André Haon


Président du Stade Toulousain:

  • de 1930 à 1935



  •                                            
    Avocat. Bâtonnier de l’Ordre (1936-1938). André Haon a été Président du Stade Toulousain de 1930 à 1935.
    Il avait lui-même pratiqué, à l’époque du SOET, sur la Prairie des Filtres au sein de l'équipe III du club et, plus tard, il sera membre de la Société des Amis du Stade qui se crée. Il pensait que : « … le sport est une école de solidarité et d’entraide, de meilleure compréhension entre les êtres… »
    Le bâtonnier Albert Viala, en dresse le portrait : « … la silhouette courte et ramassée du bâtonnier, assis derrière son bureau, la tête puissante, la bonté du regard, la chaleur de la voix…, dignité, modestie, discrétion…, les décorations ornant sa robe d’avocat, toutes conférées à titre militaire… »

    Il est désigné Maire de Toulouse par le gouvernement de Vichy. Durant quatre ans, il ne percevra pas la moindre indemnité en compensation de la gestion de la commune, comme du reste ses adjoints et conseillers.
    Il garde sa lucidité et son libre-arbitre de citoyen français patriote et ne cède pas à l’ennemi. Il est arrêté par la Gestapo le 9 juin 1944. Le débarquement a suscité une vague d’arrestations dans toute la France, de ceux que les nazis nommaient « deutschfeindlich », soit « particulièrement hostiles à l’Allemagne », dans le contexte de l’époque : « ennemis déclarés ».

    Enfermé à Saint-Michel, il passe par le camp de Compiègnes le 12 juin. Le 15 juillet il est déporté en Allemagne, camp de Neuengamme, à 30 kilomètres de Hambourg. Libéré, il est de retour à Paris le 18 mai 1945 et  regagne Toulouse, seul, par le train.
    Il reprend le Barreau.
    Retiré à Toulouse, dans la maison de retraite municipale des Tourettes, route de Lardenne, il est fauché par une voiture alors qu’il traversait cette route. Il est tué sur le coup, le 2 mai 1967, à 79 ans.
    André Haon était Commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’honneur.