bernabeu, P. Carbonneau, Marin, Dalla Riva, Guiter.


1991 - 1992


Titre: 1/2 finale Championnat
Entraîneurs: Christian Gajan, Jean-Claude Skréla

Joueurs: Ougier, Bonneval, Bondouy, Berty, Deylaud, Cazalbou, Janik, Maset, Cigagna, Lecomte, Cadieu, Andrew, Miorin, Soula, C. Portolan, G. Portolan, Marfaing, Garcia, E. Ntamack, Belot, Lacroix, Bernabeu, P. Carbonneau, Marin, Dalla Riva, Guiter, Mola, Castel, F. Ntamack, Pueyo.


1992 - 1993


Titre: Vainqueur du Challenge Yves du Manoir
Entraîneurs: Christian Gajan, Albert Cigagna

Joueurs: Ougier, Berty, Deylaud, Cazalbou, Maset, Cigagna, Cadieu, Andrew, Miorin, Soula, Califano, Marfaing, E. Ntamack, Belot, Lacroix, Bernabeu, P. Carbonneau, Guiter, Mola, Castel, F. Ntamack, Pueyo, O. Carbonneau, Diniz, Gratien, Lasserre, Manent.


1993 - 1994


Titre: Champion de France
Entraîneur: Guy Novès, Serge Laïrle

Joueurs: Ougier, Berty, Deylaud, Cazalbou, Cigagna, Miorin, Soula, Califano, E. Ntamack, Belot, Lacroix, Sonnes, Artiguste, C. Portolan, P. Carbonneau, Guiter, Mola, Castel, F. Ntamack, Pueyo, O. Carbonneau, Diniz, Lassere, Manent, Cester, Castaignède, Darricarrère, Dupuy, Bertrand, Rougé-Thomas.


1994 - 1995


Titres: Champion de France, Vainqueur du Challenge du Manoir
Entraîneurs: Guy Novès, Serge Laïrle

Joueurs: Ougier, Berty, Deylaud, Cazalbou, Cigagna, Miorin, Soula, Califano, E. Ntamack, Lacroix, Belot, Sonnes, Artiguste, C. Portolan, P. Carbonneau, Mola, Guiter, Castel, F. Ntamack, Bru, O. Carbonneau, Lassere, Martin, Manent, Cester, Castaignède, Biboulet, Dupuy, Bacqué, Séguéla, Capelleri, Joanny.


1995 - 1996


Titres: Champion de France, Champion d'Europe
Entraîneurs: Guy Novès, Serge Laïrle

Joueurs: Ougier, Berty, Deylaud, Cazalbou, Dispagne, Miorin, Soula, Califano, E. Ntamack, Belot, Lacroix, Artiguste, C. Portolan, P. Carbonneau, Guiter, Castel, F. Ntamack, Bru, O. Carbonneau, Lassere, Manent, Cester, Castaignède, Biboulet, Bacqué, Séguéla, Capelleri, Couzinet, Galy, Bégarie, Audu.


1996 - 1997


Titre: Champion de France
Entraîneurs: Guy Novès, Serge Laïrle

Joueurs: Ougier, Marfaing, Martin, Castaignède, Berty, Deylaud, Cazalbou, Sonnes, Dispagne, Lacroix, Belot, Miorin, Jordana, Soula, Califano, Carbonneau, Tilloles, Garbajosa, Bisaro, Couzinet, Lassere, Capelleri, Manent, Cester, Bégarie, Lapoutge, Bonneval.

Retour en haut de page

1987 - 1988: Championnat

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Bayonne 20-0 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 55-8 pop up
Stade Toulousain-Bourgoin 35-11 pop up
Stade Toulousain-Montchanin 58-12 pop up
Stade Toulousain-Montferrand 43-9 pop up
Stade Toulousain-Racing 18-18 pop up
Stade Toulousain-Romans 54-15 pop up
Les matchs à l'extérieur Bayonne-Stade Toulousain 6-15 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 18-12 pop up
Bourgoin-Stade Toulousain 24-22 pop up
Montchanin-Stade Toulousain 12-15 pop up
Montferrand-Stade Toulousain 18-4 pop up
Racing-Stade Toulousain 13-12 pop up
Romans -Stade Toulousain 21-24 pop up
1/8 Finale Graulhet-Stade Toulousain 9-13 pop up
Stade Toulousain-Graulhet 25-12 pop up
1/4 Finale Toulon-Stade Toulousain 21-9 pop up

1987 - 1988: Du Manoir

1/8 Finale Stade Toulousain-Le Creusot 41-6 pop up
1/4 Finale Biarritz-Stade Toulousain 7-25 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Toulon 27-7 pop up
Finale Stade Toulousain-Dax 15-12 pop up

1988 - 1989: Championnat

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Agen 12-10 pop up
Stade Toulousain-Bourgoin 29-19 pop up
Stade Toulousain-Cognac 43-10 pop up
Stade Toulousain-Dax 35-12 pop up
Stade Toulousain-Montchanin 64-0 pop up
Stade Toulousain-Montferrand 43-9 pop up
Stade Toulousain-Villeneuve s/ Lot 35-12 pop up
Les matchs à l'extérieur Agen-Stade Toulousain 9-7 pop up
Bourgoin-Stade Toulousain 19-13 pop up
Cognac-Stade Toulousain 6-25 pop up
Montchanin-Stade Toulousain 15-23 pop up
Montferrand-Stade Toulousain 18-27 pop up
Villeneuve s/ Lot-Stade Toulousain 0-35 pop up
Dax - Stade Toulousain 19-15 pop up
1/8 Finale Bordeaux Bègles-Stade Toulousain 3-47 pop up
Stade Toulousain-Bordeaux Bègles 27-15 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Lourdes 41-15 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Agen 18-9 pop up
Finale Stade Toulousain-Toulon 18-12 pop up

1988 - 1989: Du Manoir

1/8 Finale Béziers-Stade Toulousain 15-18 pop up
1/4 Finale Narbonne-Stade Toulousain 21-3 pop up

