Philippe Struxiano

C'est le football vers lequel se tourne en premier lieu Philippe Struxiano. Il sera remplaçant de l'équipe de France en 1910, signe évident d'une disposition naturelle pour tous les sports.
Converti au rugby, "Struc", personnage entier, capitaine, buteur et stratège, se révèle un meneur d’hommes au caractère bien trempé et mise sur la puissance des avants dont il est le cornac.
Incontestablement, il est l'un des premiers rebelles du sport français, comme en atteste sa carrière en équipe de France. Appelé sept fois entre 1913 et 1920 (le 3 avril de cette année-là, il fait partie du premier XV de France à s'imposer sur le sol britannique, face à l'Irlande), il se voit préféré Roger Piteu derrière le pack à l'aube du Tournoi 1921. Après deux revers consécutifs, il est rappelé par les sélectionneurs, mais refuse de se rendre à la convocation. C'est la fin de l'aventure en Bleu pour Struc.
Sa carrière en club sera bien plus riche en titres, puisqu'il est sacré champion de France à deux reprises, à dix ans d'intervalle, en 1912 et 1922, et finaliste en 1921. Il met fin à ca carrière à l'issue du titre de 1922, et certaines de ses phrases, volontairement provovatrices, ont traversé les décennies: "Donnez-moi huit bourriques et nous serons champions de France", est la plus célèbre d'entre elles.
Dans les années 40, il présidera la Commission technique du Stade Toulousain. Philippe Sruxiano est décédé le 21 avril 1956.