Louis THOMAS


Président du Stade Toulousain:

  • de 1938 à 1942



  •                                            
    Lors de l’Assemblée Générale de 1938, un chirurgien éminent Albert Ginesty, cède sa place à un chirurgien non moins éminent, professeur d’Anatomie à l’université et chirurgien libéral : Louis Thomas.
    Le docteur Thomas est audois d’origine, né à Miraval Cabardès en 1898. Après son Baccalauréat, il décide de se consacrer à la médecine. Il s’engage dans l’armée en 1915, il a dix-sept ans. Il effectue d’abord de courtes études à Lyon, au Fort des Genêts, puis combat sur le front en 1917 et 1918.
    La Grande Guerre terminée, il revient à Toulouse afin d’y achever ses études. Il pratique alors le rugby au Stade Toulousain, et choisit de se fixer dans la Ville Rose après un intermède de deux années à Lille ; de 1930 à 1932, il y exerce comme professeur à la Faculté de médecine.
    Au cours de ses études, Louis Thomas a donc joué au Stade. Pilier gauche, il n’a jamais changé de poste, il assurait la doublure du grand international toulousain Serres, et œuvrait surtout en équipe 2.
    Il aimait rappeler à ses enfants la grande épopée du Stade des années « Vingt », fier d’avoir joué avec Vignolles ou Jauréguy. Né pilier, il l’était resté, il racontait ses impressions alors que le grand Marcel Lubin-Lebrère poussait derrière lui. Il enseignait à ses enfants les techniques et les astuces du jeu de pilier, leur faisait simuler la première ligne et comme il manquait de garçons, c’était sa fille qui tenait le « talon » !
    Retour de Lille, professeur à la Faculté de Toulouse, il devient dirigeant de son ancien Club. Il accède à la Présidence dans une période noire pour le rugby, suppression du championnat de France coupable de trop de maux : brutalités, amateurisme marron, et autres avanies morales, en 1939. Il affronte les premières années de la Seconde Guerre mondiale et les difficultés qu’elle génère au sein du rugby en général et du Stade Toulousain en particulier. AvecLouis Thomas, ce sont Pierre Pons et Louis Puech, tous les trois joueurs des années vingt, tous les trois joueurs de première ligne, qui tiendront les rênes du Club jusqu’en 1951 et franchiront ce cap difficile d’où jaillira la lumière.
    Le docteur Louis Thomas a pratiqué, en « libéral », la chirurgie générale jusqu’en 1975. Il est décédé à Toulouse, où réside sa famille, en mai 1981.