1989 - 1990: Championnat

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Brive 26-13 pop up
Stade Toulousain-Castres 21-3 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 24-12 pop up
Stade Toulousain-Rumilly 57-0 pop up
Stade Toulousain-Tarbes 54-10 pop up
Stade Toulousain-Tyrosse 74-12 pop up
Stade Toulousain-USAP 32-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Brive-Stade Toulousain 28-25 pop up
Castres-Stade Toulousain 15-29 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 13-21 pop up
Rumilly-Stade Toulousain 12-40 pop up
Tarbes-Stade Toulousain 12-9 pop up
Tyrosse-Stade Toulousain 9-12 pop up
USAP-Stade Toulousain 10-12 pop up
1/8 Finale Nîmes-Stade Toulousain 6-13 pop up
Stade Toulousain-Nîmes 33-3 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Narbonne 10-9 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Racing-21-14 pop up

1989 - 1990: Du Manoir

1/4 Finale Agen-Stade Toulousain 18-12 pop up

1990 - 1991: Championnat

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Auch 19-6 pop up
Stade Toulousain-Bayonne 31-9 pop up
Stade Toulousain-Béziers 15-9 pop up
Stade Toulousain-Chalon 40-6 pop up
Stade Toulousain-Nice 19-6 pop up
Stade Toulousain-Périgueux 26-3 pop up
Stade Toulousain-Romans 66-12 pop up
Les matchs à l'extérieur Auch-Stade Toulousain 22-19 pop up
Bayonne-Stade Toulousain 24-13 pop up
Béziers-Stade Toulousain 22-15 pop up
Chalon-Stade Toulousain 12-27 pop up
Nice-Stade Toulousain 6-39 pop up
Périgueux-Stade Toulousain 15-30 pop up
Romans-Stade Toulousain 15-28 pop up
1/8 Finale Brive-Stade Toulousain 9-9 pop up
Stade Toulousain-Brive 15-12 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Narbonne 24-6 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Racing 13-12 pop up
Finale Bègles-Stade Toulousain 19-10 pop up

1990 - 1991: Du Manoir

1/4 Finale Stade Toulousain-Racing 25-15 pop up
1/2 Finale Bègles-Stade Toulousain 12-3 pop up

1990 - 1991: Tournoi du centenaire

1/4 Finale Stade Toulousain-Roumanie 34-17
1/2 Finale Stade Toulousain-Bath 23-6
Finale Stade Toulousain-Queensland 21-10

1991 - 1992: Championnat

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Auch 43-16 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 27-19 pop up
Stade Toulousain-Bourgoin 59-6 pop up
Stade Toulousain-Cognac 35-9 pop up
Stade Toulousain-Le Creusot 68-3 pop up
Stade Toulousain-Montauban 30-9 pop up
Stade Toulousain-Montchanin 46-6 pop up
Stade Toulousain-Nîmes 23-3 pop up
Stade Toulousain-Valence d'Agen 33-12 pop up
Les matchs à l'extérieur Auch-Stade Toulousain 12-9 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 9-27 pop up
Bourgoin-Stade Toulousain 12-16 pop up
Cognac-Stade Toulousain 12-39 pop up
Le Creusot-Stade Toulousain 12-18 pop up
Montauban-Stade Toulousain 15-16 pop up
Montchanin-StadeToulousain 16-16 pop up
Nîmes-Stade Toulousain 21-7 pop up
Valence d'Agen-Stade Toulousain 6-44 pop up
1/16 Finale Stade Toulousain-Nice 21-9 pop up
1/8 Finale Dax-Stade Toulousain 24-19 pop up

1992 - 1993: Championnat

Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Auch 20-0 pop up
Stade Toulousain-Bègles 13-22 pop up
Stade Toulousain-Chalon 80-8 pop up
Stade Toulousain-Dax 13-29 pop up
Stade Toulousain-Graulhet 28-16 pop up
Stade Toulousain-Nice 37-3 pop up
Stade Toulousain-Toulon 38-9 pop up
Les matchs à l'extérieur
(2ème Phase)
Auch-Stade Toulousain 32-26 pop up
Bègles-Stade Toulousain 13-19 pop up
Chalon-Stade Toulousain 16-40 pop up
Dax-Stade Toulousain 15-17 pop up
Graulhet-Stade Toulousain 24-18 pop up
Nice-Stade Toulousain 26-34 pop up
Toulon-Stade Toulousain 50-3 pop up
Les matchs à domicile
(Play-offs)
Stade Toulousain-Bègles 10-16 pop up
Stade Toulousain-Montferrand 20-6 pop up
Stade Toulousain-Toulon 20-25 pop up
Les matchs à l'extérieur
(Play-offs)
Bègles-Stade Toulousain 19-24 pop up
Montferrand-Stade Toulousain 21-30 pop up
Toulon-Stade Toulousain 10-15 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Grenoble 17-19 pop up

1992 - 1993: Du Manoir

1/4 Finale Stade Toulousain-Brive 28-17 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Béziers 26-16 pop up
Finale Stade Toulousain-Castres 13-8 pop up

1993 - 1994: Championnat

Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Dax 26-16 pop up
Stade Toulousain-Dijon 36-6 pop up
Stade Toulousain-Grenoble 54-0 pop up
Stade Toulousain-Mont de Marsan 79-15 pop up
Stade Toulousain-Tarbes 69-7 pop up
Stade Toulousain-Valence d'Agen 55-6 pop up
Stade Toulousain-Auch 26-6 pop up
Les matchs à l'extérieur
(2ème Phase)
Auch-Stade Toulousain 17-3 pop up
Dax-Stade Toulousain 12-12 pop up
Dijon-Stade Toulousain 26-19 pop up
Grenoble-Stade Toulousain 28-22 pop up
Mont de Marsan-Stade Toulousain 13-46 pop up
Tarbes-Stade Toulousain 34-20 pop up
Valence d'Agen-Stade Toulousain 28-44 pop up
Les matchs à domicile
(Play-offs)
Stade Toulousain-Bègles 30-6 pop up
Stade Toulousain-Colomiers 19-9 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 23-13 pop up
Les matchs à l'extérieur
(Play-offs)
Bègles -Stade Toulousain 30-30 pop up
Colomiers-Stade Toulousain 12-32 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 17-11 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Narbonne 26-12 pop up
1/2 Finale Dax-Stade Toulousain 25-30 pop up
Finale Stade Toulousain-Montferrand 22-16 pop up

