Jean-Baptiste Poux

Jean-Baptiste Poux pose ses bagages à Toulouse en 2002. A 23 ans, il a déjà connu l’équipe de France à plusieurs reprises, pour des Test-Matchs et pour le Tournoi des VI Nations 2002.

Il est sacré Champion d’Europe dès sa première saison au Stade Toulousain. Dans la continuité de ce titre, il obtient son billet pour la Coupe du Monde 2003, dont les Bleus seront demi-finalistes.

A partir de la saison 2004-2005, Jean-Baptiste Poux s’impose comme l’un des joueurs clés de l’équipe rouge et noire. En effet, si le pilier est d’un naturel discret, ses performances sur le terrain sont, pour leur part, tout à fait remarquables. Sa régularité fait de lui une valeur sûre et lui permet d’enchaîner les matchs, que ce soit avec Toulouse ou avec le XV de France.

.

En 2013, après onze saisons passées au club, le pilier fait ses adieux pour partir vers Bordeaux-Bègles. De ses années rouge et noire, auréolées de trois Boucliers de Brennus (2008, 2011, 2012) et de trois titres de Champion d’Europe (2003, 2005, 2010), il ne retient que du positif :

« Il y a d’abord tous ces titres, pour un rugbyman, c’est le plus important. J’ai fait la connaissance de pleins de gens que je n’aurais jamais rencontré sans être ici, c’est une chance d’avoir évolué dans ce groupe. Pour moi, il n’y a que du positif. C’est vrai qu’on aurait envie de toujours vivre ces moments de victoires et de grandes joies, mais c’est normal que ça s’arrête. Pour ma part, sur onze ans au Stade, il n’y a eu que deux saisons où je n’ai pas joué de finale, c’est exceptionnel »