Marius Escoffres


Président du Stade Toulousain:

  • de 1957 à 1962



  •                                            

    Il succède à Henri Cazaux qui a effectué une première présidence de 1954 à 1957.

    Marius Escoffres était déjà un ancien dirigeant du Stade Toulousain, puis du Stade Toulousain Rugby. Ainsi, le 12 novembre 1945, lors de l’élection du « premier Bureau » de la Section rugby, après la création officielle de l’Omnisport, il reçoit, en responsabilité, la charge de « diriger l’Equipe 2 ». Son beau-frère, le troisième ligne Loubet, œuvrait surtout en équipe 2, il fut quand même titulaire à 4 reprises en 1950, dans le team fanion.

    Marius Escoffres, homme simple et discret, très avenant, aimait parler « rugby », il ne dédaignait pas de le raconter simplement aux enfants. Fidèle à ses couleurs, Stadiste convaincu, il prit la présidence, presque par devoir, dans une période où son club ne brillait pas.

    Il accepta par la suite de devenir le Vice président délégué du président Sabathou de 1962 à 1964, et le Vice président du président André Brouat de 1964 à 1966. Il a également été membre du Comité Directeur du Stade Toulousain Omnisport.

    Commerçant. Il tenait le métier de « chevrotier », c'est-à-dire de chevillard en chevreaux et moutons. Il possédait sa loge dans la grande salle commune, (un complexe commercial avant la lettre), ouvert à tous les grossistes en viande des abattoirs de Toulouse. Ces abattoirs, dus à l’architecte de la Ville Urbain Vitry, sont, aujourd’hui, devenus Musée d’Art Moderne.

    Cette salle des ventes en gros, réservée aux intermédiaires, portait un nom célèbre dans le monde du Rugby, celui d’Octave Léry. Décédé en 1938, Docteur vétérinaire, Léry était le Directeur des Services vétérinaires de la ville de Toulouse, et régnait sur ces lieux.

    Marius Escoffres habitait rue des Fontaines à Saint-Cyprien, à deux pas de son travail, à trois pas des Ponts Jumeaux, son Club.

    Fidèle à ses couleurs, stadiste convaincu, il estimait que le Stade Toulousain méritait qu’on le soutienne.