1993 - 1994: Du Manoir

1/4 Finale Montferrand-Stade Toulousain 28-19 pop up

1994 - 1995: Championnat

Les matchs à domicile
(1ère Phase)
Stade Toulousain-Auch 50-19 pop up
Stade Toulousain-Chateaurenard 52-6 pop up
Stade Toulousain-Graulhet 43-23 pop up
Stade Toulousain-Montpellier 63-23 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 16-16 pop up
Stade Toulousain-Périgueux 50-3 pop up
Stade Toulousain-Usap 21-9 pop up
Stade Toulousain-Toulon 15-8 pop up
Les matchs à l'extérieur
(2ème Phase)
Auch-Stade Toulousain 23-17 pop up
Chateaurenard-Stade Toulousain 6-34 pop up
Graulhet-Stade Toulousain 12-34 pop up
Montpellier-Stade Toulousain 33-28 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 18-12 pop up
Périgueux-Stade Toulousain 13-33 pop up
USAP-Stade Toulousain 19-16 pop up
Les matchs à domicile
(Play-offs)
Stade Toulousain-Nîmes 18-11 pop up
Stade Toulousain-Brive 16-9 pop up
Stade Toulousain-Toulon 15-8 pop up
Les matchs à l'extérieur
(Play-offs)
Nîmes-Stade Toulousain 9-26 pop up
Brive-Stade Toulousain 27-27 pop up
Toulon-Stade Toulousain 16-23 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Agen 19-6 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Bourgoin 16-10 pop up
Finale Stade Toulousain-Castres 31-16 pop up

1994 - 1995: Du Manoir

1/4 Finale Stade Toulousain-Lourdes 35-22
1/2 Finale Stade Toulousain-Toulon 21-13 pop up
Finale Stade Toulousain-Bègles 41-20 pop up

1995 - 1996: Championnat

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Agen 33-26 pop up
Stade Toulousain-Bayonne 29-3 pop up
Stade Toulousain-Grenoble 58-0 pop up
Stade Toulousain-Narbonne 12-12 pop up
Stade Toulousain-Nice 17-0 pop up
Stade Toulousain-Nîmes 41-16 pop up
Stade Toulousain-Racing 41-20 pop up
Stade Toulousain-Toulon 19-12 pop up
Stade Toulousain-USAP 38-21 pop up
Les matchs à l'extérieur Agen-Stade Toulousain 17-22 pop up
Bayonne-Stade Toulousain 15-25 pop up
Grenoble-Stade Toulousain 19-13 pop up
Narbonne-Stade Toulousain 21-20 pop up
Nice-Stade Toulousain 21-26 pop up
Nîmes-Stade Toulousain 23-22 pop up
Racing-Stade Toulousain 12-26 pop up
Toulon-Stade Toulousain 19-13 pop up
USAP-Stade Toulousain 23-11 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Argelès 27-16
1/4 Finale Stade Toulousain-Narbonne 12-9 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Dax 36-23 pop up
Finale Stade Toulousain-Brive 20-13 pop up

1995 - 1996: Coupe Europe

1ère Phase Stade Toulousain-Trévise 18-9 pop up
Constanza-Stade Toulousain 10-54 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Swansea 30-3 pop up
Finale Stade Toulousain-Cardiff 21-18 pop up

1996 - 1997: Championnat

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Agen 18-23 pop up
Stade Toulousain-Béziers 23-7 pop up
Stade Toulousain-Biarritz 55-7 pop up
Stade Toulousain-Bourgoin 21-9 pop up
Stade Toulousain-Castres 20-19 pop up
Stade Toulousain-Dax 15-27 pop up
Stade Toulousain-Grenoble 32-18 pop up
Stade Toulousain-Nîmes 58-18 pop up
Stade Toulousain-Périgueux 44-3 pop up
Les matchs à l'extérieur Agen-Stade Toulousain 29-16 pop up
Béziers-Stade Toulousain 29-30 pop up
Biarritz-Stade Toulousain 25-20 pop up
Bourgoin-Stade Toulousain 27-15 pop up
Castres-Stade Toulousain 21-12 pop up
Dax-Stade Toulousain 13-14 pop up
Grenoble-Stade Toulousain 17-19 pop up
Nîmes-Stade Toulousain 19-25 pop up
Périgueux-Stade Toulousain 7-23 pop up
1/8 Finale Stade Toulousain-Narbonne 24-22 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Colomiers 21-12 pop up
1/2 Finale Stade Toulousain-Agen 23-16 pop up
Finale Stade Toulousain-Bourgoin 12-6 pop up

1996 - 1997: Coupe Europe

Les matchs à domicile Stade Toulousain-Cardiff 36-20 pop up
Stade Toulousain-Munster 60-19 pop up
Les matchs à l'extérieur Wasps-Stade Toulousain 77-17 pop up
Milan-Stade Toulousain 26-44 pop up
1/4 Finale Stade Toulousain-Dax 26-18 pop up
1/2 Finale Leicester-Stade Toulousain 37-11 pop up

1996 - 1997: Du Manoir

1/4 Finale Béziers-Stade Toulousain 25-9 pop up

Retour en haut de page

Sociologie

Au cours de cette décennie, le nombre des joueurs oscille entre 25 et 26, y compris les jeunes espoirs qui montent des équipes du Club. En 1987, le Stade Toulousain ne compte aucun joueur étranger, tandis qu’en 1997, apparaît un Néo-Zélandais.
Les joueurs de 1987, comme ceux de 1997 restent encore « amateurs », cependant ils s’entraînent davantage. La commission des « affaires sociales » doit négocier des aménagements horaires avec les entreprises, avec les universités… Les charges s’alourdissent dans tous les domaines.

Le budget du club connaît une forte progression. De 4,5 millions de francs en 1987, il passe à 8,5 millions en 1997. De l’Ecole de rugby à la « Une », le Stade Toulousain recense 550 licenciés et aligne plus de 12 équipes dans les diverses compétitions fédérales.

