Daniel SANTAMANS

Né le 4 septembre 1959 à Lombez, Daniel Santamans n'aura connu que deux clubs dans sa carrière de joueur: Blagnac, où il a débuté, et le Stade Toulousain, qu'il rejoint en 1977 pour un long bail de douze saisons.

Doté d'un gabarit  modeste (1,77m pour 77 kilos)  pour un talonneur,  il aura pourtant traversé les années toulousaines avec une régularité exemplaire et ainsi accquis un palmarès éloquent: 3 titres de champion de France (1985, 1986 et 1989) un Challenge du Manoir (1988) et une Coupe  de France (1984).
"Je n'étais pas un grand joueur de rugby, mais j'avais d'autres qualités. J'ai dû compenser mon manque de poids par un dynamisme, une agressivité qui m'ont permis de jouer, de toucher le ballon", raconte-t-il.
Si Daniel a disputé 177 matchs au sein de l'équipe première, tout n'a pas été gagné d'avance pour lui. "Ma carrière a toujours été un combat pour savoir si j'allais être ou non titulaire. Je l'ai toujours été, mais en arrivant à l'entraînement, dans ma voiture, pas une fois je n'ai été certain de l'être. Cela m'a forgé, et le terrain a fini de m'endurcir. Je n'ai jamais connu la tranquillité", confesse l'ancien rouge et noir.
En 1988-89, il ne joue que quatre rencontres pour la Une. Le moment est venu, à pas encore trente ans, de tirer sa révérence. "Vu le contexte, mon gabarit, la concurrence, les jeunes qui poussaient... Et puis j'étais moins performant, il me fallait faire beaucoup d'efforts. Mais je n'ai aucun regret. Je suis content de ma carrière."
Sitôt sa "petite mort" accomplie, Daniel Santamans apprend le métier d'entraîneur au contact des jeunes du Stade. Il remportera quatre titres de champions de France Reichel (1990, 1991, 1994 et 1995)  avant de prendre les rênes de l'équipe première pour deux saisons, au côté de Guy Novès. Il soulèvera ainsi le Brennus une quatrième fois, cette fois en tant qu'entraîneur, après le succès sur Montferrand (15-11) acquis de haute lutte au Stade de France.
Depuis, il a été entraîneur de Lourdes, Tarbes, avant d'effectuer un retour aux sources à Blagnac et mener de paire une carrière de sélectionneur national de la Roumanie.
Daniel nous a quittés trop tôt, alors qu'il avait à peine 49 ans, en juillet 2008.