Toulouse - Racing 92

Les jeunes poussent

Toulouse - Racing 92

Depuis plusieurs années, la formation des jeunes joueurs se trouve au centre des préoccupations du Stade Toulousain et du Racing 92, que nous verrons s’affronter ce samedi, dès 21h05, au stade Ernest-Wallon. Divers indicateurs témoignent de leur volonté de développer ces talents et de grandir par leur éclosion au plus haut-niveau.

L’an passé, le Stade Toulousain a été élu meilleur Centre de Formation de Top 14, et ce pour la troisième fois depuis l’instauration de ce classement. Mais le souci de ses jeunes joueurs, le club haut-garonnais l’a chevillé au corps.
Après avoir glané leur championnat en 20/21, les Espoirs ont chuté sur la dernière marche l’an passé, quand les Crabos soulevaient le Bouclier de leur catégorie. Leur potentiel leur ouvre les portes des entraînements avec le groupe professionnel, voire celles des matchs. Joshua Brennan, Guillaume Cramont, Paul Mallez, Dimitri Delibes, Maxime Duprat, Théo Ntamack… depuis le départ de cet exercice, ces 6 champions de France Espoirs en 2021 ont foulé les pelouses du Top 14 avec le maillot Rouge et Noir. Sur les 3 premières feuilles de match cette saison, Toulouse alignait une moyenne de 13 joueurs passés par sa formation, quand le Racing 92 en comptait 12. Des chiffres éloquents qui illustrent la confiance portée en ces joueurs biberonnés aux principes de jeu des deux formations.


Parmi les visages juvéniles à surveiller côté Francilien, nous trouvons des noms connus du grand public comme l’arrière virevoltant Max Spring (21 ans) ou le malheureux Nolann Le Garrec (20 ans), blessé au genou contre Lyon. Le premier cité avait déjà crevé l’écran la saison passée grâce à ses percées dévastatrices. Force est de constater que ses performances perdurent puisque le néo-international possède de belles statistiques offensives au bout de 3 journées : 1 essai, 29 courses, 336 mètres parcourus ballon en mains, 4 brèches nettes créées et 7 plaquages cassés.

Au Racing 92, d’autres jeunes suivent ses pas, à l’instar des flèches Logan Tabet et Enzo Benmegal aux ailes, d’Inia Tabuavou au centre ou de Maxime Baudonne en troisième ligne. Le benjamin d’entre eux n’a que 18 ans et se nomme Enzo Benmegal. Il a particulièrement brillé lors de ses 2 premiers matchs, en marquant notamment un essai supersonique face à l’Aviron Bayonnais, remontant 80 mètres ballon en mains. Il fut aussi en vue lors de la réception du Castres Olympique, où il s’est montré décisif sur le premier et le dernier essai de son équipe, maintenant un danger permanant pesait sur la défense adverse.

Nul doute que nous retrouverons nombre de ces jeunes joueurs formés chez les Stadistes et les Ciel et Blanc sur le pré samedi soir, encadrés et accompagnés par les garçons plus expérimentés de leur effectif. À noter que cette rencontre entre le troisième et le quatrième du classement se disputera sous les yeux de 18 838 spectateurs avisés, dans un stade Ernest-Wallon à guichets fermés pour la deuxième réception consécutive. Pour ceux qui ne seront pas au stade, le match sera à suivre en direct sur Canal + et comme à votre habitude, sur Twitter et l’Application du Stade Toulousain.