L’équipe emblématique du Stade depuis les années quatre-vingts est souvent surnommée : « l’équipe des profs de gym » ! Il est vrai, un nombre significatif de ses joueurs œuvre dans les métiers du sport, soit au sein de l’Education Nationale, soit dans les collectivités territoriales.
Entraîneurs ou joueurs, ils ont parfois été jusqu’à 8 de la profession : Laïrle, Novès, Cigagna, Janik, Deylaud, Palisson, Skrela, Villepreux et encore Marfaing ou Ntamack, sans oublier les étudiants de l’UREPS… Plusieurs entraîneurs, des cadets ou des juniors, sont également enseignants d’EPS.

Le groupe des Champions de France de 1989 atteignait 24 joueurs présents sur la photo du titre. Les entraîneurs, joueurs espoirs, joueurs de l’élite qui constituaient l’effectif 1989-1990, 36 au total, se définissait ainsi : 3 entraîneurs, 7 joueurs espoirs et 26 titulaires.
Cet ensemble, dans ses caractères sociologiques, présentait un niveau scolaire très honorable, bien dans la tradition du rugby du Stade Toulousain :

Etudiants, IUT, UREPS … 11
Métiers du sport, professeurs, éducateurs,… 10
Relations publiques et commerciales 4
Hôtellerie, Tourisme 4
Employés de banque 3
EDF 2
Employé de Collectivité territoriale 1
Ingénieur 1

Retour en haut de page

Le grand journaliste Raymond Sautet, après le titre de 1989 et une très belle saison pour l’ensemble du club, écrivait :

 

Un monument à la gloire du rugby

Quand votre jeunesse a été bercée par le rugby, légende de la « Vierge Rouge » ; quand vous avez l’honneur de fréquenter plus tard le prestigieux Adolphe Jauréguy ou d’apprécier la valeur humaine des Struxiano, Lubin, Larrieu, derniers survivants de cette épopée, vous avez tendance à rêver d’un rugby lumineux.

 

Quand dans les premières années de votre vie professionnelle vous avez eu la chance de pouvoir chanter les louanges d’une équipe comme celle de Robert Barran avec ses internationaux Emile Fabre, Henri Dutrain, Jean Lassègue et le phénoménal Yves Bergougnan, vous devenez exigeant avec le Stade Toulousain.
Cette tendance du journaliste à demander toujours davantage à un club se devant de conserver à Toulouse sa couronne de « Capitale du Rugby » explique sans doute certaines frictions lors de périodes… moroses*. Elle déclencha en tout cas une action préservatrice quand, à l’arrivée de Jean Fabre au pouvoir, une vague* de fond menaça de démolir ce qui allait devenir un monument à la gloire du rugby.

 

Car il s’agit bien de ça. Que l’image vous paraisse excessive dans sa dimension ou sujette au changement, le Stade de 1989 a déjà bâti un chef-d’œuvre en matière de rugby. Rien n’y manque. Ni la solidité, ni le style.
La réception organisée à l’occasion de la remise du Trophée Elf Aquitaine fut sur ce point une sorte de consécration. Car jamais dans l’histoire du rugby un autre club n’a collectionné autant de titres* en une même saison.

 

La couronne nationale aux séniors et aux juniors ! Le Challenge du Club Complet (résultats de cinq équipes réunis), celui de Club du Mois ! Voilà pour l’efficacité ! Mais, comme s’il n’y suffisait pas, le Stade Toulousain a ajouté le plus précieux des diadèmes à sa collection : celui du jeu loyal. Car dans leur course aux divers titres nationaux, des cadets aux séniors en passant par les juniors, la nationale B et les réserves, les « Rouge et Noir » ont aussi devancé tous les clubs français dans le respect de l’esprit du jeu.

 

Que demander de plus pour marquer une époque ? Rien à notre avis. D’autres regretteront qu’une part plus belle ne soit pas faite à certains joueurs de talent au plan international. C’est sans doute vrai. Surtout si, sans la moindre perversité, nous faisons certaines comparaisons avec un autre club de la Garonne…
En attendant, les faits sont là, échappant à toutes les controverses : le Stade, comme à l’époque de la Vierge Rouge, brille au firmament du rugby. Les clubs britanniques eux-mêmes viennent s’inspirer de sa méthode. Ses éducateurs sont sollicités. Les champions de Nouvelle Zélande, Australie, Roumanie, Italie et tutti quanti ont pris la leçon lors des « Masters », traitreusement mis à bas par la suite.

 

La promotion sociale, les rapports avec les grandes sociétés, ceux avec la Municipalité ou le Conseil Général, les facultés et autres institutions, ont été privilégiés avec un tel soin qu’ils ont été - comme les méthodes de jeu - source d’inspiration pour les autres clubs. Joueurs, éducateurs, dirigeants de l’ère Fabre sont entrés dans l’histoire. Quand celle de leur club sera écrite lors du Centenaire, une place leur sera réservée aux côtés de ceux de la « Vierge Rouge ».
Pour faire rêver, comme celle de notre adolescence, les générations futures.

Raymond SAUTET.

 

* Période morose ! Les mêmes causes reproduisent les mêmes effets… Les supporters passionnés de notre rugby ne deviendront jamais sages !
* Une vague de fond ! Allusion aux années difficiles dues à l’expropriation des Ponts Jumeaux, et à toutes les incertitudes qui en ont résulté. Certains périls tout aussi graves avaient été conjurés au cours de la décennie précédente.
* Collection de titres ! Le Stade lui-même a réussi à se surpasser : 1995 (4 titres) 1996 et 1997.

Retour en haut de page

Il est ouvert à sa première promotion en octobre 1988.
Association autonome, loi de 1901, il a pour premier président son fondateur Jean Fabre, pour directeur Pierre Villepreux et pour responsable de la communication André Granereau.

Il répond à l’une des exigences du « projet de club » initié par Jean Fabre : « assurer la promotion sociale du joueur de rugby du Stade ». L’une des grandes forces du Stade Toulousain de Jean Fabre résidait dans la conception certes, mais surtout dans la concrétisation pragmatique d’idées essentielles, telles que « donner au joueur le meilleur cadre de vie, afin de lui permettre de fournir le meilleur de lui-même sur le terrain ».

Le Centre de Formation avait un objet social, une fonction de passerelle entre le rugby et un métier, donc un emploi.
Les grands joueurs du Stade des vingt dernières années y sont passés : Hugues Miorin, Jérôme Cazalbou, Franck Belot, Christian Califano, Joël Dupuy, Michel Marfaing, Thomas Castaignède.

Le « projet de club » de Jean Fabre comportait une « commission des affaires sociales » qui œuvrait dans les domaines de l’éducation, la formation l’insertion et la reconversion professionnelles. Peu à peu, le Centre de Formation s’est substitué à cette commission.
En 19 ans, le centre a subi des évolutions considérables, mais il a conservé intactes ses valeurs premières, il reste fidèle à ses ambitions.


Les missions actuelles du Centre



De sa naissance, il a donc conservé le rôle social : études débouchant sur l’obtention de diplômes universitaires ou de qualifications professionnelles, insertion professionnelle, reconversion par la définition d’objectifs individuels pour les joueurs et la mise en place des ateliers spécifiques y afférents.
Il prépare et exécute le plan de formation des personnels de la SASP.

Depuis 1999, il est Centre de Formation Sportif, et forme, pour la SASP, les futurs professionnels du club.
Enfin, il sert de levier dans la réalisation des actions du « Club Citoyen ».


L’organisation du Centre de Formation



Pour accomplir ces missions, il s’est organisé dans sa structure et a redéfini ses outils :
Moyens en personnels, professeurs vacataires une douzaine, cadres spécifiques directeur sportif, prof de musculation, ou administratifs directrice générale, adjointe financière et médicale, adjointe pédagogique, sans oublier les cadres médicaux.
Le centre a particulièrement étoffé son staff de spécialistes. Il s’est doté de savoir-faire originaux en particulier dans le management des ressources humaines. La « recherche », source de progrès, y demeure permanente.

Les joueurs professionnels, les joueurs espoirs, rencontrent de plus en plus de difficultés pour se former au sein des instances traditionnelles. Le Centre a donc créé sa propre Ecole Technique privée qui prépare BEP, BAC ou BTS.
Le Centre de Formation est piloté par un Conseil d’Administration (président Serge Lemaire), de 18 membres qui représentent les administrations (5) : Rectorat, Inspection Académique, DRJS, Conseil Régional, Mairie, des grandes entreprises (GMF et EADS), le Comité Midi-Pyrénées de Rugby (1), et le Stade Toulousain (10 dirigeants).


Les résultats du Centre de Formation



Le Centre de Formation répond au cahier des charges, riche mais exigeant, édicté par la LNR et le ministère de la Jeunesse et des Sports. Evalué chaque année, il est classé depuis l’origine dans le groupe 1 des Centre de Formation et totalise les meilleurs scores.

En 2006, la LNR a dressé le bilan suivant : au total 285 points sur 330. Le Centre est classé 1 dans tous les domaines, sauf dans celui des infrastructures, car il ne pratique pas, c’est un choix réfléchi de formation, ni restauration ni internat.

Les critères :
- Infrastructures du Centre, coef. 1.
- Organisation de la formation sportive et suivi médical, coef. 2.
- Organisation de la formation scolaire, universitaire et professionnelle, coef.2.
- Efficacité du Centre sur le plan sportif et sur le plan scolaire, coef. 3.

 

Fin 2005 et 2006, 10 stagiaires du Centre de Formation ont signé des contrats Pro : 6 au Stade Toulousain, 2 en Top14 et 2 en Pro D2.
En 2007, le Centre de Formation vient de recevoir pendant deux jours les inspecteurs de la DTN et de la DRJS. Ils ont déclaré « …considérer le Centre de Formation du Stade Toulousain comme un exemple… ».

Retour en haut de page

Palmarès

C’est la dernière décennie du rugby amateur, avant l’ère du professionnalisme. Quelques frémissements en annoncent les profonds changements. 21 joueurs sont inscrits sur la feuille de match, mais deux seulement, au maximum, pourront entrer, sur blessure ! Le coatching va bientôt apparaître…

 

Décennie éblouissante ! Décennie record ! Les équipes « Une » et « Reichel » réussissent toutes les deux un « quarté » dans le Championnat de France. Aucun autre club n’avait encore atteint à un tel degré de performance.
Les « Rouge et Noir », le 6 janvier 1996, à Cardiff, remportent la première Coupe d’Europe. Ils tiennent le doublé, Europe et Championnat en Juin. Depuis lors, aucune équipe n’a pu réitérer cet exploit. Le palmarès de la décennie, toutes équipes confondues, reste particulièrement éloquent.


LA « UNE ».



Championne d’Europe 1996 ;

Championne de France 1989, 1994, 1995, 1996, 1997 -, Finaliste en 1991. (Le Stade a disputé 6 finales sur 10 possibles).

Challenge Yves du Manoir 1988, 1993, 1995. (Cette année-là notre équipe réussi le doublé, Championnat - du Manoir).

International Master Matra, encore dénommé « Centenaire du Rugby à Toulouse » qui réunit des clubs des deux hémisphères et quelques équipes nationales en 1990.


L’Association.



Equipe II:  Championne de France 1992.
Juniors Reichel. Champions de France - 1988, 1989, 1990, 1991 -, 1994, 1995. Ils sont six fois Champions sur 10 ans, une longévité extraordinaire.
Juniors Crabos. Champions de France 1997, Finalistes 1990.
Cadets A. Champions du Challenge Gaudermen 1988, 1995, 1997, Finalistes 1990, 1996.


Le Club Complet.



Le Stade Toulousain, en 1988, 1989, 1992, 1994, 1995, 1997, soit six fois sur dix, est reconnu comme le meilleur club formateur de France.


Au cours de la décennie, le Club se distingue aussi par son « jeu ». Il pratique le rugby « de mouvement » né dans les dix années précédentes. Il conserve une large avance sur les autres équipes et commence à évoluer vers le rugby d’aujourd’hui.
Dans son organisation, dans ses structures, dans son mental, dans ses comportements, il se prépare à franchir le pas essentiel qui le fera passer du statut amateur au statut professionnel. Les joueurs sont encore des « amateurs », ils occupent des emplois, travaillent effectivement, mais le poids du rugby se fait de plus en plus prégnant.

Retour en haut de page

L'équipe Une

Coupe d'Europe

1 Finale gagnée:

Le 7 janvier 1996
A Cardiff (National Stadium)
Stade Toulousain bat Cardiff 21 à 18 (ap)

Pour Toulouse: 2 essais de Castaignède et Cazalbou ; 2 pénalités et 1 transformation de Deylaud ; 1 drop de Castaignède.
Pour Cardiff: 6 pénalités de A. Davies
Stade Toulousain: Ougier – Ntamack, P. Carbonneau, Castaignède (Artiguste), Berty (Mola) – (o) Deylaud, (m) Cazalbou – Manent, Dispagne, Lacroix (Castel) – Belot, Miorin – C. Portolan, Soula (Guiter), Califano.

Championnat

5 Finales gagnées:

Le 27 mai 1989
A Paris (parc des Princes)
Stade Toulousain bat Toulon 18 à 12

Pour le Stade Toulousain: 2 essais de Laïrle, Charvet ; 2 pénalités de Charvet, Dupuy ; 2 transformations de Dupuy.
Pour Toulon : 3 pénalités de Bianchi; 1 drop de Cauvy.
Stade Toulousain: Dupuy – Rancoule, Codorniou, Charvet, Berty – (o) Rougé-Thomas, (m) Cazalbou – Janik, Cigagna (cap.), Maset (Lecomte) – Cadieu, Miorin, - C. Portolan, Soula, Laïrle (G. Portolan).

Le 28 Mai 1994
A Paris (parc des Princes)
Stade Toulousain bat Montferrand 22 à 16

Pour le Stade Toulousain:1 essai de Cazalbou ; 3 pénalités, 2 drops et 1 transformation de Deylaud.
Pour le Montferrand: 1 essai de Juillet; 1 transformation et 3 pénalités de Pradier
Stade Toulousain: Dupuy – Ntamack, P. Carbonneau (Mola), O. Carbonneau, (Castaignède), Berty – (o) Deylaud, (m) Cazalbou – Sonnes, Cigagna (cap.), Cester – Belot, Miorin – C. Portolan, Soula (Guiter), Califano.

Le 6 mai 1995
A Paris (parc des Princes)
Stade Toulousain bat Castres 31 à 16

Pour le Stade Toulousain: 1 essai d'Ougier ; 7 pénalités, 1 drop et 1 transformation de Deylaud.
Pour Castres: 1 essai de Séguier; 1 transformation et 2 pénalités de Savy; 1 drop de Rui.
Stade Toulousain: Ougier – Ntamack, P. Carbonneau, Castaignède, Berty – (o) Deylaud, (m) Cazalbou (Artiguste) – Sonnes, Cigagna (cap.), Lacroix (Castel) – Belot, Miorin – C. Portolan, Soula, Califano.

Le 1er juin 1996
A Paris (Parc des Princes)
Stade Toulousain bat Brive 20 à 13

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Berty; 2 pénalités de Castaignéde; 1 pénalité de Deylaud; 1 drop de Deylaud; 1 drop de Castaignéde
Stade Toulousain: Ougier; Ntamack (cap.), Castaignède, P. Carbonneau, Berty; Deylaud (o) (Artiguste), Cazalbou (m) (O.Carbonneau); Magnent, Dispagne, Lacroix (Castel); Belot, Miorin; Cl. Portolan, Soula, Califano.

Le 1er juin 1997
A Paris (parc des Princes)
Stade Toulousain bat Brive 20 à 13

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Berty ; 3 pénalités de Castaignède (2), Deylaud ; 2 drops de Deylaud, Castaignède.
Pour Brive: 1 essai de R. Paillat; 1 transformation et 2 pénalités de S. Paillat
Stade Toulousain: Ougier – Ntamack (cap.), P. Carbonneau, Castaignède, Berty – (o) Deylaud (Artiguste), (m) Cazalbou (O. Carbonneau) – Manent, Dispagne, Lacroix (Castel) – Belot, Miorin – C. Portolan, Soula, Califano.

1 Finale perdue:

Le 1er juin 1991
A Paris (Parc des Princes)
Bègles bat Stade Toulousain 19 à 10

Pour Bordeaux: 2 essais de Courtiols (6) et Mougeot (32); 1 transformation (6) et 2 pénalités (47, 79) de Sallefranque; 1 drop de Reigt
Pour le Stade Toulousain: 2 essais de Cazalbou (66, 76)
Stade Toulousain: Ougier; Rancoule, Marfaing, Bondouy (puis Bonneval, 61), Berty; (o) Rougé-Thomas, (m) Cazalbou; Dalla-Riva, Cigagna (cap), Marin; Cadieu, Miorin; C. Portolan, Soula, G. Portolan (puis Garcia, 50)

Challenge Yves du Manoir

3 Finales gagnées:

Le 20 mai 1988
A Bayonne (Saint-Léon)
Stade Toulousain bat AS Dax 15 à 13

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Rancoule (58ème); 1 transformation de Lopez; 3 pénalités de Lopez (18ème, 53ème) et vDupiy (78ème).
Pour Montferrand: 1 essai de Sallefranque (35ème); 3 pénalités de Th. Lacroix (4ème, 47ème, 54ème).
Stade Toulousain: Dupuy; Lecomte (puis Novès, 42), Novès (puis Bonneval, 42), Charvet, Rancoule; (o) Codorniou, (m) Lopez; Maset, Cigagna, Janik (puis Lecomte, 42); Giraud (cap), Coumes; G. Portolan (puis Laïrle, 52), Soula, C. Portolan.

Le 12 juin 1993
A Agen (Armandie)
Stade Toulousain bat Castres Olympique 13 à 8

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Marfaing (64ème); 1 transformation de Marfaing; 2 pénalités de Deylaud (65ème) et Mola (67ème).
Pour le Castres Olympique: 1 essai de Bergès (78ème); 1 pénalité de Labit (36ème).
Cartons jaunes: Miorin (36ème) et Batut (36ème)
Stade Toulousain: Ntamack; Ougier, marfaing, Ph; Carbonneau, Mola; (o) Deylaud, (m) O. Carbonneau; Castel, Cigagna (cap), Maset; Miorin, Belot; Califano (puis Bernabeu, 74), Soula (puis Guiter, 53), Diniz (puis Pueyo, 53).

Le 14 mai 1995
A Bordeaux (Parc Lescure)
Stade Toulousain bat Bègles 41 à 20

Pour le Stade Toulousain: 6 essais de Ougier (6), Artiguste (23, 74), Ph. Carbonneau (33), Mola (36), O. Carbonneau (71); 4 transformations de Castaignède (23, 33, 71), Mola (74); 1 pénalité de Castaignède (54).
Pour Bègles : 2 essais de Morizot (17), Labracherie (48); 2 transformations et 2 pénalités (43, 69) de Etcheto.
Cartons jaunes: Collazo et Soula (52)
Stade Toulousain: Ougier; Mola, Artiguste, O. Carbonneau, Berty; (o) Castaignède, (m) Ph. Carbonneau; Castel, Cigagna, Cester (puis Lacroix, 59); Belot (puis Manent, 70), Miorin; Portolan, Soula, Lasserre.

L'équipe Deux

Championnat

1 Finale gagnée:

Le 14 juin 1992
A Quillan
Stade Toulousain bat USAP 22 à 12

Pour le Stade Toulousain: 2 essais de Moreau et Marin; 1 transformation et 4 pénalités de Andrew.
Pour Perpignan: 4 pénalités de Baills.
Cartons rouges: Lacroix et Pradal; Zitouni.
Stade Toulousain: Andrew; Fillat, Grabot, Gratien, Moreau; (o) Ph. Carbonneau, (m) Tomasella; Charras, Marin, Lacroix; Belot, Milville (puis Lasserre, 34); Imart, Guiter, Diniz (puis Lorente, 1984)

Les Reichel

Championnat

6 Finales gagnées:

A Biarritz (Aguilera) - Le 22 mai 1988
Stade Toulousain bat Pau 38 à 6 (mi-temps: 30-0)

Pour le Stade Toulousain: 7 essais de Noinain, Berty (2), Bernabeu, Verzeni, Daumen et de pénalité; 5 transformations de De Giusti.
Stade Toulousain: De Giusti; Berty, G. Robert, Canavy, M. Robert; (o) Lecussan, (m) Biamouret (cap); Noinain, Marin, Pons; Miorin, Fillol; Bernabeu, Bernadinatti, Verzeni.
Entrés en cours de jeu: Daumen, Cazalbou, Galan, Bernoud, Charras, Duprat.

A Sorgues - Le 4 juin 1989
Stade Toulousain bat Grenoble 26 à 3 (mi-temps: 12-3)

Pour le Stade Toulousain: 4 essais de Marfaing, Robert, Tomasella et Ntamack; 2 transformations et 2 pénalités de Ntamack..
Stade Toulousain: Ntamack; Robert, Marfaing (puis Davin, 40), Canavy, Daumen; (o) Lécussan (cap), (m) Tomasella; Lacroix (puis Lamaignerie, 21), Charras, Noinain (puis Bedos, 63); Salmon (puis Christaud-Braize, 60), Lasserre; Duprat, Fadat (puis Guiter, 40), Diniz (puis Galan, 40).

A Carcassonne (Albert Domec) - Le 3 juin 1990
Stade Toulousain bat Grenoble 31 à 3 (mi-temps: 14-3)

Pour le Stade Toulousain: 5 essais de Castel, Gratien, Berty (2) et Carbonneau; 1 transformation et 1 pénalité de Pons; 2 drops de Pons et Carbonneau.. Stade Toulousain: Ntamack; Gratien, Marfaing, Bedos (puis Maymat, 50), Berty; (o) Pons (puis Tomasella, 53), (m) Ph. Carbonneau; Dalla-Riva, Castel, Lacroix (cap); Milville (puis Delrieu, 50), Belot (puis Christaud-Braize, 56); Naboulsi, Fadat (puis Guiter, 41), Diniz (puis Menchou, 64)

A Carcassonne (Albert Domec) - Le 9 juin 1991
Stade Toulousain bat Béziers 26 à 9 (mi-temps: 8-9)

Pour le Stade Toulousain: 5 essais de Giorza, Gratien, Darasse, Sarrazin, Bautista; 3 transformations de Dupuy.
Stade Toulousain: Mola (puis Bauttista, 69); Esquirol, Giorza (puis Fillat, 51), Gratien, Sarrazin; (o) Dupuy, (m) Ph. Carbonneau (cap); Castel, Blanc (puis Darasse, 48), F. Ntamack; Gaston (puis Delrieu, 53), Belot; Naboulsi (puis Imart, 66), Brousse (puis Labatut, 71), Gomez.

A Béziers (stade de la Méditerranée) - Le 5 juin 1994
Stade Toulousain bat Nîmes 21 à 3 (mi-temps: 13-3)

Pour le Stade Toulousain: 2 essais de Bacqué et Castaignède; 1 transformation et 3 pénalités de Castaignède.
Stade Toulousain: Garbajosa (puis Bauttista, 73); Legrand, Castaignède, Mola, Calvel (puis Bonhoure, 40); (o) Cather, (m) Rapin; Etchalus, Bacqué, Mappalia; Foltran, Cappelleri; Salas, Bru (cap), Audu

A Albi (Stadium) - Le 18 juin 1995
Stade Toulousain bat Castres 13 à 8 (mi-temps: 13-3)

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Mérini; 1 transformation et 2 pénalités de Castaignède.
Stade Toulousain: Garbajosa; Legrand, Pinel, Laurens, Lapoutge; (o) Castaignède, (m) Galy; Bisaro, Lafont-Puyo (puis Tabarly, 75), Raffin; Mattalia ()uis Moulucou, 70), Couzinet; Bégarie (puis Falco, 70), Mérini, Audu.

Les Crabos

Championnat

1 Finale gagnée:

A Laloubère - Le 25 mai 1997
Stade Toulousain bat Pau 32 à 17 (mi-temps: 6-8)

Pour le Stade Toulousain: 4 essais de Pujol, Delgado (2) et Pujos; 3 transformations de Penche (2) et Fillol; 2 pénalités de Fillol.
Stade Toulousain: Igarza; Delgado, Brun, L. Basque, Veaux; (o) Penche, (m) Fillol; Sellan, Servat, Chatonnay; Guffroy, Martinez; Sandre, Bonrepaux, Raharijoana.

Les Cadets

Gaudermen

3 Finales gagnées:

A Bayonne (Saint Léon) - Le 20 mai 1988
Stade Toulousain bat Racing Club de France 11 à 6 (mi-temps: 0-0)

Pour le Stade Toulousain: 2 essais collectif et Gratien; 1 pénalité de Gratien.
Stade Toulousain: Fillat; Esquirol, Giorza, Gratien, Gourdon; (o) Dupuy, (m) Ph. Carbonneau (cap); Rouard (puis Darasse, 40), Blanc, Cros; Delrieu, Grisbandau (puis Belot, 40); Grolleau, Nadau (puis Labatut, 40), Carballes.

A Balma - Le 4 juin 1995
Stade Toulousain bat Colomiers 5 à 3 (mi-temps: 0-3)

Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Martinez.
Stade Toulousain: Delgado; Vannet, Basque (puis Lauvernet, 35), Guinot, Lourdel; (o) Veaux, (m) Catala (puis Razas, 40); Chatonnet (puis Castéra, 38), Servat, Gonzalès; Gufroy (puis Rous, 57), Martinez (cap); Moreau (puis Ramarljoana, 57), Bonrepaux, Vernhes.

A Périgueux - Le 8 juin 1997
Stade Toulousain bat Dax 12 à 10 (mi-temps: 12-3)

Pour le Stade Toulousain: 2 essais de Boulze et Doumerc; 1 transformation de Guiard.
Stade Toulousain: Champié; Boulze, Gargallo, Turo, Raynaud; (o) Doumerc, (m) Guiard; Louembey, Moulet (cap), Bernaud; Vignard, Véronèse; Garcia, Faltret, Sestaret.

Retour en haut de page

Mur du palmarès

C’est le palmarès le plus riche de tout le rugby français.
Le mur a été rebâti en 1990 à l’occasion du centenaire ; il était déjà dressé aux Ponts Jumeaux mais n’avait pas été reconstruit. La sculpture date de 1924. Elle est l’œuvre du sculpteur toulousain Parayre et relève de la technique de la taille directe très à la mode à cette époque.
Elle représente le rugbyman Rouge et Noir remerciant ou implorant la Victoire, la «Vierge Rouge».

En 1912, notre équipe, vierge de défaite, qui a tout gagné en amical, en matchs internationaux, dans le championnat, a été surnommée « La Vierge Rouge », la Vierge Noire, en effet, se trouve en l’église de La Daurade.
Notre Rugbyman prie, il implore La Vierge Rouge de lui donner la Victoire. En considérant le palmarès, nous pouvons penser aujourd’hui qu’il la remercie, même si nous restons insatiables, si nous voulons toujours gagner ; tous nos efforts y tendent.

 

Nous remarquons trois quartés :
La Une à la fin du 20ème siècle,
Les Reichel à la fin de la décennie quatre-vingts,
La Trois au début du siècle !

 

Le monument du Palmarès témoigne de la valeur, des valeurs humaines et sportives des générations et des générations de joueurs qui se sont succédées sous le maillot Rouge et Noir. Il n’y a pas de gloriole dans ce mur, seulement de la reconnaissance.

Henri Parayre, est né à Toulouse le 9 juillet 1879 ; il est décédé à Conques le 3 décembre 1970. Fils d’un artisan menuisier, élève de l’école des Beaux-Arts de Toulouse, il a pour maître Théodore Rivière (sculpteur fameux) ; il rencontre là André Abbal. Il étudie ensuite à Paris, travaille au chantier de l’Exposition Universelle (1900), puis s’installe à Béziers en 1904. En 1907, il est nommé professeur à l’école des beaux-arts de sa ville natale.
Parmi ses œuvres majeures, « La Pensée », un marbre de 1908. Henri Parayre se montre comme un artiste éclectique ; il sculpte sur bois des thèmes animaliers ; il s’intéresse aux arts décoratifs : meuble, broderie, céramique à propos de laquelle il crée à Martres Tolosane de 1914 à 1920.
Sa Victoire, au Stade Toulousain, date de 1924.

 

Proche de Rodin, influencé par Maillol, par Abbal, il pratique l’art de la taille directe, en opposition à la sculpture par moulage. Une de ses œuvres, imposante, de 1930, « La mère et l’enfant » orne l’entrée principale de la piscine Nakache, île du Ramier.
Il devient directeur de l’école des beaux-arts de Toulouse en 1933. Il participe, de 1908 à 1959, avec assiduité aux Salons des Artistes Méridionaux . Il se retire ensuite à Conques.

Retour en haut de page

1987 - 1988

1988Debouts: Cl. Portolan, Cadieu, Lecomte, Giraud, G. Portolan, Janik, Cigagna, Maset, Savio, Soula.
Accroupis: Rancoule, D. Santamans, Maury, Ougier, Lopez, Rougé-Thomas, Charvet, Codorniou, Dupuy, Bonneval.

1988 - 1989

19893ème rang: Coumes, Miorin, Lecomte, Cadieu, Janik, G. Portolan, Maset, Garcias, Cl. Portolan, Laïrle, Soula, D. Santamans, Tépé (docteur)
2ème rang: Coste-Garriguet (docteur), Skréla, Dupuy, Rougé-Thomas, Cigagna, Charvet, Lopez, Codorniou, Bonneval, Novès.
1er rang: Ougier, Cazalbou, Rancoule, Berty, Roca.

Retour en haut de page

Presse 1989
1989

 

Presse 1994
1994

 

Presse 1996
1996 (Championnat)

 

Presse 1996
1996 (Coupe d'europe)

 

Retour en haut de page

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15